Commentaires en ligne 


94 évaluations
5 étoiles:
 (56)
4 étoiles:
 (22)
3 étoiles:
 (9)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (5)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


24 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 On ne connaît vraiment un homme...
Trois ans de la vie d'une enfant, Scout, dans une petite ville des Etats-Unis du Sud, pleine de préjugés sociaux et religieux. Ses jeux avec son frère. Ses rapports avec son père Atticus (exemplaire de droiture et de tolérance), avec les voisins. Puis le basculement lors du procès où Atticus défend un noir...
Publié le 19 juin 2009 par Romur

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Déception
Malheureusement, je ne vous le conseille pas du tout, du tout, du tout. Cette traduction est très mauvaise, elle manque cruellement d'harmonie, ce sont des phrases juxtaposées, traduites indépendamment les unes des autres, la traduction n'est pas du tout fluide. L'oeuvre est presque plus compréhensible en version originale qu'en français...
Publié il y a 5 mois par Elève de prépa


‹ Précédent | 1 210 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

24 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 On ne connaît vraiment un homme..., 19 juin 2009
Par 
Romur "Romur" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Trois ans de la vie d'une enfant, Scout, dans une petite ville des Etats-Unis du Sud, pleine de préjugés sociaux et religieux. Ses jeux avec son frère. Ses rapports avec son père Atticus (exemplaire de droiture et de tolérance), avec les voisins. Puis le basculement lors du procès où Atticus défend un noir injustement accusé de viol.

Le roman très fort, l'écriture est simple et directe, teintée d'humour, comme le regard de Scout. Les personnages sont attachants et nous les découvrons à travers le regard de l'enfant, au fur et à mesure qu'elle grandit, que les incidents lui révèlent leur véritable personnalité, leurs mesquineries et leurs grandeurs, leur complexité secrète au-delà des apparences,. Je crois que c'est là l'essentiel du roman car, comme l'apprend Atticus à Scout et Jem : on ne connaît vraiment un homme que lorsqu'on se met dans sa peau.

J'ai trouvé les critiques de certains sur la soit disant lenteur de la première partie injustifiées : la littérature c'est aussi le plaisir de la mise en ambiance, des atmosphères. Tout ne doit pas être soumis au diktat du sensationnel et de la vitesse, comme à la TV !
Autre remarque, par rapport à la trop grande maturité de Scout et Jem : si vous explorez la littérature d'avant les années 50 ou si vous interrogez des personnes de plus de 70 ans, vous découvrirez que les enfants étaient élevés souvent « à la dure », en tous cas soumis à une éducation plus exigeante et qu'ils gagnaient effectivement plus vite en maturité. Le phénomène de l'enfance qui se prolonge par la préadolescence puis l'adolescence, puis l'adolescence attardée d'un Tanguy est un phénomène récent !

Bref, ce roman d'initiation est à lire et à faire lire à vos enfants vers 10-12 ans pour à la fois leur faire découvrir la complexité du monde et leur donner des modèles de grandeur et de dignité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


28 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 In-con-tour-nable !, 28 novembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Un traitement romanesque inattendu, inscrivant le poids d'une Histoire non encore achevée dans un traitement narratif aussi léger que pointu, aussi transparent qu'intuitif, aussi fatal qu'imprévisible. Les sujets de poids sont abordés sans lourdeur, avec la simplicité et l'acuité teintée de naïveté de l'enfance - la narratrice ayant neuf ans - dans une trame subtile, déconcertante mais ficelée avec brio. La postface de l'écrivain française Isabelle Hausser ne fait qu'enrichir la portée de ce roman magistral.

Au-delà des considérations relatives au racisme et aux effets dévastateurs des préjugés et des influences de la communauté sur la pensée individuelle, cette histoire est également un modèle d'éducation qui me laisse le rêve et l'ambition d'être un jour pour mes futurs Jem et Scout un Atticus Finch au féminin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


39 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 To kill a Mockingbird, 21 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Un magnifique roman donc, raconté à la première personne par la narratrice, garçon manqué entre 6 et 9 ans au cours de l'histoire qu'elle raconte. Ce roman est sorti dans les années 60, en pleine bataille pour les droits des populations noires américaines et conte des évènements que l'auteur situe à la fin des années trente. Crise économique et racisme ordinaire s'y croisent mais pas seulement, car c'est aussi le roman de l'éveil à la conscience politique et à la conscience tout court d'un frère et d'une soeur, un roman sans concession sur la droiture, le bien, le mal et la relativité de ceux-ci, mais encore un roman foisonnant d'humour (il fallait m'entendre rigoler toute seule dans le train !) et très ancré dans le réel.

inclassable de par la diversité des sujets.

J'en avait entendu parler en tant que plaidoyer pour la cause des américains noirs, mais c'est en fait bien plus que cela.

La version que j'ai lue est très récente (moins de deux ans) et la traduction a été particulièrement soignée, pour tenter de ne rien perdre du sens du livre. Je crois qu'elle en vaut la peine, et j'espère que ce magnifique livre, étudié dans de nombreux pays, saura trouver sa place en France

enfin, juste pour répondre à Nadia, dans le premier chapitre, la narratrice laisse entendre que ce sont des évènements passés, elle est donc plus âgée lorsqu'elle raconte... (et je compte bien le relire en anglais moi aussi !!)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une petite merveille, 26 avril 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Ce roman est une merveille ! écrit à travers les yeux d'une petite fille, mais l'auteur a fait en sorte de nous raconter des choses que la petite fille elle-même ne perçoit pas.

Un livre sur la tolérance avec ce voisin bizarre qui ne sort jamais de chez lui et qui fait peur aux enfants... (mais leur dépose de petits cadeaux dans un arbre creux) et sur le racisme aussi, avec cet homme noir accusé de viol..

3 années d'une petite fille, garçon manqué, à comprendre que les gens différents ne sont pas plus méchants que les gens dans la norme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Des racines et des ailes, 27 janvier 2010
Par 
Jay (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
L'histoire se déroule dans les 30's à Maycomb, petite ville de l'Alabama. La narratrice, Scout, raconte trois années de son enfance, de 6 à 9 ans. Elle est alors un petit garçon manqué évoluant dans une famille privée de mère mais unie. Un évènement majeur intervient à cette époque puisque son père accepte de défendre un Noir accusé de viol dans une Amérique ségrégationniste.

On ne peut pourtant pas réduire le roman à un engagement politique. C'est aussi un roman sur l'enfance et le Sud des Etats-Unis qui peut évoquer les aventures de Tom Sawyer. Le regard d'enfant ajoute beaucoup d'humour et de fraîcheur au propos. Il ajoute paradoxalement beaucoup de profondeur aussi car le regard d'enfant est un regard neuf sur le monde, c'est-à-dire capable de remettre naturellement en question les principes contestables de la société bien-pensante. A ces principes s'opposent également ceux que l'on s'impose soi-même en tant qu'adulte. Ils sont magnifiquement incarnés par Atticus, le père de Scout. Par ses décisions et ses actes, avec empathie et esprit critique, il tente de mettre en pratique ses valeurs et de les transmettre à ses enfants.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mon père ce héros, 26 septembre 2009
Par 
Poignant (Poitiers France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
J'étais passé jusque là à côté de ce roman, tout en connaissant sa réputation. Je n'ai pas été déçu.
Harper Lee l'a écrit à la fin des années 50. C'est le prix Pulitzer 1961.
Il s'agit tout d'abord d'un superbe récit partiellement autobiographique sur l'enfance et la découverte du monde des adultes par Scout, une petite fille de 9 ans, dans le sud profond des USA (Alabama) en 1935.
Son amour pour Atticus, son père avocat, son frère ainé Jem, 13 ans, son amitié pour son copain Dill sont décrits dans un style agréable plein d'humour et de fraîcheur.
Le climat créé dans le premier tiers du livre est le précurseur évident du 2ème roman de Donna Tartt « Le petit copain » 35 ans plus tard, ou des récits de John Irving sur l'enfance. Rien que pour cela ce roman mérite d'être lu, dès 12 ans.

Mais c'est aussi et surtout un pamphlet impitoyable contre les moeurs hypocrites, lâches et racistes de la communauté blanche du sud des USA, dans les années 50. Ce qui est d'autant plus extraordinaire, c'est que ce réquisitoire est écrit par une blanche du sud, elle même descendante d'une famille de planteurs esclavagiste. L'enfance de la narratrice permet un ton badin et léger pour évoquer des évènements dramatiques, avec une vision très pointue de la société rurale du sud, ses ordures, ses couards, ses imbéciles, ses illettrés et ses héros à la dignité et au courage ordinaires dont Atticus Finch le père, Calpurnia la servante noire et tant d'autres... Point d'orgue de tout cela : la mise en parallèle décapante du racisme quotidien des moralistes bien pensants et de leur aversion du nazisme. Bref, la bêtise humaine en prend pour son grade.

