undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères Cloud Drive Photos cliquez_ici nav-sa-clothing-shoes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles22
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
18
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: CD|Modifier
Prix:11,88 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 27 septembre 2011
Album fondateur du trip hop, ce style musical mêlant une rythmique hip-hop avec d'autres influences telles jazz, soul, etc. sur une base électronique, "Blue lines" peut-être considéré comme un chef d'œuvre. Ici, c'est le reggae, la soul et le hip-hop qui s'invitent dans un mélange de fait novateur et surtout enthousiasmant, une atmosphère languide et sensuelle.
Massive Attack, c'est la rencontre de Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom), trois personnages aux influences musicales différentes (voire pour certaines antagonistes à l'époque), en simplifiant, et respectivement, rock indé, reggae et hip-hop. Cette hétérogénéité a permis ce résultat inédit. Varié mais très cohérent, "Blue lines" demeure un chef d'œuvre, appréciation qui ne doit rien à son statut de précurseur.
Ce premier album conviait au chant Shara Nelson, Tricky (nommé à l'époque Tricky Kid), un certain Tony Bryan sur un morceau, et Horace Andy qui sera un compagnon de route fidèle.

Au risque (probable) de rompre le charme, vous pouvez jeter une oreille sur Protected - Massive samples qui compile les morceaux échantillonnés ou repris par le groupe sur "Blue lines" ainsi que dans une moindre mesure sur l'album suivant "Protection".

(Krik, amazon.fr, 27/09/11)
1010 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2009
Voici mon album préféré des Massive Attack et un des albums les plus importants des années 90, pas moins. Bien sûr c'est ici que le groupe va inventer la trip-hop sur un principe assez simple : chantons sur un rythme hip-hop, enfin, c'est un peu plus compliqué que cela. Quand on y regarde de plus près, cependant, c'est surtout le single "Unfinished Sympathy" qui invente ce style. Pour avoir un album trip-hop à part entière il faudra attendre Protection ou le Dummy de Portishead. Le reste de l'album navigue entre différents styles : soul, électro, pop, etc... C'est ce mélange de style qui fait le charme de Blue Lines. La suite de la carrière du groupe sera certes très intéressante mais jamais ils ne nous sortirons un disque mêlant aussi parfaitement chaleur et mélancolie.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2005
Un album incontournable à posseder absolument, tous genres confondus. Rien que pour le sublime "unfinished sympathy" il vaut largement l'achat, mais il n'y a aucun "déchet" dans ce disque, et les suivants prouveront que ce n'était pas vraiment un hasard...Ce CD ne se démode pas, on ne s'en lasse pas : c'est le signe d'un authentique chef d'oeuvre. Pour plus de détails, reportez vous aux critiques des autres auditeurs : elles sont très justes. Mais on peut résumer en une phrase : une atmosphère qui vous "scotche" dès les premières secondes...Bonne écoute !
33 commentaires|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2001
Blue lines est tout de suite apparu comme une oeuvre majeure des années 90.Il stupéfait encore aujourd'hui par son originalité et il aura marqué toute une génération de musiciens trip-hop. L'unique prédecesseur des massive attack:SMITH & MIGHTY qui est plus metallique (Bass is maternal)
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
S'il y a un album qui définit le trip-hop, qui représente la quintessence du genre, c'est bien le premier Massive Attack, l'exceptionnel Blue Lines.
Aussi, on se demande s'il est bien utile de rentrer dans le détail, d'évoquer ces beats soyeux où se rencontrent le côté le plus doux et cotonneux de la house de Chicago, la lourdeur planante du dub jamaïcain et un vrai talent pour trousser de belles mélodies et dénicher les bonnes voix pour mener tout ça (jusqu'à ressortir l'excellent Horace Andy d'un injuste oubli). Parce qu'au-delà des tubes (Safe From Harm, Be Thankful for What You've Got, Unfinished Sympathy), Massive Attack commet l'album parfait, de ceux où on cherche vainement la faille avant de rendre les armes et de, bêtement, apprécier le tour de force. Et s'il y a un truc vraiment incroyable là-dedans (et dans les deux successeurs de cet historique Blue Lines, nommément Protection et Mezzanine, la suite étant moins marquante, c'est entendu), c'est que, près d'un quart de siècle plus tard, alors que l'album ne sort plus que très épisodiquement d'une étagère qu'il a commencé à occuper le mois de sa sortie, il fonctionne toujours aussi bien, pas pris une ride le machin, inusable !
Voilà, comme vous l'avez déjà sûrement (si ce n'est pas fait, foncez !), vous savez exactement de quoi je parle, d'ailleurs, vous opinez probablement du chef en lisant ces quelques lignes parce que, en plus, il est universellement bien accueilli, ce fichu Blue Lines, immense classique d'un Massive Attack peut-être débutant mais déjà dans la plénitude de son art.

