Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Époustouflant !
Quel livre ! J'ai acheté ce bouquin il y a quatre jours et je l'ai littéralement dévoré. C'est un des récits de voyage les plus forts que j'ai pu lire. Quel témoignage sur la Mongolie et les Mongols. ce marc Alaux a baroudé à pied aux quatre coins du pays, sans soutien ni sponsor, et sans rameuter les médias...
Publié le 14 décembre 2007 par Grand lecteur

versus
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Assassin de rêves
Comme la pluspart des voyageurs occidentaux qui l'ont précédé en mongolie, il est probable que Marc Allaux ait d'abord rêvé de Mongolie. Est-ce l' extraordinaire dimension de ses voyages en Mongolie qui ll'ont gonflé d'orgueil ? Son humilité, dont certains ont parlé plus haut, s'exprime en face des mongols. Face aux autres...
Publié le 12 juillet 2011 par Jean-francois Champoux


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Époustouflant !, 14 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la Steppe (Broché)
Quel livre ! J'ai acheté ce bouquin il y a quatre jours et je l'ai littéralement dévoré. C'est un des récits de voyage les plus forts que j'ai pu lire. Quel témoignage sur la Mongolie et les Mongols. ce marc Alaux a baroudé à pied aux quatre coins du pays, sans soutien ni sponsor, et sans rameuter les médias. d'année en année il a marché des milliers de kilomètres. Et tout en rassemblant assez d'informations pour avoir un vrai témoignage à livrer. son bouquin, "Sous les yourtes de Mongolie" est aussi le premier récit de voyage sur la Mongolie dont l'auteur semble vraiment comprendre ce qui se passe dans ce pays, et il le raconte drôlement bien. Y a des descriptions qui égalent Saint-Exupéry. Je suis rassuré : il existe encore des voyageurs courageux qui ramènent de la matière de voyage intelligente. une approche vraiment originale des steppes mongoles.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ouvrage qui fait connaître la Mongolie par le détail, 26 février 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la Steppe (Broché)
La mode est aux longs périples pédestres. La Mongolie est à la mode.

Si vous voulez comprendre en nuances ce qu'est la Mongolie postsocialiste, lisez ces deux ouvrages de deux jeunes auteurs. Vous apprendrez bien davantage qu'avec les beaux albums photographiques : on y voit des images, mais on ne vit pas des situations humaines.

D'abord, j'apprécie la modestie comme la philosophie de mise en partage des auteurs, qui sont dans la bonne distance : sans complaisance, ni fascination excessive vers l'Autre culturel, le nomade. En marche vers le Hovsgöl, Marc fait réfléchir sur l'attraction du peuple Tsaatan sur le tourisme mondial. Il pose les vraies questions : « Et le Tsaatan épicier, personne ne fait attention à lui ? » (p. 344). Non, il n'ira pas « voir » cette minorité qui disparaît. C'est que Marc comme Linda ont tiré de leurs lectures anthropologiques, ils en retirent une philosophie du regard, attentive à l'Autre. Ces positions remarquables doivent être pointées.

Chacun a aussi le mérite de faire sa part à la métropole en mouvement, Oulaanbataar. On ne peut comprendre la Mongolie sans analyser ce qui s 'y joue (urbanisation effrénée, privatisation, déréglementation, paupérisation, exode rural lié au catastrophes « climatiques » des zuds, rôle des ONG, démocratisation chaotique, corruption). J'aime particulièrement l'errance de Marc qui passe ses glaciales journées d'hiver à se perdre dans des traversées des quartiers pauvres. Il y a quelque chose de rare dans cette démarche singulière qui dit beaucoup sur l'homme qu'est Marc et le rend attachant. « Vivre en témoin de sa propre vie ».

Marc est un passionné qui a beaucoup lu avant et après ses folles itinérances pédestres avec son ami Laurent (de nombreuses références d'ouvrages en notes de bas de pages l'attestent) : jamais, il n'est dans l'exploit sportif. Il sait écrire et de belle manière. Le vocabulaire est choisi. Il sait observer la vie quotidienne des Mongols et la poésie de son expérience est un bonheur.

Comme Sylvain Tesson (L'axe du loup : De la Sibérie à l'Inde, sur les pas des évadés du Goulag, Robert Laffont, 2004), Marc Alaux a marché plus de 6000 km. Si L'Axe du loup se lit d'une traite (214 p.), Avec les fils de la steppe se mérite (363 p) : l'écriture est incomparablement plus dense, plus culturelle : on y apprend davantage.

Marc sait habilement faire passer des thématiques instructives comme, en vrac, la tradition urbaine d'un pays qu'on croirait sans héritage urbain (p. 50-51), la marginalisation des éleveurs suite à l'effondrement de l'URSS (p. 265), le rôle prédominant du cheval (p. 158), le vol de chevaux qu'ils ont eux-mêmes subi (p. 332), les graves crises climatiques de zud (p. 70, 72, 74, 161, 320), les ruines d'un monastère perdu (p. 85), les chiens (p. 41), le costume du deel (p. 179). Jamais, vous ne trouverez ailleurs une description si fouillée d'une ville de l'Ouest mongol, Khovd (ou Khowd) qu'ici (p. 280) ou d'une ville inconnue d'un gobi méridional.

Marc et son ami Laurent ont parcouru tous les milieux de l'immense Mongolie : on apprend beaucoup sur les gobis, nomment ceux de l'Est (Dornod), les steppes herbeuses (khangai), les montagnes de l'Ouest (Altaï kazakh) comme des confins sibériens (montagnes du Darkhat et Hovsgöl, marécages, lacs, toundras, frontière russo-mongole). Les deux cahiers photographiques en couleurs sont contextualisés avec une légende très explicative. Les nomades sont nommément cités en action.

Ces deux ouvrages font aimer la Mongolie qui le mérite bien.

On ne peut que féliciter les éditions Transboréal d'avoir accueilli ce nouvel auteur. Merci à lui.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mongolie, 6 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la Steppe (Broché)
C'est un ouvrage très dense, qu'on savoure doucement: découverte en profondeur d'un monde aux antipodes de notre société; nature quasi intouchée; peuples qui ont su s'adapter à des conditions de vie extrêmes, à une histoire difficile et dont les qualités de courage et de générosité interpellent...Combien de temps cette civilisation survivra-t-elle encore?
Allez en Mongolie, vous ne le regretterez pas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Avant goût de la Mongolie, 3 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la steppe (Broché)
Un livre interessant dans tous les domaines sur la Mongolie, politique, historique, géographique, ethnographique, par quelqu'un qui connait bien la Mongolie, y étant venu plusieurs années de suite pour marcher, car je pense qu'on ne connait bien un pays qu'a pied, enrichi des rencontres que l'on y fait
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Assassin de rêves, 12 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la steppe (Broché)
Comme la pluspart des voyageurs occidentaux qui l'ont précédé en mongolie, il est probable que Marc Allaux ait d'abord rêvé de Mongolie. Est-ce l' extraordinaire dimension de ses voyages en Mongolie qui ll'ont gonflé d'orgueil ? Son humilité, dont certains ont parlé plus haut, s'exprime en face des mongols. Face aux autres occidentaux, Marc Allaux se comporte avec une suffisance déplaisante. En fait, il semble qu'Allaux soit tombé amoureux de la Mongolie, se comporte maintenant, comme un fiancé Jaloux : Lui seul peut avoir droit de citer. Lui seul a compris la beauté de sa fiancé. Lui seul devrait d'en approcher; les autres, "les touristes", ne pourront jamais comprendre. Il faut avoir fait ce que lui a fait, pour avoir le droit d'aimer, ou de vouloir aimer la Mongolie.

Un prêchi-prêcha détestable sur la "vanité" et le fantasme du touriste. Cette idée de fantasme, beaucoup de ceux qui s'intéresse à la Mongolie, ont décidé de l'assumer. Mais le Jaloux ne le souhaite pas. Lui seul a connu l'amour véritable et met maintenant tous ses efforts à faire comprendre au lecteur que si son désir obscur le porte à regarder à l'Est, il ne sera porteur que d'une illusion, organisée par les voyagistes, pour leurrer ceux qui rêvent de chevaucher en Mongolie. Du point de vue informatif, le livre ne manque pas de substance. Pour celui qui fait un travail de recherche, cet ouvrage peu s'avérer utile. On peu même comprendre qu'il souhaite nous révéler ce que seul le temps peut révéler.

Mais l'insistance sur le caractère absolument unique de son expérience, agit comme un travail de sape sur pour lecteur qui veut simplement rêver de Mongolie en attendant d'y faire éventuellement un voyage.Pour le voyageur qui voudrait en savoir davantage ou nourrir ses rêves (quel crime !), ce livre est une véritable catastrophe. À chaque fois que j'y ai lu quelque chose évoquant une forme de beauté, l'assommant rappel au touriste rêveur, revenait me percutter de cet avertissement: "Tout ce rêve est vain, jamais tu ne pourra vraiment connaitre la Mongolie, toi stupide touriste". J'ai failli en preder le goût d' y laller. Non pas parce que la Mongolie qu'il nous présente est laide. Mais parce que la Mongolie ...LA VRAIE Mongolie nous ne pourrons jamais (nous simple touristes ) y avoir accès. "Ton voyage, touriste, sera vain, Si tu crois y trouver la beauté c'est que tu n'auras rien compris"

Le touriste n'est pas un idiot, et n'a pas besoin de se faire constamment rapeller, qu'en 21 jours, il ne pourra se vanter (lui) de connaitre la Mongolie. Mais est-ce là une raison pour diminuer la valeur de ce rêve, de cette fantasmatique, qui nous envoûte ? C'est parceque j'ai peine à croire qu'il n'a pas d'abord été amené par ses rêves, que je suis si sévère envers l'auteur. Il est dailleur assez significatif qu'Allaux soit si peu loquace sur son "point de départ". C'est à cet endroit qu'il aurait pu créer une affiliation avec son lecteur. Mais le voulait-il ? Tout aussi significatif que les photos de ce livre ont manifestement été choisies en fonction de leur banalité et de leur piètre qualité. Le fiancé Jaloux ne veut pas attirer les regards concupiscents sur sa promise.

Si vous avez le désir de voyager en Mongolie, je vous suggère d'éviter ce livre, où d'en faire la lecture quand vous aurez acheté vos billets. Je crois que j'irai tout de même, malgré ce livre, en Mongolie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xae642498)

Ce produit

Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la Steppe
Sous les yourtes de Mongolie : Avec les Fils de la Steppe de Marc Alaux (Broché - 30 novembre 2007)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 9,90
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit