undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 janvier 2013
C'est la critique faite par Jean d'Ormesson sur ce livre.
Ce livre est un bon livre. Un très bon livre. Il vous retient prisonnier de son fil, vous forçant page après page à lire la 700e. Passionnés par le jeu des personnages, leur profondeur, les retournements de situation, les délais donnés à Marcus par son éditeur, c'est avec un petit pincement au coeur qu'on finit ce livre, un peut triste au fond de quitter cette clique qui nous devenait si familier. C'est à la fois un roman policier, mais aussi un roman d'amour et un roman d'apprentissage parfaitement bien orchestré.
Alors pourquoi ce roman n'est-il pas un grand livre?
Tout simplement, parce que derrière le professionnalisme avec lequel est écrit ce livre, on remarque certaines failles...
Tout d'abord, le récit ressemble à un jeu de chaises musicales, où tous les habitants de la petite ville d'Aurora, NH seront au moins soupçonnés à une page ou à une autre du meurtre de la petite Nola, jusqu'à ce qu'un nouvelle de dernière minute ne vienne les disculper. Cette structure un peu artificielle est malheureusement ponctuée par beaucoup de clichés sur l'Amérique, que l'auteur est censé connaître, selon la quatrième - mais qui reste très "primitive": le sergent bourru, l'homme d'affaire de New York, la mère juive...
Enfin, ce qui, à mon sens, manque le plus à ce livre, c'est la critique sociale, ou dans une certaine mesure, l'absence de réflexion ou d'étude philosophique, qui sous-tend tous les grands romans. On a donc un récit implacable, certes mais un peu superficiel...
En résumé, vous ne regretterez pas d'avoir lu ce livre. Il ne vous changera ni votre vie, ni vous aidera à mieux appréhender le monde, mais vous l'emporterez partout, il vous tiendra en haleine, vous mettra un peu de piment dans votre vie le long de ses 700 pages.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 décembre 2012
Ce roman a fait couler beaucoup d’encre. La presse dans son ensemble l’a encensé : intrigue géniale, suspense haletant, regard pertinent sur la société moderne, etc. Toutefois dans ce concert de louanges quelques bémols se sont fait entendre. Pour David Caviglioli, critique littéraire au Nouvel Observateur : « La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une puissante avalanche de clichés et de naïvetés romanesques au pire sens du terme. On a l’impression de lire un roman-roman anglo-saxon comme il s’en publie à travers la planète par containers. (…). » Emmanuelle Leyris du Monde des livres n’est guère plus tendre : « "Un grand roman américain venu de Suisse", s'écrient ses admirateurs ? Disons un honnête polar, dont la présence sur les listes automnales est un mystère plus épais que celui qui nourrit son intrigue. »
Oui, La vérité sur l’affaire Harry Quebert est un bon polar. Il y a de l’action, du suspense, des coups de théâtre, des fausses pistes, une histoire d’amour. Bref, tout ce qu’il faut pour faire un film ou un feuilleton télévisé. Et en cela ce livre mérite tout à fait le Goncourt des lycéens. Les jeunes ont envie qu’on leur raconte une histoire et qu’on les divertisse en leur proposant des énigmes. Quant à la façon dont cette histoire est écrite. Bof ! Le reste est littérature, dirait Verlaine. Mais Le grand prix l’Académie française ? Comment les immortels, en principe garants de la langue, peuvent-ils couronner un ouvrage qui privilégie à ce point la narration au détriment du style ? Auraient-ils eu l’envie subite de « faire djeunes » ? Car, c’est une évidence, Joël Dicker n’écrit pas bien. Sans vouloir s’attarder sur certaines fautes grossières et non intentionnelles (le subjonctif après après que, se rappeler de, marier quelqu’un au lieu de se marier avec…) il est difficile de supporter une telle accumulation de fadaises : « Harry chéri, je t’aime tellement ! (…) » et de platitudes sentencieuses : « L’important ce n’est pas la chute, l’important est de se relever. ». Mais arrêtons-nous là. Si vous avez envie de vous changer les idées sans vous prendre la tête… Lisez-ce livre !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 3 septembre 2014
Que puis-je ajouter à presque 600 commentaires ? Voilà un livre qui est plaisant à lire, car peu compliqué. Il y a clairement du remplissage de pages mais cela fait durer le plaisir. La construction n’est pas aussi originale que l’on a bien voulu le dire. Ce n’est pas la première fois que je vois cette architecture littéraire. Il y a des personnages en tous genres. Pour ma part, j’ai adoré la mère de Jenny de par sa personnalité caricaturale. Elle m’a permis de rire un peu car le reste est finalement assez triste.

Pour ceux qui y ont vu une analyse approfondie de la société américaine, je leur laisse la responsabilité de leurs propos. Pour ma part, j’y ai vu une utilisation quelque peu poussive de lieux communs avec beaucoup de caricatures et très peu d’analyse. Même le milieu de l’édition, qui devrait être familier à un écrivain, n’est pas décrit avec beaucoup de profondeur. Quant à l’intrigue, les multiples rebondissements, bien que pas toujours convaincants, font qu’elle arrive à survivre aux essoufflements.

