Commentaires en ligne 


71 évaluations
5 étoiles:
 (36)
4 étoiles:
 (26)
3 étoiles:
 (6)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


54 internautes sur 55 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ken Follett décortique l'époque victorienne dans un roman majeur
Après Les Piliers de la Terre (5 étoiles) qui se déroulait à l'époque médiévale, Ken Follett dépeint cette fois l'Angleterre victorienne (dix-neuvième siècle) à travers les machinations et les secrets de familles fascinées par le pouvoir et l'argent. Héritiers de grandes banques,...
Publié le 25 février 2007 par Pierre Dulieu

versus
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un peu trop à l'eau de rose et trop similaire à un autre roman du même auteur "Le pays de la liberté"
Le récit se déroule au XIXe siècle, à Londres, les Pilaster sont une famille de riches banquiers, au coeur de laquelle, les querelles pour le pouvoir, l'argent et la gloire font rage. Et autour d'eux gravitent des personnages multiples, bienfaisants ou malfaisants, riches ou pauvres, de la bonne société ou du ruisseau.
Au...
Publié le 22 mai 2011 par Betty


‹ Précédent | 1 28 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

54 internautes sur 55 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ken Follett décortique l'époque victorienne dans un roman majeur, 25 février 2007
Par 
Pierre Dulieu (Bruxelles, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Après Les Piliers de la Terre (5 étoiles) qui se déroulait à l'époque médiévale, Ken Follett dépeint cette fois l'Angleterre victorienne (dix-neuvième siècle) à travers les machinations et les secrets de familles fascinées par le pouvoir et l'argent. Héritiers de grandes banques, ambassadeurs de pays lointains, fils débauchés, cousins démunis, épouses manipulatrices et roturières en quête de respectabilité, pauvres en haillons ou princes de Galles, aucun caractère ne manque dans cette fresque colorée. Au coeur de la cité de Londres bouleversée par la révolution industrielle et dans laquelle la pauvreté du prolétariat s'oppose à la richesse d'une bourgeoisie opulente, les crimes restent souvent impunis. Mais Follet a le sens de la tragédie morale et, au fil du temps et des chapitres, le bon grain finira par se séparer de l'ivraie en faisant finalement éclater la vérité. En partant d'un fait divers plutôt banal, l'auteur construit une véritable saga où le matérialisme s'oppose continuellement au romantisme, une lutte qui en fin de compte est la véritable clé du roman. La marque de Windfield est un livre qui décrit à merveille la société d'une époque historique charnière et ambiguë dont Charles Dickens fut l'un des principaux chantres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


51 internautes sur 54 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LA MARQUE "FOLLET", 23 novembre 2004
Par 
Ramone the Snake (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Encore un roman palpitant, mêlant histoire, amour, vengeance dans l'Angletterre victorienne fin XIX. Toujours parfaitement documentée, cette fresque suit les personnages depuis leur adolescence jusqu'au dénouement final (plus de 20 ans après). L'originalité de ce roman tient à mon avis à la période (1860-1900), aux personnages (miséreux cotoyant les grandes fortunes), et à leurs origines (anglais purs souches, immigrants européens venus chercher du travail en Angleterre, étudiants sud-américains). Quant aux intrigues elles sont dignes d'un vrai polard, mais c'est un Maitre en la matière qui les a concoctées pour notre plus grand plaisir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


41 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Haletant et Génial !, 6 mai 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
J'ai acheté ce livre par hasard, pour le titre et l'illustration de la couverture, et dès les premières pages, j'ai été tenue en haleine du début à la fin. Les personnages sont attachants, les descriptions sont vivantes, c'est un véritable roman, à la fois historique, d'amour, et policier... Je vous le conseille très vivement. Pour ceux qui connaissent l'auteur, c'est apparemment, bien sa marque, alors n'hésitez plus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un peu trop à l'eau de rose et trop similaire à un autre roman du même auteur "Le pays de la liberté", 22 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Le récit se déroule au XIXe siècle, à Londres, les Pilaster sont une famille de riches banquiers, au coeur de laquelle, les querelles pour le pouvoir, l'argent et la gloire font rage. Et autour d'eux gravitent des personnages multiples, bienfaisants ou malfaisants, riches ou pauvres, de la bonne société ou du ruisseau.
Au centre de l'histoire: la noyade inexpliquée d'un jeune garçon au collège de Windfield, accident ou meurtre? D'autres drames vont ébranler les existences de chacun, au rythme de leurs amours et de leurs haines.

Après avoir lu Le pays de la liberté du même auteur, je renforce ma critique selon laquelle l'auteur se noie un peu dans le roman à l'eau de rose.
Dans le livre précédemment cité cela m'avait déjà un peu dérangée et je retrouve les mêmes clichés dans La marque de Windfield: Il était une fois, deux êtres que tout semble opposer et pourtant l'amour est plus fort, mais le destin les sépare cruellement jusqu'à ce que l'amour triomphe enfin...ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfant.
Il y a les bons et les méchants, les méchants finissent par être punis et les bons triomphent, les amoureux perdus se retrouvent, des rebondissements qui finalement n'en sont pas puisqu'on les devinent et une fin que l'on supposait depuis le début du roman.
J'aime le côté splendeur du passé, valeurs anciennes d'une société révolue avec ses codes et ses règles; ces femmes bien apprêtées, les salons où la haute société se rencontre autour d'un thé, les fiacres, les grandes robes, les haut-de -forme..tout ce qui nous plonge dans cette société d'un siècle passé.
L'histoire n'est pas dénuée d'intérêt mais trop de poncifs à mon goût. La trame du récit et les bases de l'histoire semblent répétitifs quand on a déjà lu Le pays de la liberté: trahisons, manipulations, amours impossibles. J'ai retrouvé plus ou moins le même type de personnages, les mêmes complots, les mêmes clichés de l'amour éternel malgré les barrières qui se dressent...
Alors, petit conseil, lisez soit Le pays de la liberté, soit La marque de Windfield mais en lisant les deux vous allez croire que vous tournez en rond ou que vous lisez le même livre! Dommage l'époque où se déroulait le roman me plaisait bien...
Finalement le style est un peu pauvre et l'histoire un peu trop tournée vers le drame romantique. Point positif: c'est facile à lire...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Thriller bancaire et victorien, 7 août 2010
Par 
zybine, amateur éclairé (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Tombé par hasard sur ce "A dangerous fortune" (meilleur titre, je trouve, que celui de la traduction française) de 1993, je l'ai comme beaucoup dévoré en deux jours. Admirable talent de romancier populaire que celui de Ken Follet : pas un chapitre qui ne se termine sur un cliffhanger interdisant au lecteur d'interrompre sa lecture, intrigue subtile mêlant rivalités familiales, passions amoureuses et "grande histoire", succession d'ascensions, de chutes et de rétablissements imposés à des personnages attachants - voire inoubiables.
De quoi s'agit-il ? Essentiellement de la lutte qui oppose dans le Londres victorien deux clans pour le contrôle de la banque d'affaires méthodiste Pilaster. A ma gauche, Hugh Pilaster, génie de la finance mais issu d'une branche déclassée de la famille et Maisie Robinson, immigrée juive parvenue aux plus hauts sommets de la société londonienne par son mariage avec l'héritier Rothschild (ici rebaptisé Greenbourne) ; à ma droite, la tante de Hugh, Augusta, accorte matrone et reine de l'intrigue, son fils Edward, brute sans consistance et un latino-américain, Micky Miranda, qui est parvenu, à l'issue d'un drame narré dans le premier chapitre, à se concilier les bonnes grâces d'Augusta et Edward - quand ce n'est pas à s'attacher leur amour.
C'est évidemment un bonheur incroyable que de suivre les machiavéliques et inoubliables figures d'Augusta et de Miranda dans leur lutte de tous les instants pour conduire Hugh à sa perte. On s'amusera aussi à noter, en ces temps de crise bancaire et réforme de la gouvernance financière, la pertinence du propos de Follett quant à l'irresponsabilité des banquiers - dont les décisions peuvent amener à la faillitte et à la ruine l'économie réelle et ses travailleurs. Certes, on n'est pas au niveau de L'argent de Zola (auquel on pense beaucoup et que Follett a visiblement lu) et on pourra soupirer devant quelques clichés et expressions maladroites, des excès narratifs (au moins cinq meurtres) et cette obsession assez puérile de l'auteur pour les seins, les bustes, les décolletés, les poitrines, les gorges, les corsages.... Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A lire absolument !, 8 octobre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Presque 2 ans apres avoir lu ce livre, je suis encore sous le charme et je repense aux personnages qui etaient devenus comme des amis pour moi...je ne pense pas qu'un autre livre m'ait autant accaparée jusqu'a ce que je l'ai fini. Les rebondissements sont nombreux, l'histoire captivante et originale. Ce livre m'a donné l'impression de me trouver au 19e siecle a l'epoque victorienne... lisez le, vous ne serez pas décus !!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un excellente histoire..., 18 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Dans la veine des "Piliers de la Terre", mais en moins fourni, un excellent roman dans lequel les personnages sombres et machiavéliques sont toujours mis plus en lumière que les autres. Très peu de temps mort, et une description saisissante de l'Angleterre victorienne, son aristocratie cynique et sa misère scandaleuse. Si vous avez aimé "Les Piliers" mais aussi "Le code Rebecca"...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dépaysant, 7 juin 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
A la fin du XIXe s, des élèves du collège de Windfield assistent à la noyade d'un des leurs. Leur destin pourrait en être marqué s'il s'avérait que cette mort fût moins accidentelle qu'elle avait parue. D'autant que l'un d'eux n'est autre que le riche héritier d'une grande banque. On navigue entre intrigues pour le pouvoir et l'argent et histoires de famille. Un thriller au charme désuet, qui mêle passions romantiques et suspense. Si vous le l'avez lu, je vous conseille son meilleur roman d'espionnage : « L'arme à l'oeil ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Génialissime, 21 mars 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
comment fait il pour écrire autant de roman si passionnant. Durant tout le roman, c'est à dire plus de 20 ans de la vie des personnages, Ken Follet réussit à maintenir le suspense sur l'identité du meurtrier. Ces personnages sont tels qu'il réussit à faire qu'ils deviennent nos amis ou ennemis selon.... Rien à dire, un grand roman!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 PARFAIT, 22 septembre 2006
Par 
Lauret Anne "THOMINAT" (Balaruc, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Marque de Windfield (Poche)
Je ne vous reprend pas l'histoire car elle est citée par d'autre. Elle est palpitante, ennivrante. Toutes les personnes à qui j'ai confié ce bijou l'ont lu en 2-3 jours. D'ailleurs on ne me l'a plus rendu. C'est le livre d'où j'ai eu le plus de mal à me sortir tellement l'histoire est prenante. On se la fait sienne pour toujours.

Il FAUT le lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 28 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La marque de Windfield
La marque de Windfield de Ken Follett (Broché - 30 septembre 1993)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 0,45
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit