undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 28 janvier 2012
janvier 1930, Albert Londres, après sa remarquable enquête sur les communautés juives d'Europe et de Palestine, décide de s'intéresser cette fois ci à l'Islam et, pourquoi pas, de s'inviter clandestinement au pélerinage de La Mecque, avec l'aide d'un ami converti, islamologue français et accessoirement membre du 2ème Bureau, répondant au doux nom de Cherif Ibrahim. Ce dernier le met en garde contre la folie de son projet; le dernier à avoir essayé pareille aventure, un certain Hubert en 1888, a été promptement assassiné. On peut d'ailleurs visiter sa tombe au cimetière de Djeddah...

Contrarié dans ses projets, le grand reporter décide toutefois de s'embarquer en compagnie de Cherif Ibrahim, via Djeddah et la mer rouge, pour Djibouti sur les traces des pêcheurs de perles. Son périple le mènera de Djeddah à Massaouah, des iles Farzan à Djibouti, puis de Aden vers Bahrein et Dubai, autant de destinations magiques qui hypnotisèrent avant lui Rimbaud, Monfreid et bientôt Romain Gary...

Bien que n'ayant pu pénétrer en Arabie Saoudite, hormis Djeddah, Londres nous fait une description, succincte et toute en verve, des moeurs du pays , mais qui dissimule mal une certaine inquiétude. Il y rencontre notamment une étrange Commission "chargée de recommander la vertu et de déconseiller les mauvaises actions" aux étrangers de passage. L'arrêté de cette Commission rappelle ainsi, sous peine de se voir appliquer les sanctions prévues par la Charia, qu'il est interdit, pèle mêle :

- de fréquenter le souk ou les cafés aux heures de prière,

- d'injurier la religion,d'être impudent en employant des mots ou des expressions inconvenantes, ou de jurer par autre chose que par Dieu,

- de se réunir pour se distraire par n'importe quel moyen : chant, jeux, musique, cinema, photographie, TSF...

- de boire des boissons alcoolisées,

- de se raser la barbe,

- de fumer du tabac,

- aux hommes et aux femmes, de se méler dans la rue et aux femmes, de sortir seules sans être acccompagnées par un proche parent.....

On y apprend encore que tuer un musulman est un assassinat puni de mort, mais que tuer un chrétien est un acte de foi, c'est proclamer que Dieu est grand et que Mahomet est son prophète !

Les cheikhs de quartiers sont responsables de ce qui se produit chez eux en fait d'actes réprouvés et doivent les signaler aux autorités compétentes. Le journaliste en déduit que Djeddah est restée une ville du VIIème siècle ! Peut-être bien....mais le communisme ne fera guère mieux au XXème....

Il est dommage qu'Albert Londres n'ait pu mener l'enquête de manière plus approfondie dans cette Arabie Saoudite soumise aux rigueurs du wahabisme. La vision sommaire qu'il nous en livre nous dévoile cependant un pays auquel l'Afghanistan des talibans n'a rien à envier. Tout était déjà en place bien longtemps avant leur arrivée. De là à penser que la source des difficultés internationales actuelles est peut-être à rechercher ailleurs...Ben Laden et tous les pilotes-suicides du 11 septembre n'étaient-ils pas de nationalité saoudienne ?

Au total un ouvrage plaisant, plutôt drôle pour un sujet qui d'ordinaire ne préterait guère à sourire. L'enquête sur les pecheurs de perles n'apportant quant à elle rien de plus comparée aux ouvrages d'Henri de Monfreid, hormis le style inimitable de l'auteur.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)