undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles19
4,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 janvier 2005
Sous un titre plutôt insolite, ce livre renferme des récits drôles et cyniques de la vie indienne !
Mais ce qui sort de l'ordinaire c'est la place que tiennent tous les plats : Curry, Briany, Tandori, Chutney aux mangues, gâteau aux carottes, lait d'amande etc.
C'est un véritable festin qui se deroule sous nos yeux ! Surtout qu'on trouve a chaque fin d'histoire une recette de cuisine.
Mis à part le côté culinaire du livre, on decouvre les rites religieux, les coutumes et le mode de vie des hindoux.
Bref un livre complet, très original, qui se dévore du début jusqu'à la fin !
0Commentaire44 sur 46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"La colère des aubergines" est un drôle de petit livre, qui mêle cuisine et vie quotidienne. L'auteur, Bulbul SHARMA est écrivain et peintre et c'est avec la conjonction de ces deux talents qu'elle nous dépeint la vie des femmes en Inde. Car ce sont essentiellement des histoires de femmes qui se mettent en place sous nos yeux : la grand-mère qui veille jalousement sur ses pickles, les familles qui se livrent une concurrence sans merci pour faire étalage de bonne chère le jour du mariage de leurs enfants, la cousine laissée pour compte et ballotée dans toute la famille mais qui refuse cependant l'émancipation, la femme et ses deux amants... Bulbul SHARMA déroule le fil de douze nouvelles qui sont autant de scène de la vie quotidienne en Inde aujourd'hui.

Beaucoup de ces nouvelles se passent dans la cuisine. Toutes évoquent la nourriture, fil conducteur de l'ouvrage. Et chaque histoire se clôt sur une ou plusieurs recettes typiquement indiennes (j'en ai compté vingt-quatre). A l'origine était la grand-mère de l'auteur : Dida, qui "prépar[ait] les repas assise sur le sol de la cuisine". Et c'est ainsi qu'elle décline quelques unes des recettes de cette dernière, plus d'autres de son cru.
0Commentaire26 sur 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ici, une grand-mère tyrannique veille jalousement sur ses bocaux de pickles; là, une parente pauvre exploitée par sa famille refuse pourtant l'émancipation; une fiancée voit ses parents rivaliser avec sa future belle-famille pour produire le festin de mariage le plus ahurissant; une femme quittée par son mari continue à le recevoir tous les dimanches midi pour déjeuner; une veuve est torturée par le jeûne religieux que lui impose sa belle-mère; une adolescente assiste à un étonnant pique-nique nocturne... Chacun des récits qui composent "La colère des aubergines" tourne autour de la nourriture et de la condition féminine. La première apparaît comme un élément central de la culture indienne, qui tantôt rapproche les gens et tantôt sème la discorde entre eux. La seconde semble produire deux types de femmes: des harpies qui régentent leur famille avec une poigne de fer, ou de pauvres créatures timides et soumises, écrasées par le poids des traditions.

Quant aux hommes, lorsque l'auteur les met - rarement - en avant, c'est pour les ridiculiser. L'un d'eux est l'objet de la guerre que se livrent sa mère et sa femme par petits plats interposés et se laisse gaver docilement pour avoir la paix; un autre est persuadé que tous les voyageurs mâles du train dans lequel il a pris place avec sa mère, son épouse et sa fille convoitent les appas de ces dernières; un autre encore est contraint de battre la campagne à la recherche des mets inédits qui sauront contenter son ogresse de femme. Et chaque nouvelle se conclut par la recette d'un ou plusieurs des plats qui y ont été mentionnés. C'est drôle; c'est très instructif pour qui s'intéresse à la société indienne et ça met l'eau à la bouche du début jusqu'à la fin. Mon premier Bulbul Sharma ne sera certainement pas le dernier.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un livre vraiment délicieux à lire et à humer au travers de ces histoires aux épices mais également aux richesses humaines très intéressantes. C'est l'un de mes premiers bouquins de lalittérature indienne, depuis je ne peux me passer de cette "fortune" littéraire aui nous apprend au fil des mots, des chapitres et des histoires quel est ce pays fascinant!
Pour les amateurs de l'inde, de ses couleurs, de sa cuisine, de ses contes... c'est le livre qu'il faut absolument lire
0Commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2012
Approche des us et coutumes de quelques familles indiennes. Je ne connais pas bien la culture hindoue, très différente de la nôtre en Occident, là on entre dans la cuisine et la vie des gens.
J'ai trouvé "La colère des aubergines" très interpelant, intéressant également pour les recettes après chaque histoire - à essayer, mais attention au beurre et aux sucreries ;).
Merci à l'auteur pour le glossaire figurant à la fin du livre.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Excellent recueil de nouvelles à lire et à emporter partout, dans sa chambre, dans les transports, chez des amis, et surtout dans sa cuisine ! Les nouvelles sont toutes passionnantes ; elles permettent aux lecteurs de comprendre l'importance, le rôle et les différents symboles de la nourriture, des épices et des plats cuisinés au sein des familles indiennes. Elles illustrent essentiellement la situation de femmes aux situations très diverses : riches, pauvres, veuves, femmes trompées, servantes, filles à marier, filles vivant chez leurs parents... On salive en lisant la description de tous les plats et on essaie de se rappeler les saveurs que l'on connaît déjà (mention spéciale pour le moong daal halva dont j'avais oublié le nom et que j'ai retrouvé grâce à Bulbul Sharma !). On rêve aussi d'essayer les recettes qui se trouvent à la fin de chaque nouvelle et on se rue alors dans un supermarché indien (Gare du Nord pour les Parisiens ;) ) pour y trouver les ingrédients typiques qui nous manquent. A lire, à cuisiner et à garder sous la main !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir, les histoires nous transportent en inde et nous font sentir les parfums épicés de la cuisine indienne. Les recettes que j'ai essayé sont simples à réaliser et surtout sont très bonnes!
0Commentaire12 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2010
Roman ? Recueil de recettes ? Ce livre est les deux à la fois ! Quel beau voyage en Inde !

Savoureux, succulent, exquis, délicieux, appétissant, alléchant, goûteux, épicé, pimenté, truculent parfois....

Ces récits sont autant un régal pour les yeux que pour les papilles !

Transportez-vous en Inde, et laissez-vous conter les aventures de Dida, de Buaji, de Bala, de Vinod, de Priti, de Mme Kumar, de Gopal Sen, de Nath, de Sumitra, de Soni, de Maaji, de Mani, et de Reshma. Ces femmes et ces hommes nous livrent, par la plume alerte de Bulbul Sharma, des épisodes de leurs vies, où l'amour cohabite avec la jalousie, la gourmandise avec le jeûne, le mariage avec la séparation...

Laissez-moi vous parler de Vinod... Il est pris "en sandwich" entre sa mère et son épouse. L'une et l'autre rivalisent chaque jour, à chacun des repas, pour lui offrir "le meilleur" : c'est une surenchère permanente qui provoque en lui des aigreurs d'estomac et quelques flatulences désagréables. Mais pas davantage ; il en vient à rêver d'une vraie hypercholestérolémie ou d'un diabète sévère, qui lui permettraient d'échapper à la pression alimentaire des deux femmes. Mais non ! il réussit à survivre dans de bonnes conditions de santé. C'est d'autant plus difficile que sa jeune épousée n'a rien d'une "mère Poulard" et que ses mets sont difficiles à digérer. Je ne vous dirai pas par quel merveilleux événement il réussira à échapper aux deux cuisinières concurrentes aussi aimantes l'une que l'autre : laquelle aura le dernier mot ?

Ces courts récits sont une pure merveille : ils nous parlent du quotidien de l'Inde avec humour, sagesse et réalisme. On pénètre dans l'intimité de ces familles, parfois la plus secrète, la plus personnelle. On découvre la vie de tous les jours dans ce pays : le rôle de l'Amah, la nourrice, de la Dadi, la grand-mère, de la Bua, la tante paternelle, de la Didi, la grande sœur, du Pradhan, le chef de village, du Bhaiya, le frère.
L'auteur nous décrit les rituels sacrés : le Rakhi, jour au cours duquel les femmes passent au poignet de leurs frères (ou de ceux qu'elles considèrent comme tels) un bracelet de fils colorés, pour obtenir protection et cadeaux. Le Shradha, rite funéraire au cours duquel on nourrit le défunt et les ancêtres. L'Ekadashi, 11ème jour du mois lunaire, en rappel de l'intervention du dieu Vishnou, qui sauva ce jour-là l'humanité.

Les psychologies des uns et des autres y sont subtilement dépeintes : les personnages sont bien campés dans une culture qui nous est dévoilée avec finesse et un brin de malice : comment ne pas se délecter de la façon dont nous est décrite l'angoisse de Gopal Sen, fils de Sita, époux de Malati, père de Kajol, lors du voyage en train qui les ramènent de leur pèlerinage annuel à Hardwar, pour le bain dans le Gange sacré. Il s'est légitimement investi de la mission de protéger les trois femmes pendant le trajet. Mais tout représente danger dans son cerveau paranoïaque ! "Ne fais jamais confiance aux hommes qui portent des chaussettes de couleur [...]. Ils le font pour séduire les femmes... celles des autres, pas les leurs". Il est envahi par des centaines d'idées préconçues : "Les femmes doivent toujours manger à la cuisine, après les hommes [...]. Comme elles sont laides quand elles mâchonnent comme des vaches, avec leurs dents toutes tachées de mangeaille"... "Ne mange sous aucun prétexte le poulet qu'on te sert dans le train. Ce n'est jamais du poulet, c'est du corbeau"..."Comme la vie est dangereuse dès qu'on quitte les quatre murs de chez soi". Et pendant que ses angoisses irrationnelles le submergent, les femmes font joyeusement bombance !
Ce voyage en train est inénarrable ! Mais, il nous fait découvrir aussi les paysages de l'Inde, qui défilent au rythme de ce voyage épique, et la pauvreté de ceux qui vivent le long de son passage.
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2011
J'ai beaucoup aimé : des petites anecdotes, qui se terminent par une recette de cuisine. Les recettes semblent simples et appétissantes. Les anecdotes sont pleines de soleil. Cela sent bon les fleurs exotiques et les épices tout en nous donnant un aperçu de la manière de vivre indienne. Le style est très agréable et j'ai lu ce livre d'une traite
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2011
Je me suis régalée à la lecture de ce livre et les recettes en fin de chapitre sont un plus indéniable.
Qu'on ne s'y trompe pas : il y a dans ces nouvelles un arrière-goût de colère féministe de femmes indiennes trop soumises à la tradition. Connaissant l'Inde, j'ai reconnu plusieurs portraits ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,60 €