Commentaires en ligne


12 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la gaze au... gaz
Deux savants, l'un français, l'autre allemand, des Anglais, et un lointain parent en commun, qui avait épousé une richissime veuve de Rajah. Le tout se situe dans l'Oregon, sorte de Suisse américaine encore déserte.

Deux visions de la science: une vision hygiéniste, et utopique. Une vision nationaliste, industrialiste et même...
Publié le 29 avril 2007 par Dilberman

versus
3.0 étoiles sur 5 Les Cinq cents millions de la Begum
Jules Verne était un vieux souvenir,de bibliothèque verte, dont les explorateurs en tous genres réalisaient des exploits futuristes (pour l'époque ) et dont les progressions dans leurs périples étaient émaillés de longitudes et latitudes auxquelles je ne comprenais rien . Par curiosité j'ai voulu renouer...
Publié il y a 6 mois par ara


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la gaze au... gaz, 29 avril 2007
Par 
Dilberman (Clichy-sous-bois) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Deux savants, l'un français, l'autre allemand, des Anglais, et un lointain parent en commun, qui avait épousé une richissime veuve de Rajah. Le tout se situe dans l'Oregon, sorte de Suisse américaine encore déserte.

Deux visions de la science: une vision hygiéniste, et utopique. Une vision nationaliste, industrialiste et même raciste. Plus une troisième, la vision mercantile.

Curieux comme ce roman, en première lecture totalement irréel, pour ainsi dire sorti de la gaze, décrit certains développements du 20ème siècle. Le Docteur Schulze est déjà un savant nazi, qui associe le racisme et la recherche d'armes secrètes. Des V-1 et du gaz... C'est finalement le méchant Schulze qui mourra asphyxié dans sa chambre à gaz...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Etonnant, 4 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Oeuvre étonnante dans la production de Verne : lui qui aime tant à regarder les progrès de la science avec un regard d'enfant émerveillé (comme ses lecteurs d'ailleurs), ici il sous-entend des questions plus graves : la science pour quoi faire? le progrès aux mains de qui ? l'innovation (surtout dans la course aux armes) à quel prix ? Verne reste prudent, il ne conclut pas sur ses questions, mais cette idée que la société (la politique) irait en changeant en fonction de sa puissance scientifique croissante est d'une acuité stupéfiante. Bien sûr, on lit en creux tout ce qui arrivera au XXième siècle... Verne avait beaucoup d'imagination, mais je doute qu'il ait songé seulement au quart de ce qui attendait l'humanité... Je vous conseille vivement cette fable...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La galette de Sarrasin, 11 janvier 2013
Par 
ecce.om - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
"Les 500 millions de la Begum" ne fait pas partie des œuvres les plus connues de Jules Verne et c'est bien dommage.

Car si a priori, l'histoire de ce brave savant français devenu immensément riche suite à un héritage inattendu et faisant bénéficier l'humanité de cette fortune, ne semble pas offrir le lot habituel d'aventures et de science -fiction cher à l'auteur, elle n'en reste pas moins aussi emblématique que visionnaire.

Entrons un peu dans le détail du récit.

Le Dr Sarrasin, humble savant français, hérite soudainement d'une fortune colossale, de la part d'un lointain parent, établi en Inde. N'écoutant que sa passion humaniste, Sarrasin décide de consacrer cette immense galette à l'édification d'une ville nouvelle et progressiste, fondée sur une vie saine et équilibrée : Franceville .
Mais voilà qu'un autre héritier inattendu apparaît : le Dr Schultze, savant teuton, farouchement opposé à la civilisation latine. Ayant récupéré la moitié du pactole, il se lance lui aussi, dans l'édification d'une ville-usine nouvelle, consacrée à l'acier et aux canons : Stahlstadt.
La lutte entre les 2 projets va s'avérer impitoyable.

Ce livre a été écrit en 1879 et l'idéologie appuyée est révélatrice de l'époque. Schultze est farouchement anti-Français et pour enfoncer le clou, Marcel Bruckmann, un alsacien , rejoint le camp de Franceville (l'Alsace a été annexée par l'Allemagne en 1871).

Le Dr Schultze est aussi spécialiste des races. Ses travaux ont conclu à "la supériorité de la race saxonne qui doit absorber toutes les autres et asservir la race latine et la faire disparaître de la surface du globe" (Diantre ! Imagine t-on aujourd'hui, un monde sans Monica Bellucci, ou Frédéric François par exemple ?).

D'une manière générale, certains passages feraient bondir une bonne centaine d'associations aujourd'hui. Celui ci par exemple : "…ces personnages cosmopolites" dont le "goût marqué pour les étoffes blanchâtres" révèle "l'éternelle aspiration des races jaunes et noires vers la couleur des "faces blanches"".

Si le livre est marqué par la politique du moment, il n'est pas dépourvu pour autant, des "visions" qui ont fait la renommée de Jules Verne.

Au plan scientifique, Verne évoque mine de rien, une mise en orbite satellitaire ou encore plus fort, un système d'audio-conférence (oui, le truc où tout le monde s'ennuie dans la cacophonie) et prône des conduites écologiques sensées, avec toutefois un prosélytisme hygiéniste un peu forcené (Howard Hughes aurait bien aimé Franceville).
En terme de relations sociales, Verne expose sa vision des modes managériaux et encourage évidemment le mode participatif au détriment de la démarche autocratique.

Un Jules Verne très intéressant donc, qui se situe dans la lignée d'un Gustave Le Rouge,La conspiration des milliardaires tome 1], ce qui n'est pas un mince compliment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Divertissant et instructif, 18 avril 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Un charmant petit roman ponctué d'illustrations ravissantes, et fort bien écrit sur un ton assez naïf qui a quelque chose de rafraîchissant. Mais en plus de distraire son lecteur à un siècle de distance, Jules Vernes fait ici œuvre d'historien en lui permettant de réaliser le poids du scientisme, du nationalisme et du darwinisme social à son époque. En effet, « Les cinq cents millions de la Begum »met aux prises un gentil français et un méchant autrichien, respectivement représentants des « races » Celte et Saxonne, par la médiation d'un jeune ingénieur Alsacien qui, au lendemain de la défaite de 1870, pense que "c'est affaire à la jeunesse française [...] de réparer la faute de ses pères, et c'est par le travail seul quelle peut y arriver". Le projet de Franche-ville, cité hygiénique édifiée par le français philanthrope, a quelque chose d'un programme national pour une France qui se prépare à la revanche. Celle-ci viendra quarante ans plus tard, et son prix sera en quelque sorte la négation de l'œuvre de Jules Vernes : l'effondrement d'une foi aveugle en la science.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Politique Fiction ?, 6 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Armes chimiques, lutte entre démocracie et dictature, tient.... celà nous dit quelque chose.
Jules Vernes s'est quelque fois risqué sur les chemins de la politique fiction, mais les 500 millions de la bégum sont à mon sens son roman le plus achevé dans ce domaine.
Ecrit, bien avant la boucherie de 14; déja, il est vrai dans le contexte des tensions franco allemandes de l'époque.
Les guerre civiles européennes lui ont donné dramatiquement raison..... mais quelle actualité !!!!
Certains reprocheront le manichéisme, la simplification; mais rappelons nous que Vernes a aussi comme objectif de nous faire réver, et de nous détendre en nous donnant à penser.
Mission accomplie, Monsieur Vernes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Les Cinq cents millions de la Begum, 8 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cinq Cents Millions De La Bégum (Format Kindle)
Jules Verne était un vieux souvenir,de bibliothèque verte, dont les explorateurs en tous genres réalisaient des exploits futuristes (pour l'époque ) et dont les progressions dans leurs périples étaient émaillés de longitudes et latitudes auxquelles je ne comprenais rien . Par curiosité j'ai voulu renouer connaissance avec cet auteur avec un de ses livres au titre intrigant .
C'est bien un livre d'esprit '' bibliothèque verte '' mais plusieurs choses m'ont frappé .D'abord un incontestable humour lorsque le congrès de doctes savants ,qui ignoraient totalement le professeur Sarrasin, lui reconnaissent soudain beaucoup de mérites après son fabuleux héritage inattendu ou les propos ridicules de Herr Schultze sur sa vision germanique du monde . Ensuite la vision futuriste et scientifiquement valable sur la propulsion d'un obus dont la poussée est telle ,qu'il se place en orbite et cela bien avant l'apparition de nos satellites actuels .Enfin la vision dominatrice ,germanique,raciste ,xénophobe , barbare ,de Herr Schultze ,le savant dévoyé ,qui annoncent avant l'heure l'avènement des nazis . En résumé un bon livre pour adolescents et leurs parents s'ils ont conservé une étincelle de leur jeunesse
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Collection classique, 25 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Cet ouvrage de cette collection correspond à un produit similaire vendu dans une grande surface ou une grande enseigne spécialisée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un livre pas assez connu de Jules Verne, 23 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Nous connaissons presque tous "Voyage au centre de la Terre", "Michel Strogoff", etc. Mais conaissons nous "Les 500 millions de la Bégum"? Non. Et bien, on devrait. Ce livre se lit facilement (en deux ou trois soirées en on vient à bout!). L'histoire est très simple mais complexe: la Bégum, une riche femme, meurt et laisse en héritage 500 millions, millions qui seront repartis entre 2 hommes. L'un construira une ussine gigantesque où il produire des armes de destructions massive (des canons de tout genres), tandis que l'autre construira une ville où il fait bon y vivre et où le progrès est la règle. Évidamment, ça ne peut que mal finir....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 livre, 12 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
une intrigue qui n'est pas sans rappelé le contexte des deux secondes guerres mondiales! pas inintéressant avec une moralité en fin de lecture!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Le rêve d'une société fraternelle mise à mal, 17 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cinq cents millions de la Bégum (Poche)
Dans ce roman paru en 1879, Jules VERNE, comme dans aucun autre de ses romans sans doute, fait état de son rêve saint-simonien d'une société socialiste basée sur la science et la fraternité, une société faite de petites communautés vivant en autarcie. Mais 1870 n'est pas loin et la défaite française lui reste en travers de la gorge. Un héritage fabuleux est réparti pour moitié entre deux savants: l'un est Français, l'autre est Allemand. Le premier fondera une communauté saint-simonienne (France Ville), l'autre la Cité de l'Acier où règnent un ultra-capitalisme et une volonté d'hégémonie sur le monde de la race allemande (comment ne pas penser à l'idéologie raciste nazie qui surviendra 40 ans plus tard?). Le bien l'emportera évidemment sur le mal.

Deux chapitres traitent particulièrement de la condition ouvrière au siècle de Jules VERNE:

- la Cité de l'Acier (la métallurgie)
- le puits Albrecht (les charbonnages, le travail des enfants)

A lire absolument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les Cinq Cents Millions de La Begum
Les Cinq Cents Millions de La Begum de Jules Verne (Relié - 22 novembre 2012)
EUR 27,16
Habituellement expédié sous 1 à 3 mois
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit