Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un pur joyau, 8 mars 2011
Par 
DUNCANIDAHO "DUNCANIDAHO" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pure Getz (CD)
Ce disque magnifique a été enregistré en 1982 avec Jim Mc Neely au piano, Marc Johnson à la basse et Victor Lewis aux drums, une formation royale avec qui Getz a enregistré nombre de pépites.
Cela commence en fanfare avec le superbe "On the Up and Up" composé par Mc Neely dont les coups de pattes félins de sont pas sans rappeler Mc Coy Tyner.
Suit le plus mélancolique "Blood Count" de Billy Strayhorn ou Getz déploit des trésors de lyrisme et d'harmonie.
Ecoutez comme chaque note est modelée à l'extrème pour en tirer le meilleur, avec lui jamais de bavardage inutile, juste le nombre de notes qu'il faut, à la bonne vitesse et en nous offrant toujours ce son à la fois puissant et velouté dont il a le secret.
Il faut avoir vu Getz jouer pour comprendre la tension que chaque souffle engendrait.
Vous l'aurez compris je suis un fan absolu de Getz, je ne prétendrais pas qu'il fut le meilleur saxophoniste d'après guerre (quoique souvent quand même et pardon à Coltrane et Rollins).
Getz lui est toujours à la recherche de la note ultime, que se soit dans les titres lents ou les plus rapides, jamais de suraigus, jamais d'effet de cape.
Stan Getz fut simplement un saxophoniste amoureux de la musique, un musicien surdoué certes mais qui ici n'a plus rien à prouver à qui que se soit et qui se fait plaisir sur le "Very Early" de son "vieil ami" Bill Evans ou le "Slippin' at Bells" de Miles.
L'album de termine en beauté avec l'échevelé "Tempus Fugit" de Bud Powell, un démenti cinglant à ceux qui ne voient en Getz qu'un saxophoniste de ballades !!
Un titre qui pour une fois reflète bien l'ambiance de ce disque merveilleux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le retour gagnant de Stan Getz, 29 novembre 2008
Par 
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pure Getz (CD)
Après une décennie 1970 jugée par les critiques (et parfois par lui-même) comme globalement calamiteuse, Stan Getz, débarassé de ses addictions, aborde la décennie 1980 en nous livrant un jazz plus épuré. "Pure Getz", enregistré en Californie et à New York en janvier et février 1982, se veut un résumé de tout son art. Il fonde un nouveau Stan Getz Quartet, accompagné du pianiste Jim McNeely, du bassiste Marc Johnson et du batteur Victor Lewis (ce dernier étant remplacé par Billy sur tois morceaux). Sur les sept morceaux sélectionnés, six sont de standards et une composition originale signée McNeely. Comme c'est souvent le cas dans les albums de Stan Getz, plusieurs styles jazzistiques nous sont donnés à entendre : deux bops mélodieux, "On The Up And Up" (composé spécialement par Jim McNeely) et "Sipping At Bell's de Miles Davis interprété sur des tempos médiums, quatre ballades dont "Blood Count" (la dernière composition de Billy Strayhorn), "Very Early", "I Wish I Knew" et "Come Rain Or Come Shine". L'album s'achève avec une reprise de "Tempus Fugit" de Bud Powell, morceau hard-bop par excellence enlevé sur des tempos d'enfer.
Dans cet album, jamais Stan Getz ne tire la couverture à lui. Il laisse chacun de ses complices se livrer à de splendides solos (une mention toute particulière au pianiste qui démarre cinq morceaux sur sept et se lance dans de longs solos stupéfiants par leur virtuosité et l'émotion qu'ils dégagent, dont 3' sur les 7'5" de "Very Early"), mais également les longs solos du bassiste (plus de 2' sur "Tempus Fugit") et quelques interventions des batteurs (splendides sur "Tempus Fugit").
Avec "Blues Skies", "Pure Getz" est l'un des mes disques préférés de la dernière décennie de Stan Getz.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 sacré moment musical, 13 juillet 2014
Par 
Alain Belizaire "tonnedegroove" (Puteaux, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pure Getz (CD)
toute la musicalité de Stan Getz dans cette production. Je l'écoute depuis plus de dix ans, je ne m'en lasse pas. Tous les accompagnateurs sont excellents. A inclure dans la discothèque indispensable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Pure Getz
Pure Getz de Stan Getz (CD - 1999)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit