Commentaires en ligne 


8 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du grand Lodge
Pour tous ceux qui sont comme moi des inconditionnels de Lodge, voici un des meilleurs. On y retrouve l'univers de l'auteur : le monde universitaire, les préoccupations religieuses...le tout assaisoné d'un humour décapant.
Un alliage totalement réussi d'intelligence et d'humour avec en bonus des tas de référénces...
Publié le 9 octobre 2002

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Lodge nous brosse Adam
David Lodge, né en 1935 à Brockley dans le sud de Londres, est un universitaire spécialiste de littérature et un écrivain britannique. En 1987, il abandonne l'université, avec le titre de Professeur honoraire, afin de se consacrer entièrement à l'écriture, mais aussi en raison d'un problème d'audition...
Publié il y a 7 mois par Eminian


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du grand Lodge, 9 octobre 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
Pour tous ceux qui sont comme moi des inconditionnels de Lodge, voici un des meilleurs. On y retrouve l'univers de l'auteur : le monde universitaire, les préoccupations religieuses...le tout assaisoné d'un humour décapant.
Un alliage totalement réussi d'intelligence et d'humour avec en bonus des tas de référénces littéraires. Du grand Lodge!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'esprit mal tourné..., 9 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
C''est l'un des premiers romans de David Lodge qui fait partie des auteurs anglais contemporains incontournables. Il faut notamment avoir lu Therapie.

Dans ce roman publié en 1965, le héro, Adam, est un étudiant en doctorat de littérature qui prépare sa thèse dan la « Reading room » du British Museum. Adam est catholique et marié à Barbara avec qui il a déjà 3 enfants. Toute l'histoire se déroule sur une journée qui débute avec la peur le la venue d'un quatrième enfant. En effet, la contraception étant interdit par l'église et les méthodes de grand-mère ayant déjà failli, le seul moyen sûr d'éviter une nouvelle grossesse serait l'abstinence'

Les préoccupations d'Adam donnent lieu à des situations plus loufoques les unes que les autres et déteignent sur son environnement. Il y a notamment la description métaphorique de la Reading Room qui vaut le détour.

Pour ceux qui sont calés en littérature anglaise, ce roman est truffé de références' mais si on ne les voit pas, ce n'est pas grave, on peut quand même apprécier l'histoire et l'humour très british de David Lodge.

Lecture recommandée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un nouvel Ulysse, 7 mars 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
Une lecture intéressante même si c'est à mon avis en dessous de Thérapies et que les pastiches littéraires sont assez peu accessibles au public francophone...Mais la folle journée d'Adam Appleby est l'occasion de décrire de manière incisive et humoristique l'itinéraire d'un nouvel Ulysse en proie à d'insolubles dilemmes
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Lodge nous brosse Adam, 17 janvier 2014
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
David Lodge, né en 1935 à Brockley dans le sud de Londres, est un universitaire spécialiste de littérature et un écrivain britannique. En 1987, il abandonne l'université, avec le titre de Professeur honoraire, afin de se consacrer entièrement à l'écriture, mais aussi en raison d'un problème d'audition et des conséquences de la politique de Margaret Thatcher. Auteur d’une œuvre importante comprenant essais critiques et romans, La Chute du British Museum, son troisième roman, est paru en France en 1991.
Si le bouquin est sorti chez nous en 1991, il date en fait de 1965, époque à laquelle se déroule à deux ou trois ans près, au vu des références citées (Beatles, Vatican II) cette histoire improbable. Adam Appleby, notre héros de 25 ans, allocataire d'une bourse de recherche, prépare depuis deux ans sa thèse de doctorat sur « la structure des phrases longues dans trois romans anglais modernes ». Quatre ans auparavant, il a épousé Barbara et ils ont déjà trois enfants, Clare, Dominic, Edouard. Tous deux catholiques, ils appliquent en effet les règles de l'Église concernant le contrôle des naissances, sans résultat probant apparemment, au grand dam d’Adam.
Le roman se déroule sur une seule journée, riche en pérégrinations et aventures aussi farfelues qu’imprévues, durant laquelle Adam endurera les affres de l’angoisse à l’idée que Barbara soit à nouveau enceinte, tremblera de ne pouvoir trouver un job lui assurant des revenus complémentaires, résistera tant bien que mal aux assauts sexuels d’une jeune fille en échange d’un manuscrit rare d’un obscure écrivain pouvant lui ouvrir les portes d’une certaine renommée, sera impliqué dans le non-incendie de la bibliothèque du British Museum et j’en passe…
Roman typique de David Lodge, un universitaire dans son milieu naturel et ses rivalités internes, des problématiques d’époque – ici la contraception et les catholiques – le tout traité en mode humoristique en utilisant la cocasserie, les pastiches ou les parodies. Parodies que l’auteur s’est vu obliger de préciser dans la préface car passées inaperçues dans les premiers tirages ; si effectivement, certains passages du roman font immanquablement penser à Kafka ou Joyce, d’autres pouvaient nous échapper. A ce propos, je ne suis pas certain que le finale, cette longue phrase de six pages et sans ponctuation – flagrant pastiche d’Ulysse de James Joyce – soit ce qui soit le mieux réussi dans ce roman, non pas dans le sens de l’imitation qui est parfaite mais dans le fait qu’elle rompt par là-même, avec la tonalité de l’humour général du livre. Finir sur du Joyce, un bouquin de Lodge, laisse le lecteur sur sa faim…
Un roman néanmoins jubilatoire et souriant, même si on eut aimé que le sillon principal, la position de l’Eglise face à la contraception, soit creusé un peu plus encore car c’est là que David Lodge est le plus drôle.

