undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

6
3,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

14 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 février 2005
Il est des récits à l'écriture si pure qu'ils ne laissent pas indifférent et la force des ces récits outre leur poésie artistique qui nous enchante, est de nous renvoyer à nous- mêmes. Maison des autres, suivi de "un moment comme ça" sont deux récits pessimistes mais merveilleux. Merveilleux mais tristes.
Maison des autres c'est la pesanteur du temps, la vie insignifiante d'hommes et de femmes d'un petit village italien, l'immobilisme de ces jours qui se ressemblent et qui paraissent immuables:"où la tristesse de vivre semble grandir en même temps que le soir et vous ne savez pas à qui attribuer la faute: mauvaise heure". Dans la lourdeur d'une vie toujours pareille à elle-même où le temps rythme la vie des hommes et des animaux, un prêtre va être confronté à une question terrible posée par une vieille lavandière ésseulée et à qui il ne pourra répondre.
Dans les deux récits où la vie semble avoir perdu son sens, Silvio d'Arzo va extraire le grave, la profondeur. le dramatique et va laisser filer le drame comme le temps qui passe.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 février 2013
Dès les premières lignes, Maison des autres sollicite les cinq sens...Non ce récit n'est pas gai, mais la poésie est-là, présente du début à la fin du livre; et les rapports humains décrits au sein de cette micro-société, sur une terre rude mais que l'on imagine magnifique, le sont d'une façon que je n'ai jamais rencontrée ailleurs. Trois années après l'avoir lu, Maison des autres reste une expérience littéraire très forte, les images et les sentiments évoqués par l'écriture de Sylvio d'Arzo sont aujourd'hui toujours tenaces.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 août 2014
Ce court récit, plutôt une longue nouvelle, à l'écriture superbe et envoûtante m'a fait pensé à Dino Buzzati et encore à Italo Calvino, à quelque chose aussi de Cesare Pavese, mais plus étonnamment à un autre auteur non pas italien mais hongrois : Sandor Marai. On y retrouve le thème de l'attente, de l’obsession, il ne se passe pas grand'chose, mais on est pris par l'atmosphère, par la vie retirée de ce village perdu dans les montagnes et surtout par l’idée fixe de ce prêtre qui tente de découvrir le mystère qui semble se cacher derrière la vie misérable d'une femme inconnue qui vit seule et éloignée du village. La fin est une chute typique de la nouvelle. J'aime beaucoup les romans "d'atmosphère", mais tout le monde ne les apprécie peut-être pas ; je le conseille en tous cas à ceux qui aiment.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 juillet 2013
Une ambiance pesante, l'ordinaire d'un village isolé, de ses personnages taciturnes. L'écriture est belle et l'auteur nous emmène tranquillement, nous perd et dépose un dénouement trébuchant
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 juin 2015
Ce livre nous plonge rapidement dans une ambiance lourde et pesante. On se retrouve, en tant que lecteur, autant perdu que ce curé qui arrive dans un village de montagne isolé et confronté à une population rude aux attitudes parfois énigmatiques.
J’ai eu du mal à saisir là ou l’auteur veut nous mener. Mais une fois cette volonté de compréhension dépassée, je me suis laissé porté par ce beau texte jusqu’à son dénouement triste et touchant.
La maison des autres est une belle fable qui nous renvoie à notre condition d’Hommes au sein de sociétés qui parfois nous dépassent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 août 2011
L'idée de cette lecture m'a été donnée par Katherine Pancol, qui le cite dans son délicieux ouvrage "Un homme à distance", que je recommande.

Maison des autres est assurément un chef d'oeuvre littéraire mais le fond est désertique,triste et pathétique... Ce n'est pas un hasard, non, c'est le sujet même du livre : un village italien où les jours se suivent et se ressemblent inlassablement dénués d'intérêt, de poésie et de plaisir, en attendant que ça passe, comme on attendrait la fin d'une grippe ou d'un mauvais rhume.

Alors oui, je me suis ennuyée, j'ai hâté ma lecture pour en venir à bout, comme les personnages de ce livre le feraient de leur vie s'ils en avaient le loisir, unique loisir.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Si je t'oublie, Jérusalem
Si je t'oublie, Jérusalem de William Faulkner (Poche - 20 juin 2001)
EUR 11,00

Confidence africaine
Confidence africaine de Roger Martin de Gard (Poche - 12 avril 1995)
EUR 6,90

Lettre d'une inconnue, suivi de La ruelle au clair de lune
Lettre d'une inconnue, suivi de La ruelle au clair de lune de Stefan Zweig (Broché - 27 février 2013)
EUR 1,50
 
     

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
Petits Prix! Réservez Maintenant. Réservez La Maison Des Autres