1. Safe from Harm 5:18
2. One Love 4:48
3. Blue Lines 4:21
4. Be Thankful for What You've Got 4:09
5. Five Man Army 6:04
6. Unfinished Sympathy 5:08
7. Daydreaming 4:14
8. Lately 4:26
9. Hymn of the Big Wheel 6:36

Robert "3D" Del Naja: vocals – keyboards
Grantley "Daddy G" Marshall: vocals
Andrew "Mushroom" Vowles: keyboards
&
Shara Nelson: vocals
Horace Andy: vocals
Adrian "Tricky" Thaws: vocals
Paul Johnson: Bass guitar
Tony Bryan: vocals
Claude "Willie Wee" Williams: vocals
Wil Malone: Strings
Neneh Cherry: backing vocals
Michael "Mikey General" Taylor : backing vocals
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La soul en Angleterre est un genre très différent de celui (qui se décline pourtant en de nombreuses variantes selon les régions) qui se pratique aus US car marqué par la culture club (il faut que cela se danse) et fortement marqué par les sound-systems jamaïcains et, donc, le reggae. Poursuivant quelque part le travail effectué par Soul II Soul dans le domaine, Massive Attack va beaucoup plus loin. Avec l'adjonction très maîtrisée du hip-hop (scratchings, rythmiques mais aussi vocaux qui semblent avoir subi l'influence d'A Tribe Called Quest), Massive Attack fait également fort dans sa façon de camper des climats, tous les morceaux contenant un côté ambient très présent. A l'arrivée, voilà bien une musique urbaine mais très différente d'une vision américaine. On écoute le disque aujourd'hui comme on peut le faire d'un grand disque vintage seventies car ce n'est rien de plus qu'un grand album classique qui a marqué son époque (et donc rien de moins non plus).
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2000
Groove rap techno jazz reggae trip hop se mêlent à ces compositions très personnelles. C'est la simplicité qui distingue cet album tout en sobriété. Les voix sont mises en avant sans pour autant que la richesse et la variété de la musique ne soient négligées. Les percus et les chœurs sont particulièrement impressionnants.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2012
Le pressage est de bonne facture, le disque épais, ce n'est pas un 180gr mais malgré tout il est lourd et inspire confiance. A l'écoute RAS en dehors d'un léger retrait des basses par rapport à la version CD. Je recommande vivment ce disque à tout amateur du groupe et de vinyls.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2000
Groove rap techno jazz reggae trip hop se mêlent à ces compositions très personnelles. C'est la simplicité qui distingue cet album tout en sobriété. Les voix sont mises en avant sans pour autant que la richesse et la variété de la musique ne soient négligées. Les percus et les chœurs sont particulièrement impressionnants
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Massive Attack a la mauvaise idée de sortir son premier Cd en pleine offensive de George Bush père en Irak lors de la 1ère Guerre du Golfe. Sous l''aimable ( ?) pression des autorités anglaises, le groupe se voit sommé de changer de nom et devient Massive tout court. Cela aurait pu briser la carrière de n''importe quels débutants. Oui mais voilà, « Blue Lines » n''était pas un disque ordinaire. Alors qu''une seule idée (bonne ou mauvaise) suffit actuellement pour faire fortune dans la musique, Massive en avait eu trois de géniales : mélanger dance music et rap, ralentir au maximum le tempo, engager de vrais chanteurs.

Le résultat a fondé un genre musical (le trip-hop), ouvert la voie à d''autres Portishead, Tricky (cité dans les crédits de « Blue Lines » comme faisant partie du groupe, mais au rôle limité sur cet album), et placé leur ville d'origine Bristol sur la carte du monde musical.

Tout le monde est resté scotché par les prestations vocales de la quasi-inconnue Shara Nelson et d''Horace Andy, chanteur de reggae tombé dans l'oubli.

« Blue Lines » est sans problème un des meilleurs disques des 90''s, porté par des réussites comme « Unfinished sympathy », « Daydreaming », « Be thankful ...' », « Lately », ...'

A écouter massivement.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)