« Blague à part, dit-il, cette affaire de péché véniel – péché mortel, c’est dépassé. Quelque chose que les scolastiques ont inventé pour faire passer les longues soirées d’hiver. Tous les péchés sont des péchés mortels. Ou, en d’autres termes, tous les péchés sont des péchés véniels. Ce qui importe, c’est l’amour. Plus il y a d’amour, moins il y a de péché. Je prêchais l’autre jour dans une retraite pour hommes et je leur ai dit, mieux vaux coucher avec une prostituée par amour en quelque sorte, qu’avec sa femme par habitude. Il semble que certains m’aient pris au mot, et l’évêque est plutôt fâché ! »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Super, 27 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
Il m'a beaucoup plus, j'ai élargie mon vocabulaire. Mais je n'ai pas les compétences pour juger David Lodge. Bonne lecture !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 British humour..., 16 février 2013
Par 
Guillaume - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
Nous voici donc au sein des démêlés domestiques d'Adam, thésard un peu perdu, chercheur universitaire qui cherche son sujet d'étude sans vraiment trouver quelque chose de convaincant, jeune homme un peu looser qui dispose de peu de moyens pour faire vivre son foyer et qui est très préoccupé par les relations sexuelles avec se femme avec qui il a déjà quatre enfants. Le couple est en effet catholique pratiquant et se montre tenté d'utiliser des moyens de contraceptions, mais la philosophie morale de leur religion leur interdit. Tous les mois, la crainte d'un nouvel enfantement qui plongerait la famille dans des difficultés économiques les assaillent. Adam se rend chaque jour à la bibliothèque du british muséum et nous le suivons avec délectation dans cette odyssée sur son scooter, avec le prêtre de sa paroisse sur son porte-bagage ou dans ses déambulations dans les salles de lecture de la bibliothèque où il travaille finalement peu au sens premier du terme.

Le roman est plongé dans un bain d'humour très british, émaillé de scènes loufoques et cocasses qui transforment la lecture en un très agréable moment. Toute l'érudition de Lodge s'y fait jour, même si pour le lecteur français, les références peuvent paraître plus difficiles à cerner. Chacun des chapitres est en effet écrit à la manière d'un autre auteur. Pour autant, le récit n'est pas décousu, on n'a pas l'impression de ruptures de style brutales et c'est là le tour de force de Lodge.

On apprécie cette plongée dans les milieux universitaires britanniques qui ont alimenté une grande part de l'oeuvre de l'auteur. Pour autant, je ne l'aime jamais plus que quand il écrit des romans biographiques comme son "l'auteur, l'auteur"... Alors 4 étoiles et pas 5.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Humour british, mais chute de "navet" américain, 28 décembre 2012
Par 
DéLecteur "Se ressourcer sous sa source" (Sion, Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
« Je ne vois pas du tout à quoi rime ma vie, dit Adam. La seule chose qui semble y être vraiment à moi, c'est ma sexualité - la littérature a annexé tout le reste. Mais les rapports sexuels, c'est mon gros problème. Je n'en ai pas assez et quand j'en ai, je me fais un sang d'encre. » Ce gros coup de blues du personnage central de « La chute du British Museum » a au moins le mérite de présenter les deux thèmes principaux de ce roman. A vingt-cinq ans, Adam a déjà donné trois enfants à sa femme Barbara, et à chaque rapport sexuel, la crainte d'être père une nouvelle fois revient. En tant que catholiques pratiquants, ils s'interdisent toute forme de contraception, et s'en tiennent aux dates du calendrier et à la température corporelle avant d'oser une étreinte. « Ce n'était pas une ironie voulue de sa part mais Adam étudiait de près le lien entre l'année liturgique et la courbe de température de sa femme. Il était plein d'une dévotion toute particulière à l'égard de ces saints dont la fête tombait pendant « la période » supposée « sans danger », et il éprouvait un certain trouble lorsqu'une vierge martyre était ainsi honorée. »
Dans ce roman en partie autobiographique publié en 1965, David Lodge aborde avec humour le dilemme entre conviction religieuse et vie sexuelle. « La contraception n'est rien de moins que le meurtre de la vie donnée par Dieu et les gens qui fabriquent et vendent ces saletés sont aussi coupables que ceux qui fournissent de l'opium aux drogués ! », tonne le père Finbar, ignorant qu'il se trouve au milieu d'un sex-shop suite à une rencontre inopinée avec Adam, un soir de brouillard particulièrement épais. Encore plus burlesque est la scène où Adam se voit proposer le journal secret d'un écrivain catholique relatant son adultère avec une femme beaucoup plus jeune que lui. En contrepartie, la jeune fille de l'ancienne maîtresse de cet écrivain (admirez la mise en abîme !) lui demande quelques faveurs sexuelles. Comme Adam peine à nouer les deux bouts, qu'un quatrième enfant obligerait toute sa famille à déménager dans un appartement bien au-dessus de ses modestes moyens, et que sa thèse n'avance pas, il voit en ce manuscrit l'opportunité à ne pas manquer, mais ô combien lourde de conséquences.
Même si David Lodge a le mérite de développer un sujet éthique certes moins sensible de nos jours, la trame de « La chute du British Museum » est par moment poussive, et la lecture moins jouissive que ses trois romans incontournables que sont, dans l'ordre, « Thérapie », « Pensées secrètes » et « Nouvelles du paradis ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Divertissant, 4 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du British Museum (Poche)
Je ne suis pas une fan de ce type de livre mais j'apprécie ici l'humour "british". On passe un bon moment avec un auteur qui ne se prend pas au sérieux
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Chute du British Museum
La Chute du British Museum de David Lodge (Poche - 2 janvier 2004)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 0,01
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit