undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_ss16 cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles8
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Jeune et brillant alpiniste (auteur de nombreuses voies difficiles dans les Alpes), J.C. LAFAILLE est contacté par Pierre BEGHIN, himalayiste confirmé (5 x 8000m à son actif), pour réaliser l'ascension de la face Sud de l'Annapurna par une voie nouvelle en technique alpine et sans oxygène en octobre 92.
Bloqués par la tempête vers 7400m, les 2 hommes sont obligés d'entamer une retraite forcée au cours de laquelle Pierre BEGUIN disparaît subitement lors d'un rappel sous les yeux de son compagnon. Celui-ci se retrouve seul en pleine face avec une tente, un duvet, un réchaud, un peu de nourriture, mais très peu de matériel indispensable à la descente (contenu dans le sac de Pierre BEGHIN). Choqué par la disparition brutale de son compagnon, il entame une descente épique de presque 2000m qui restera dans les annales de l'épopée himalayenne : 5 jours de descente m par m, avec un bout de corde récupéré dans la paroi et compliquée par une fracture du bras droit, consécutive à une chute de pierre à 6600m...
Revenu en France, il mettra plus d'un an à se remettre de la disparition tragique de son compagnon et à exercer de nouveau son métier de guide et d'instructeur à l'ENSA...
Il reviendra alors régulièrement en Himalaya pour gravir des 8000m toujours en technique alpine, sans oxygène, le plus souvent en solitaire. Malgré quelques succès retentissants, il est hanté par son échec à la face S de l'Annapurna et reviendra effectuer 3 nouvelles tentatives dont les 2 premières seront marquées par des échecs retentissants. La 4° tentative sera la bonne : incorporé, pour des raisons financières, dans une équipe internationale dirigé par l'alpiniste américain Ed VIESTURS et bénéficiant à la fois du soutien de sa femme Katia au camp de base et d'un créneau météo exceptionnel (grâce aux informations données par téléphone satellite à sa femme par son routeur chamoniard), il signera en compagnie du grimpeur basque Alberto INURRATEGI un des plus bels exploits de l'alpinisme moderne, le parcours intégral de l'arête Est de l'Annapurna aller retour soit un séjour de 4 jours à plus de 8000m dans la zone de la mort (il dira lui-même qu'il était « entré dans un autre monde »)
Ce livre coécrit avec Benoît HEIMERMANN se lit très facilement et est illustré par de splendides photos prises lors de son ascension réussie. Il faut ajouter que J.C. LAFAILLE était un homme d'une extrême gentillesse et d'une grande timidité (pour l'anecdote, je l'ai rencontré une fois à la FNAC de GRENOBLE et il était un peu gêné à la fois par mon enthousiasme à son égard et par le fait que j'avais fait remarquer à la vendeuse que son livre n'était plus disponible à l'époque au rayon montagne) et probablement le meilleur alpiniste que la France n'ait jamais connu : il a disparu fin Janvier 2006 lors d'une tentative d'ascension en solitaire hivernale du Makalu, son douzième 8000m...
Le livre No Shortcuts to the Top: Climbing the World's 14 Highest Peaks (malheureusement non traduit en français) de l'alpiniste Ed VIESTURS, qui l'avait accompagné, après l'Annapurna, aux sommets du Nanga Parbat et du Broad Peak en 2003 lui rend également un hommage mérité !
55 commentaires|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2003
Une fois commencée, impossible de quitter la lecture!
La douleur du compagnon de cordée est vive, son retour périlleux et provisoire.
Les diverses ascensions sont narrées avec justesse, sans superlatifs, l'auteur nous emporte avec lui dans sa douleur et sur le toit du monde. Une belle réussite!
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2012
Un livre tout bonnement saisissant qui ne vous lâchera que bien longtemps après l'avoir fini... Une lecture indispensable à tout amateur de montagne.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2013
Je ne suis pas très passionné par l'alpinisme et pourtant en lisant ces lignes écrites par JC Lafaille, nous sommes transportés !! Que du plus
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2015
Si tout le livre était à l'image de la première partie cela aurait été un bon livre. Malheureusement la partie centrale jusqu'à quelques pages de la fin n'est rien d'autre qu'un récit, quasi exclusivement narratif, semblable à tous les récits que j'ai pu lire sur les ascensions himalayennes. Heureusement de temps à autre on retrouve un questionnement intéressant, qui reste malheureusement peu approfondi. Un bon point également sur la sincérité de l'auteur qui semble ne faire aucun doute, quitte parfois à mettre mal à l'aise en qualifiant ses propres ascensions d'exploits.
Au final un livre très vite lu qui sera rapidement oublié je crois (d'autant plus qu'il est vraiment court, guère plus de 200 p.réelles en police de 16,...) mais qui reste cependant dans la moyenne correcte des récits himalayens, même si l'auteur, côté performances a été un alpiniste assez exceptionnel.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2013
On se jette dans cette aventure avec l'auteur et même si on imagine l'issue, le récit est palpitant. Et pudique.
Mais qu'est ce qui fait marcher les montagnards.....Réponse dans ce livre !
Passionnant.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2015
Un récit passionnant, plein d'humilité et d'humanité, des descriptions superbes. On comprend un peu mieux ces "alpinistes de l'extreme". Un livre excellent à recommander +++
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2007
Après avoir lu SANS LUI de Katia LAFAILLE j'ai attaqué PRISONNIER DE L'ANNAPURNA écrit par Jean-Christophe LAFAILLE (son mari). J'ai malgré tout eu une préférence pour SANS LUI car il y avait selon moi plus d'émotions (normal écrit par une femme), mais je n'ai rien à reprocher à cette lecture, JC LAFAILLE nous a fait partager ses moments d'angoisse et on ne peut que le féliciter pour tout son parcours professionnel.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)