Et puis Harper Lee n'est pas n'importe qui. C'est une amie d'enfance du fantasque Truman Capote (Dill c'est lui ! ) qu'elle a beaucoup aidé dans les travaux et la rédaction du génial « De sang froid » et qui, par jalousie, a même prétendu être partiellement l'auteur de « Ne tirez pas ... ». Après ce roman et son incroyable succès (30 millions de ventes) elle n'a plus rien écrit (lucidité et certitude de ne pouvoir faire aussi bien à nouveau ?) et est retournée vivre dans son sud natal, parmi ceux qu'elle a si bien su critiquer et aimer.
On peut dire que toute cette histoire est parfois facile et peu croyable quant à certains détails. Peut-être, mais un chef d'oeuvre doit-il être parfait ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un classique du sud des Etats-Unis, 17 juin 2007
Par 
D. Legare "Lire c'est respirer" (Ile de France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Quel livre magnifique ! Grandir dans une petite ville de l'Alabama pendant la grande dépression n'est pas une sinécure. C'est Scout, une petite fille de neuf ans qui est le narrateur de ce roman. Elle et Jem sont les enfants d'Atticus, un avocat respecté de la petite communauté car c'est un homme bon et droit. Mais quand le juge local lui assignera d'office la défense d'un homme noir accusé du viol d'une jeune femme blanche, une bonne partie de la petite ville de Maycomb se tournera contre lui. Les enfants découvrent alors la haine raciale inhérente au sud lorsqu'ils se font insulter à l'école. Ils seront témoins du procès et leur sens enfantin de la justice en sortira profondément blessé. Il est vrai qu'en quelques mois, ils auront découvert l'injustice (sous couvert de la justice, donc la pire), la haine gratuite, l'hypocrisie, la ségrégation des classes et enfin la violence. Mais attention, ceci n'est pas un livre désespéré, loin de là, parce que les enfants auront aussi rencontré des hommes et des femmes de valeur, ceux-là même qui, contre vents et marées font que la barbarie et la bêtise reculent peu à peu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un vrai classique, 8 juillet 2012
Par 
aniamania (FRance) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Je confirme qu'on dirait que le livre est écrit à deux vitesses et/ou l'on peut diviser en deux parties : la première nous décrit l'Amérique des années '50 avec les stéréotypes tels que l'on s'imagine véhiculés par d'autres lectures ou des films. La deuxième partie, un peu plus animée, un peu plus prenante, relativement prévisible, mais toujours émouvante et bouleversante. Un vrai grand classique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Beau roman sur l'enfance et la ségrégation, 16 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
Ce livre se passe en Alabama, dans les années 60. La narratrice, Scout, raconte trois ans de sa vie (de 6 à 9 ans), sa famille, ses voisins et ses jeux avec ses mots à elle. Au fil des pages, son père va devenir l'avocat commis d'office auprès d'un noir accusé du viol d'une jeune fille blanche et cela va boulverser la vie de Scout, de sa famille ainsi que de toute la population de Maycomb.
J'ai aimé cette façon de raconter l'ambiance de l'époque, la ségrégation, les préjugés que nous pouvons avoir devant l'inconnu, sans tomber dans le mélo. C'est doux, tendre, narré avec beaucoup d'humour.
L'auteur, Harper Lee, a dit dans une interview ne pas être cette petite fille, que ce roman n'était pas autobiographique. D'ailleurs, elle n'en a pas publié d'autre, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" est son unique roman... Et c'est bien dommage !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sidérant, 21 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Broché)
je lis et relis ce merveilleux petit bouquin et l'offre à tour de bras à ceux que j'aime.
c'est un vrai bijou.unique, exceptionnel. une petite tranche de vie d'une gamine rigolote et réfléchie à la fois, dont le regard sur le monde, son monde, amène à regarder le nôtre d'un oeil neuf.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 210 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee (Broché - 19 janvier 2005)
EUR 19,80
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit