undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles7
3,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 février 2011
Un récit épique malheureusement desservi par une traduction et une grammaire hasardeuses.

Exemple: "Au cours de l'année 1966, trois vols inhabités qui se sont déroulés parfaitement." ... Je suppose que le "qui" est de trop.

Ou encore: "Puis Deke a fait tomber sa deuxième chaussure." à un moment où l'auteur explique que Deke Slayton briefe les astronautes suite à l'accident d'Apollo 1 ... J'avoue avoir un peu séché sur celle-là, puis je me suis dit que cela pouvait venir de l'expression "To wait for the second shoe to drop" (Attendre un événement apparemment inévitable) et cela devient plus compréhensible, mais je ne pense pas que ce soit une expression française.

Allez, une belle petite dernière: "Avec une de ces bombes accrochée sous le ventre, le coup de poker était assez lourd, car les A-4 étaient soigneusement conçus pour aller livrer cette arme terrifiante sur sa cible" ... Alors là!! Je cherche toujours une signification à cette phrase sibylline.

Je peux tolérer quelques coquilles dans un livre. Une telle quantité dépasse l'entendement.
Moi qui me réjouissais de dévorer ce bouquin!! Toutes ces erreurs ont ruiné mon plaisir.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2013
J'ai adoré ce livre : Gene Cernan décrit parfaitement ses 3 missions dans l'espace, ses joies, ses angoisses et les difficultés rencontrées. Il traite aussi les autres missions importantes de Mercury / Gemini / Apollo, la course à la Lune contre les Russes, ainsi que les inévitables drames. L'auteur n'a pas vraiment la langue de bois, ainsi il revient souvent sur la rivalité entre les astronautes pour les quelques places disponibles dans les vaisseaux spatiaux, le rôle et les exigences des ingénieurs, constructeurs et politiciens. Je possédais déjà le remarquable livre de Jim Lovell "Apollo 13", et je remarque que dans celui de Cernan il y a moins de "vie privée", et il est donc plus instructif. Techniquement, on apprend beaucoup sur ces machines auxquelles les astronautes confiaient leurs vies.
Livre indispensable pour comprendre ce qui s'est vraiment passé pendant la conquête de l'espace, de 1961 à 1972.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2011
Enfin la traduction du livre du commandant de la mission Apollo 17 qui est le dernier homme a avoir marché sur la lune en décembre 1972.Cet ouvrage est important car les moonwalkers ont presque tous écrit un livre et malheureusement trés peu sont traduis en Français.La plupart sont disponible en ligne mais en Anglais dans leur version originale.Il serait souhaitable que d'autres livres d'astronautes des missions Apollo soient traduit en Français car la demande est forte et ce n'est pas demain la veille qu'on reverra des hommes sur la lune.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2011
Ce livre raconte le programme spatial américain vu de l'intérieur, depuis les vols Gemini jusqu'aux vols Apollo, raconté par un cosmonaute, Gene Cernan.
Ce bouquin est passionnant, j'en suis à la moitié du livre et j'ai du mal à le lâcher.
Gene raconte la vie réelle avec les bonheurs et les malheurs de ce programme, de son point de vue mais également de celui de sa femme.
Il parle technique mais aussi impressions et sentiments.
C'est une histoire humaine exceptionnelle, tant le talent et la chance ont été nécessaires pour Gene pour devenir un vrai astronaute.
On comprend mieux le pari très audacieux du Président Kennedy d'envoyer un homme marcher sur la Lune et de le faire retourner sur Terre, compte-tenu de la technologie de l'époque.
Qui seront les suivants, et quand?
