undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce livre fondamental parvient aux conclusions suivantes :

1 - Le Parti communiste d'Espagne (PCE) n'eut pas d'autonomie, ce ne fut pas un parti national, il fut dirigé, dans tous ses aspects stratégiques et dans la prise de décisions, par les soviétiques à travers leurs conseillers et les délégués du Komintern, et ce durant toute la Guerre civile espagnole, de même qu'auparavant pendant la Deuxième République.

2 - Les soviétiques conditionnèrent et eurent une influence déterminante sur les décisions militaires les plus importantes de la Guerre civile espagnole en favorisant toujours les intérêts propres (diplomatiques ou autres) de l'Union soviétique.

3 - Le PCE et les conseillers soviétiques ont poursuivi de manière implacable tous ceux qui refusaient d'obéir leurs ordres. Ceci explique les attaques envers Largo Caballero, le P.O.U.M. et l'acharnement contre les anarchistes. L'offensive contre Largo Caballero est l'objet de dossiers comme celui du 15 avril 1937 dans lequel il est proposé clairement d'"intervenir vigoureusement afin de hâter la résolution" (rappelons que peu de semaines après eut lieu la provocation qui allait conduire aux Événements de Mai 1937 à Barcelone et à la chute de Largo Caballero).
À propos du P.O.U.M., les rapports des agents soviétiques de février 1937 signalent le problème que représente l'implantation de ce parti et son rapprochement avec les anarchistes et évoquent la nécessité de défaire le P.O.U.M. pour ainsi neutraliser plus facilement le syndicat CNT. Certains comme Marty, conscients de la difficulté que représente l'élimination complète des anarchistes, disent franchement qu'"après la victoire nous prendrons notre revanche".

4 - L'envoi d'armement (payé très cher et par avance par le gouvernement espagnol) fut l'instrument fondamental du chantage auquel fut soumis de façon répétée la République espagnole. Ce fait fut soigneusement caché dans la propagande communiste basée sur l'"aide désintéressée" de l'URSS.

5 - À partir de la chute du gouvernement de Largo Caballero, le projet soviétique fut de contôler tous les ressorts du pouvoir étatique, surtout ceux qui concernaient les militaires et les policiers, tout en maintenant une façade institutionnelle républicaine. L'interprétation selon laquelle cela constitua un essai de "démocratie populaire" est tout à fait pertinent.

6 - La répression contre le P.O.U.M. correspondait au délire totalitaire soviétique mais c'était aussi un instrument pour affaiblir ceux que les soviétiques percevaient comme leurs adversaires principaux dans la quête pour le contrôle absolu de la République espagnole : les socialistes (en premier lieu les partisans de Largo Caballero, puis ceux de Prieto) et les anarchistes.

7 - Le développement d'une révolution sociale dans des zones importantes de l'Espagne républicaine (essentiellement en Catalogne et dans la région de Valence), contraire à la domination et aux intérêts stratégiques de l'URSS, provoqua un double processus dans la politique communiste : affaiblir par tous les moyens cette révolution sociale afin de renforcer le pouvoir institutionnel du PCE soutenu par les Russes. Les communistes étaient parfaitement conscients de l'existence de cette révolution comme il est énoncé dans un rapoort de Marty d'octobre 1936 : "Les travailleurs gèrent les entreprises, mais ils ne savent pas comment les diriger. Les anarchistes ont le contrôle de tout."
Le succès que rencontrèrent les communistes dans la désactivation de cette révolution sociale et dans l'établissement de leur hégémonie est étroitement en relation avec la croissante démoralisation de la zone républicaine, dans laquelle le PCE et ses alliés isolèrent tous ceux qui avaient une activité autonome.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus