undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles4
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 avril 2003
Le deuxième album studio des plimsouls est peut-être le plus connu,grâce à "a million miles away", régulièrement cité dans la liste des 100 meilleurs 45 tours de l'histoire de la pop.
Cet album est bien représentatif de la power pop, genre spécifiquement américain dont le secret semble aujourd'hui perdu, et que toute une génération de groupes s'attachèrent à illustrer avec brio à la fin des années 70 et au début des années 80.
C'est une prédilection pour la musique des années 60 qui est à l'origine de la power pop : mélodies et harmonies très Beatles/Byrds/Beach Boys, précision très Hollies/Searchers, et puissance instrumentale inspirée des Who.
Autrement dit, les Plimsouls et les autres étaient à contre-courant de la mode de l'époque : Depeche Mode et consorts.
Leur seule concession à l'air du temps était une attaque sonore très punk des guitares : une énergie qui, combinée à des mélodies et harmonies très accrocheuses et soignées, sera la signature sonore de tous ces groupes.
On peut préférer "The Plimsouls...plus", leur premier disque, mais "Everywhere at once" reste un classique.
A noter : le chef d'oeuvre absolu de la power pop reste le premier album de "The Beat", le groupe de Paul Collins, qui avec Peter Case des Plimsouls (ces deux grouypes doivent être recommandés à tout amateur de Weezer), a fondé les mythiques Nerves en 1976.
0Commentaire23 sur 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2002
Le meilleur album du plus grand groupe américain de rock'n'roll !!! ... De l'exagération ? Peut-être, mais alors juste un petit peu ... Quiconque vibre aux immuables mi-la-si conviendra que ce disque, vingt ans après sa sortie (et oui, le vinyl est bien sorti en 1982), n'a pas vieilli d'une mesure : une rythmique puissante et précise, des mélodies tranchantes (le pont d'harmonica sur "Oldest story in the world", un modèle du genre), une voix chaude et légèrement éraillée criant l'urgence de vivre.
Tandis qu'au même moment l'Angleterre s'engluait dans un new-wave de moins en moins nouvelle et de plus en plus fade comme s'il lui fallait oublier la déflagration punk, que New-York sombrait dans la morosité à la recherche des fantômes des Dolls ou de Television, la Côte Ouest des States faisait feu de tout bois, réinventant le rock'n'roll. Les Plimsouls, trop classe pour se fourvoyer dans l'impasse du hard core (quoi après ?) en étaient les rois. Mais des rois trop humbles pour se donner en représentation couverts de strass et de paillettes. Des rois maudits, en somme, qui poursuivront une carrière cahotique et presque anonyme, sauf pour une poignée de fans qui rendront éternellement grâce à Peter Case et ses acolytes d'avoir enregistré "Everywhere at once"
0Commentaire18 sur 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2008
Une belle collection de rock songs, avec deux chefs d'oeuvre à la clé, "Million miles away" et "Oldest story in the world". Rock maigre et enervé, même s'il est vrai que l'album est un peu trop produit. Magnifique travail sur les guitares. Peter Case prouve avec ce disque son talent de song writer. La fin de l'album me semble cependant moins bonne.
0Commentaire1 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2006
Trois ans aprés la parution de leur album eponyme, les plimsouls accède à une major, moyen supplémentaire en matière de capacité financière et surtout grosse couverture médiatico commerciale!

Le gang de Peter case peut alors se lancer dans la course aux charts et surtout se laisser aller aux débordement new wavy (emploi des synthés et utilisation de filtre sonore vintage!)

je m'explique quand est il de leur côté frondeur et punk sur cet opus, leur côté rythm n blues du premier disque et gommé, pire écouté la version de million miles aways remixé pour les besoins de coller à l'époque MTV (synthetique à souhait!)

En fait cette gallette est trop travaillé et sur produit pour être consideré comme le chef d'oeuvre dont tous le monde parle!

Des reprises il y en a deux, le farfisa (orgue aigrelé) essaye de rendre crédible une power pop qui souffre du manque d'inspiration de ses créateurs!

quel gachis!
0Commentaire3 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,96 €