undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles9
4,7 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 24 avril 2012
Un livre exceptionnel sur les paradis fiscaux !... Où l'on n'apprend notamment que le plus grand paradis fiscal de la planète n'est pas une petite île avec palmiers de la mer des Caraïbes mais un pays au climat nettement moins agréable situé à deux heures de train de Paris : le Royaume-Uni !

L'intérêt de l'ouvrage est multiple : il retrace l'histoire des paradis fiscaux, en dresse une typologie, décrit leur fonctionnement et en explicite la dimension politique et idéologique. Il permet de modifier complètement sa perception du phénomène : les paradis fiscaux ne sont pas des parasites qui viennent se greffer sur le corps sain de la mondialisation, mais des rouages essentiels du système économique international. Ils s'inscrivent dans le cadre de la dérégulation financière et participent au projet néo-libéral de refonte des Etats. Loin d'être des territoires isolés fonctionnant en autarcie, ils interagissent entre eux, se concurrencent, se spécialisent et opèrent à l'intérieur de réseaux structurés et hiérarchisés sous la houlette de Londres et de New York. En fournissant les infrastructures indispensables à la circulation du capital, en favorisant le dumping fiscal et juridique, ils entravent la croissance économique des pays en développement et appauvrissent l'Etat-providence. In fine, leur opacité, leur législation permissive et leur interconnexion avec les grands centres financiers de la planète contribuent à la diffusion du risque systémique.

En définitive, les paradis fiscaux s'inscrivent parfaitement dans le projet néolibéral de liquidation de l'Etat-providence. La pression fiscale qu'ils exercent au nom du saint principe de concurrence permet un nivellement par le bas des politiques fiscales des gouvernements. Face au siphonnage de ses ressources, l'Etat est conduit à mener une double politique : d'une part, réduire ses dépenses, et donc tailler dans les services publics ; d'autre part, trouver de nouvelles sources de financement, et donc taxer davantage ceux qui ne peuvent pas échapper à l'impôt (par exemple, en augmentant la TVA). L'antique maxime de justice fiscale « à chacun selon ses facultés » (en vertu de laquelle chaque personne contribue à l'impôt en fonction de ses revenus) a été mise au rebut au profit de considérations beaucoup plus pragmatiques : aujourd'hui, celui qui paye l'impôt, c'est celui qui n'a pas les moyens d'embaucher un fiscaliste ou d'ouvrir un compte à Zurich. Cela vaut autant pour les particuliers que pour les entreprises : les PME, en proportion de leurs bénéfices, payent plus d'impôts que les multinationales. L'opposition entre riches et pauvres recouvre désormais une opposition entre mobiles et immobiles. La mobilité dont il s'agit ici n'est pas celle évidemment qui depuis trente ans sert à légitimer la précarisation des salariés : c'est la faculté bien réelle de pouvoir changer de pays à tout moment pour profiter d'un statut fiscal taillé sur mesure (cf. le statut de « résident non domicilié » au Royaume-Uni, qui permet aux étrangers fortunés de ne pas payer d'impôts dans le pays). Les inégalités explosent, et ce sont in fine les personnes ordinaires qui, par leurs impôts, financent les privilèges fiscaux des plus riches. Comme disait la millionnaire new-yorkaise Leona Hemsley : « Les impôts, c'est pour les petites gens ».
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2012
Ouvrage journalistique, un peu polémique CERTES - mais qui s'appuie sur une documentation sérieuse et ne se limite pas à la simple description d'un "complot" néo-libéral contre "l'homme ordinaire". Si l'on met de côté le style et les remarques en ce sens, on trouve les matériaux pour une analyse des dysfonctionnements du système financier depuis les années 70 (au moins), avec ses racines géopolitiques et ses implications sociales. A lire par les honnêtes hommes du XXIème siècle.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nicolas Shaxson est un journaliste anglais aux talents d'investigateur. Son livre traite des méandres fiscales et de leurs conséquences sur le reste de l'économie mondiale. Vous comprendrez le vrai rôle de la city de Londres, Wall Street et de leurs satellites respectifs. Vous comprendrez aussi les réticences des gouvernements britanniques à une véritable réforme du système financier. On est loin des élucubrations des master-es complots qui pour une fois ont eu raison. C'est aussi une lecture qui vous éclairera sur les déboires de notre illustre ministre du budget. Et après ca on la ramène sur les fraudes aux allocs: petits joueurs restez au bac à sable!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2013
Arnaque: Artifice, expédient, tromperie - C'était déjà le titre d'un livre par Jean de Maillard L'arnaque: La finance au-dessus des lois et des règles: celui-ci pourtant ne parvenait pas à mettre en lumière les causes profondes des effets d'une finance délictuelle.

C'est ce que réussit à faire excellemment Nicholas Shaxson : Un – petit- nombre d'individus, dans un – petit- nombre de – petits- états, vous permet – légalement- (si vous êtes riche) de commettre tous les délits financiers qu’il vous plaira. Et on vous garantit en plus l’anonymat. N’est-ce pas cela, le paradis des bandits: pouvoir arnaquer sans risques les pigeons du monde entier?

PS: Si tu payes plus de 50% d'impôts, clique sur 'j'aime', lis ce livre, et indigne- toi
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2014
Un livre exceptionnel qui devrait être entre toutes les mains. Pas besoin d'être un pro ou un initié pour comprendre. La lecture est abordable par tout le monde. Et en même temps c'est assez pointu car l'auteur argumente et explique le pourquoi du comment. Mais tout est très bien expliqué sans tournure de phrase alambiquée et les termes sont également expliqués avec un index et des références très fournies. Bref, après on comprend mieux "pourquoi la crise" et surtout pourquoi on n'est pas prêt d'en sortir… Livre d'utilité publique. Un critique a dit que cela se lisait "comme un polar", c'est assez exact.
En revanche, quand on le referme, on peut avoir tendance à être assez déprimé et dégouté de tous ces gens qui nous gouvernent et qui sont, somme toute, complices (lobbys et compagnies)… Mais il est bon d'être au courant de ce qui se passe et qui, in fine, régit nos vies.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2012
Les informations sont très précises mais la technicité du language et son caractère assez répétitif rend le livre parfois indigeste.
Ceci dit, j'ai appris pas mal de choses nouvelles.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2012
Il est assez surprenant que ce livre n’ait pas eu plus d’écho auprès des média.
Celui-ci, richement fouillé et détaillé d’enquêtes diverses, met en évidence les scandales de la finance dérégulée, telle qu’elle sévit dans l’économie mondialisée.
Peut-être en avez-vous été victime directement lors de la dernière crise financière, sinon certainement indirectement vu la crise actuelle,…
Je vous engage à en prendre connaissance lors de ces longues soirées d’hiver.
Il importe en effet, qu’une prise de conscience de chacun ait lieu quant à la situation effective, telle qu’elle est occultée par les lobbies de la finance ; celle-ci gangrène l’économie mondialisée et met en sérieux danger la structure démocratique et l’état providence dont nous bénéficions.
Les écarts dans la société deviennent intolérables, dès lors que près de la moitié des richesses mondiales sont accaparées par quelque 2% de la population et que plus de 15% de la population mondiale vivent dans un état d’extrême pauvreté, cette dernière proportion d’indigents augmentant d’année en année.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2015
Excellent livre, qui décrit très bien le monde off-shore, à la fois très instructif et très inquiétant.
Un livre à promouvoir vivement auprès du plus grand nombre de personnes possibles, afin de sensibiliser l'opinion citoyenne sur ce sujet.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2016
Cela fait peur, c'est presque pas croyable, les chiffres sont gigantesques, caché devant nos yeux,
Si quelqu'un faisait un film de ce livre le monde va dire que c'est de la sci-fi.

Lisez le pour voir à quel point le mafia en costume nous a volé
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)