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2011
Exceptionnel témoignage de cet homme qui a l'âge de mon père. Comment convaincre les éditions ALTIPRESSE de traduire et de publier TOUS les autres témoignages d'astronautes américains de l'épopée APOLLO ? Vraiment, c'est une lacune en France...!A l'heure où les jeunes gens ne connaissent pas notre système solaire, ni pourquoi le ciel est parfois bleu, ni à combien de kilomètres se situe le planète Mars, encore moins à quoi équivaut une année lumière..Ce bouquin est incroyablement bien écrit, presque intime et si Ron HOWARD a décidé de porter à l'écran la Mission Apollo 13 en 1995, il pourrait porter à l'écran l'histoire extraordinaire de cet homme ordinaire qu'est Eugène CERNAN; il y a de quoi faire. Par ailleurs, quelques repères historiques (La Baie des cochons, le discours de KENNEDY en 1961 au Congrès, Les meurtres de Marilyn MANSON, la guerre du Vietnam, Woodstock etc...) ponctuent le récit très agréablement et permettent de ne pas oublier cette fabuleuse époque qu'était les années 60 et 70 aux Etats Unis (Et en France....) A recommander sans aucun problème à tous les passionnés d'espace et d'aventure, mais pas seulement. Voilà un ouvrage qui devrait être servi comme support d'études aux classes du secondaires en histoire.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2016
Bonjour.
Voici un livre captivant, qui relate de façon vivante la vie et la carrière, et donc les joies et les difficultés, d'un astronaute américain.
Voici un livre également captivant par la somme et l'importance des questions non évoquées, et par les énormes points d'interrogation qui, comme le triple sourire qui reste en l'air dans les Chroniques Martiennes de Ray Bradbury, persistent longtemps lorsqu' on le referme.
La place manque ici pour reprendre toutes les incongruités, voire les impossibilités flagrantes, de l'aventure Apollo, et cela mission par mission.
Dommage.
Je ne me permettrai donc uniquement quelques interrogations - bien légitimes vue l'importance de cette " Plus grande aventure humaine de tous les temps ".
On n'est quand même pas obligé de tout croire, même si l'envie démange.
Je pourrais développer, mais cela fait quarante cinq ans que je m'interroge ( très modestement ) et j' ai bien conscience d'ennuyer quand je me lance, ayant ( toujours très modestement ) pas mal cherché...
Pour cette ultime mission Apollo XVII, voici quelques sujets d'étonnement.
Admettons que Saturn V puisse soulever ses cent deux mètres, son poids total des divers étages : 130 + 38 + 11 + 2 = 181 tonne... A VIDE ( + les 18 m du module de commande, du tunnel d'amarrage, de la fusée d'évacuation ) soit 12 Boeings 747 à plein.
Elle et ses passagers, traversent la première ceinture de Van Allen ( 1/2 heure ), puis un espace l'amenant à la deuxième Van Allen, plus épaisse ( 1 h 1/2 ).
A l'instar de tous ses prédécesseur, Eugen Cernan ne signale AUCUN trouble, AUCUN malaise consécutifs aux rayonnements alpha, bêta et gamma.
Ni pour lui, ni pour ses deux camarades...
NI pour les sensibles instruments du bord.
Rien, comme pour les cinq autres missions d'alunissage.
Pas de vomissements, aucun signe d'irradiation.
Fortement protégés par trois millimètres d'aluminium et leurs combinaisons souples, ils voguent pénardement vers la Lune.
Aucun signe de cancer au retour, pour personne, jamais.
Il alunissent donc, AUCUNEMENT incommodés par les 140 décibels du moteur de descente ( 5000 kg de poussée - qui ne laissera AUCUN cratère ni brûlure au sol, pour aucune des six missions ), et communiquent librement avec Houston.
Une fois sur la Lune, ils ne sont nullement incommodés par les particules cosmiques ( j'y reviendrai à la fin ), alors que TOUTE l'aventure Apollo s'est déroulée durant LA PIRE période de vents solaires.