Bref, beaucoup de légèreté, ce qui en fait un très bon livre de plage (c’est là que je l’ai lu) pour se détendre entre deux baignades.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
29 sur 36 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Samedi 30 août 1975, Nola Kellergan disparaît. La dernière personne à l'avoir vue vivante a été tuée d'une balle en plein coeur.
Trente-trois ans plus tard, le célèbre écrivain Harry Québert veut faire planter un massif d'hortensias dans son jardin. A l'endroit où on allait placer les fleurs, on découvre un squelette. Le doute n'est pas permis. Il s'agit de Nola. Harry a-t-il tué l'amour de sa vie, celle qui lui a inspiré son best-seller, « Les origines du mal »?
Ce roman est une brique de six cent soixante pages. Et cela m'effraie. Mais dès qu'on plonge dans l'histoire, on est fasciné. Impossible de s'en détacher. Tout au long du récit, Joël Dicker fait voyager son lecteur du présent, où se déroule l'enquête, au passé, moment où Nola était bien vivante.
Les rapports chronologiques sont très clairs et jamais on ne s'y perd.
Immédiatement, on se dit qu'Harry ne peut pas être le coupable. Il aurait été fou de faire creuser à l'endroit même où il aurait enterré le corps de sa victime. Mais alors, qui a tué Nola?
L'enquête menée par Marcus, élève et ami d'Harry, qui veut à la fois disculper son mentor et écrire son deuxième roman, rebondit sans arrêt. Chacune des pistes est diablement convaincante. Suspense et rebondissements rendent le récit palpitant. Mais il est plus que cela. Les thèmes sont importants, particulièrement celui de l'écriture et des angoisses qu'elle provoque. Marcus bute contre la page blanche. Arrivera-t-il à égaler le succès de son premier roman? Rien n'est moins sûr, d'autant qu'il subit une pression énorme de la part de son entourage. Arrivera-t-il à découvrir la vérité sur l'affaire Harry Québert? Ceci aussi est problématique. Harry ne l'aide pas, que du contraire. Il lui met des bâtons dans les roues.
L'auteur a glissé dans son récit un nombre incroyable d'énoncés remarquables qui vont des lettres aux articles de presse en passant par les avis de recherche, des extraits des romans, les confessions enregistrées et j'en passe.
La construction aussi est étonnante: on commence par le chapitre trente et un et on avance dans un ordre décroissant vers le chapitre un.
Chacun débute par un dialogue entre le maître et l'élève, et un conseil d'écriture.
C'est pourquoi je ne suis pas d'accord avec les lecteurs avec lesquels j'ai discuté et qui qualifiaient le style de pauvre.
Ce roman foisonnant m'a beaucoup plu et je le recommande.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 mars 2013
Le style est simple, on entre très rapidement dans l'histoire, et l'intrigue policière bien menée donne envie de tourner les pages.
La construction du roman est assez originale.
Quelques coupes auraient été cependant profitables pour encore plus d'efficacité pour un livre qui souffre de quelques longueurs ici ou là.
La fin est en rebondissements multiples et offre donc un bon moment de lecture sans pour autant que ce soit LE livre du siècle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 mars 2014
Ce n'est pas de la grande littérature mais c'est un bon roman, avec une intrigue efficace, malgré quelques longueurs, qui sait manier l'art du suspens et qui sait surprendre son lecteur au fil des pages, avec un dénouement vraiment original.

Je le recommanderai volontiers car c'est vraiment un livre qui fait passer agréablement passer le temps.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 novembre 2014
Après toutes les critiques formidables lues au sujet de cet ouvrage, la déception est assez grande.
Même si l'ouvrage se lit facilement, il n'y a pas de description fine des situations, des personnages. Le style est linéaire. Pas de nuances ni de suspens, mais un va-et-vient historique limite agaçant. Je l'ai lu en 20 fois....Bref, on s'ennuie sec.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 juillet 2014
Ce n'est ni "affligeant", ni une imposture", comme j'ai pu le voir dans certains commentaires de ce que j'appelle les "coincés de la lecture". Genre: rien n'est lisible en dehors des prix Nobel.
C'est juste Le pavé comme on les aime, (enfin, pour ceux qui aiment les pavés). 800 pages. Marketing aux petits oignons, un genre de Mac do de luxe puisqu'il a eu le prix de l'académie française, bien moins c***** que certains pavés hautement littéraires dont je tairai le nom.
Certes, l'écriture, ce n'est pas du Faulkner/Jim Harrisson/Russel Banks, (ce que j'aime), ni, (Heureusement), du Christine Angot.
Si les personnages sont parfois caricaturaux, l'histoire d'amour juste un peu gna-gna : "Harry chéri", ma "Nola que j'aime tant", pourquoi bouder son plaisir ? on se laisse embarquer dans cette histoire, au superbe scénario à rebondissements multiples et variés, au point qu'on ne s'aperçoit pas qu'on est en train de se choper le méga coup de soleil avec mélanome intégré.
Ah, si on avait lu Kant à la plage, on n'aurait pas ces problèmes dermatologiques.........
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Que de rebondissements ! Un bon suspens tout le long du livre.
J'ai été happé par les pages et ne parvenais plus à le lâcher.
J'ai d'autant plus apprécié que souvent je trouve le fin mot de l'histoire bien avant qu'il ne soit révélé et là j'ai séché et j'ai été surprise des différents dénouements.
Très bons moments de lecture.

Extrait :
"Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés.
Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé".
En ce qui me concerne, ça a été le cas avec "la vérité sur l'affaire Harry Québert". :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 février 2014
Cette histoire est superbe, souvent on aime un livre sur le moment et puis on ne s'en souvient plus quelques mois après. Hé bien là non, ce livre est tellement bien fait que même le nom et le caractère des personnages me semble encore maintenant familier et passionnant. Du suspens et un vrai voyage dans les émotions et sentiments ....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Les derniers jours de nos pères
Les derniers jours de nos pères de Joël Dicker (Poche - 11 mars 2015)
EUR 8,20

Le Livre des Baltimore
Le Livre des Baltimore de Joël Dicker (Broché - 30 septembre 2015)
EUR 22,00

Demain est un autre jour
Demain est un autre jour de Lori Nelson SPIELMAN (Poche - 3 avril 2014)
EUR 7,90