Cernan et Schmitt feront une sortie de 7 heures et 12 minutes.
7 heures durant lesquelles ce qui est au soleil subira en gros une température de 150 degré positifs, et ce qui est dans l'ombre, 150 degrés négatifs.
Sans problème.
Ils rouleront 30 km, ramèneront 100 kg d' échantillons, dont certaines pierres introuvables sur Terre.
Voilà-voilà.
Question: POURQUOI PERSONNE n'a-t-il pensé à utiliser les caractéristiques remarquables des scaphandres pour en doter TOUTES les centrales nucléaires du monde - et l'on pense bien sûr à Three Miles Island, Tchernobyl, Fukushima - et aux futures catastrophes ( la France comporte 58 réacteurs... ) ?
Question: QUI sait dans le grand public que la dernière " roche lunaire introuvable sur Terre " a finalement été découverte dans un désert australien ( vers 2006 sauf erreur ) ?
Question: POURQUOI von Braun, qui savait de quoi il parlait, déclarait-il officiellement que le retournement d'attraction ne se ferait pas aux cinq sixièmes du parcours, mais aux quatre cinquièmes ?
Question: cela explique -t- il que les bonds prodigieux prévus sur la Lune se soient limités à 20 ou 30 cm ?
Question: - A MOINS que tout soit truqué, et que le passage des films à double vitesse ne vous convainquent que tout est filmé sur Terre, et bidonné ?
Question: COMMENT les appareils photos Hasselblad, ( portés sur la poitrine et sans viseur, bravo les photos bien cadrées, sans trace de réticules ( pourtant GRAVÉS sur les objectifs ), COMMENT, donc, ont-ils résisté à des différences de températures démentielles ?
Et MIEUX: COMMENT nous faire croire que les pellicules n'ont PAS cassé, que les objectifs ne se sont pas décollés, que les piles fonctionnaient ? A ces températures ?
Le créateur de ces appareils lui-même affirmait qu'ils étaient inutilisables sur la Lune ( séquence sur YouTube ).
J'aurais MILLE autres questions.
Mais après avoir rappelé que Neil Armstrong A REFUSÉ de jurer sur la Bible " qu'il y était allé ", je rapporterai le petit détail qui suit:
l'on s'est aperçu il y a seulement quelques années que les astro-cosmo-spatiau-taïko- nautes, lorsqu'ils voguaient PLUS HAUT que ce que l'on faisait auparavant ( l' ISS, la Station Spatiale Internationale, croise à une hauteur qui n'équivaut, en gros, qu'à la distance Paris-Rennes ! ), étaient traversés par des rayonnements cosmiques relativement abondants, qui n'étaient arrêtés NI par le métal des vaisseaux, NI par les casques, NI par les boîtes crâniennes, NI par les paupières.
Ainsi, ils VOYAIENT des trainées " comme des étoiles filantes " qui, les yeux fermés, traversaient leur champ de vision.
Des films ont été faits ( YouTube ), des émissions de télévision ont développé le sujet.

Alors, ultime question =
PUISQUE AUCUN des douze astronautes ayant " aluni " ni AUCUN des six occupants des vaisseaux en orbite lunaire d' attente N' ONT JAMAIS, PUBLIQUEMENT OU LORS DES DEBRIEFINGS, RAPPORTÉ AVOIR PERÇU CES RAYONS COSMIQUES BIEN VISIBLES EN TRES HAUTE ALTITUDE, AVANT LE PASSAGE DES VAN ALLEN, peut-on déduire que, trente ans plus tôt, ILS IGNORAIENT LEUR EXISTENCE ?
- ET, DONC, QU'ILS N 'Y " SONT............. PAS ALLÉS " ? ? ? ? ?

Merci pour votre lecture.
22 commentaires|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le dernier homme dans la Lune, c'est moi....(non ce n'est pas ce que je suis en train de dire...La prise de la Pastille n'est pas une option...) je parle ici de mon Q.I. qui me vaut des insultes répétées...C'est marrant mais là-haut, je ne l'ai jamais vu...Le dernier à avoir marché sur la lune...
33 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)