Commentaires en ligne 


7 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un premier concert d'Albert qui ne décevra pas les amateurs d'hymne à la guitare et au Blues., 16 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Wire/Blues Power (CD)
Avec "Live At The Regal De B.B. King, le live qui relance le blues.
C'est un fait, le blues est une musique conçue pour être jouée en concert, que ce soit dans une petite salle ou à plus grande échelle lors d'un festival. Il n'est pas composé pour passer trois minutes dans une radio qui passe et repasse les mêmes morceaux pendant des décennies, sans se préoccuper du travail qui a été nécessaire pour constituer tout l'album. Ce premier album live du King joué le premier février 1968, au Fillmore Auditorium de Frisco, durée 38'20, publié en novembre chez Stax, suivi heureusement des deux autres "perles" en juin, devant un public blanc américain électrisé et conquis "Permanent member of the Fillmore family a great guitar: this is Mr. Albert King". Ces trois albums n'ont pas pris une ride. Son arme, le "Blues Power", référence aux divers powers de l'époque, le "Flower Power" du "Summer of Love"de 1967 pour n'en citer qu'un, et un artiste jovial au sommet de sa forme en passe de livrer un concert et un moment uniques, surtout venant d'un autodidacte. Un bijoux à suivre.

L'album commence par l'instrumental "Watermelon Man" de Herbie Hancock, pour chauffer le public, 2' d'intro intense par Lucy, l'étonnante Gibson Flying V , " I can't hear you, are you ready, put your hands together" en montrant l'exemple, et conclut en produisant 40 secondes de notes aiguës si reconnaissables. S'ensuit this is "Blues Power" compo perso de plus de 10', "everybody understands the blues" et de sa voix chaude il donne des exemples qui expliquent l'essence du blues au public de jeunes non initiés, interrompus par quelques notes bleues ponctuées de cris de joie qui lui appartiennent, puis "can you feel it?". Le public répond enthousiaste, cela se sent, peu savent le manier aussi bien. J'ai assisté à nombre de concerts de blues et à la question rituelle "are you ready for the Blues"? les réponses un peu forcées, voire mollassonnes ne paraissent pas aussi naturelles, jusqu'au moment ou l'artiste réussit à dérider le public. Peut-être l'époque, mais dans tous les cas, certains savent mieux s'y prendre que d'autres pour chauffer une salle, B.B. King, Luther Allison, Lucky Peterson entre autres. Il continue d'apostropher le public, "you know I get the blues, can you dig the "Blues Power?, une fois, deux fois, et Lucy ponctue son discours, comme rageuse avec autorité. Le gaucher pince les cordes de sa guitare de droitier avec les doigts en remontant le manche, et en extirpe des notes qui donnent le frisson! Quel son pour l'époque!

Que dire de l'instrumental nerveux "Night Stomps", encore une compo perso, exercice de virtuosité qui nous entraîne vers des hauteurs pour mieux nous laisser retomber sur terre dans le suivant, un slow blues de 8'45, "Blues At Sunrise", qu'il chantera de façon encore plus intense dans l'excellente session de 1983, à laquelle participe SRV, année de son premier LP, session qui paraîtra en 1999. En 1973, "Blues At Sunrise" deviendra le titre d'un album en concert toujours excellent. Plus langoureuse la musique laisse égrener les notes jouissives dont le public perçoit l'émotion et applaudit en rythme.
Dernière compo virevoltante, "Look Out" démonstration finale du gaucher magique, qui se permet comme il lui arrivait parfois, quelques effets "hendrixiens", soutenu comme l'ensemble de l'œuvre, par l'organiste à la fois discret et toujours présent, James Washington, qui l'aide à construire ses dialogues, conclut une performance magistrale mais trop courte.
1968, avant Woodstock, à peine le début des guitar heroes, et pourtant quel guitariste! Qu'ont pu penser Mayall et Hendrix d'un tel phénomène?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 GRAND LIVE DU " VELVET BULLDOZER", 29 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live (CD)
Après sa riche période StaxI Wanna Get Funky (66-74) ,le King (1923-1992) rejoint le label Tomato(1974-79) pour lequel il enregistrera plusieurs albums qui sont parmi les moins bons de sa discographie -même si ils sont excellents quand même,comme New Orleans Heat - la faute à trop d'arrangements sophistiqués et parfois lourds et de cuivres et coeurs trop appuyés qui finissent par dénaturer sa musique. Mais sur scène le Roi met tout le monde d'accord, comme ici à Montreux en 1975. C'est du grand Bebert qui nous balance 10 titres accompagné de 3 cuivres, de Louisiana Red à la seconde guitare et de Rory Gallagher sur « as the years go passing by ». Dans la set list on trouve des classiques de son répertoire comme blues at sunrise,kansas city,as the years, un enorme Stormy Monday et un sublime « I will play the blues for you » où Lucy (sa guitare) nous envoie un solo à n'en plus finir dont les notes semblent vouloir envelopper tout le Lac Léman..
On se rappelle de ce géant (au propre comme au figuré ) pour son chant profond à la Big Joe Turner et surtout pour son toucher inimitable de guitare qui le faisait surnommer le Velvet Bulldozer,un bulldozer de velours...voila qui résume bien le mélange de puissance et de douceur de King Albert. Il aura été un modèle pour des générations de guitaristes, americains comme SRV -qui lui rendit un bel hommage- Hendrix ou Joe Walsh, mais aussi anglais comme Eric Clapton,Jimmy Page, Gary Moore ou Rory Gallagher.
Formidable live donc, comme souvent chez Albert dont on peut conseiller aussi les autres albums en public notamment Live Wire / Blues Power ; Thursday Night In San Francisco ; Wednesday Night In San Francisco (Recorded Live) - Digipack.

A noter que Blues from the Road est le meme album que celui ci agrementé de 2 titres "jam in a flat" et "overall junction"

71'33 10 Titres(dont 8 font entre 6 et10mn)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Live Blues légendaire !, 10 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Wire / Blues Power (CD)
Suite à la sortie du légendaire album Born Under A Bad Sign en 1967, Albert King atteint une popularité telle qu'il était devenu en l'espace d'un rien de temps, l'artiste blues incontournable. Cette popularité énorme lui permit d'être invitée par Bill Graham pour ouvrir le spectacle au Fillmore West devant John Mayall et Jimi Hendrix. Albert King est le premier musicien de blues à avoir joué au Fillmore West (il y rejouera plusieurs fois au cours de sa carrière). C'est dire l'influence qu'il a eut dans le monde du blues, et plus encore, dans le monde musical. Albert King est également connu pour avoir utilisé des accordages hors du commun (comme un accordage de Do lui permettant de réaliser de plus grands bends). Dans ce live, Albert King y démontre une puissance, et un rythme de blues puissant, son jeu fut tellement gargantuesque que le début des Guitars heroes dont Hendrix et John Mayall, qui était présent ce jour, ont fortement été influencer par Albert King. Parmi les musiciens qu'il a influencés, on peut citer Jimi Hendrix, Eric Clapton, Mike Bloomfield et Gary Moore mais de tous ses héritiers, Stevie Ray Vaughan est sans doute le plus fortement influencé par Albert King comme on peut l'entendre sur ses blues lents notamment. Albert King porte la couronne avec fierté et surtout un style hors norme. The Velvet Bulldozer (le bulldozer de velours), à cause de son physique imposant (118 kg), a laisser une marque spécifique dans le monde de la musique. A suivre en 1969 son troisième album Years Gone By.

Durée : 38minutes - 6 Titres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Maître étalon du blues., 25 janvier 2012
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Wire / Blues Power (CD)
Le légendaire Fillmore de Frisco a vu défiler les plus grandes références dur rock, a prêté son cadre à des concerts mythiques. En juin 1968, le blues prend possession des lieux et Albert King, the King Of The Blues, investit la scène mythique de l'auditorium, l'électrifie à coup de Gibson V (sa fameuse Lucy) et ne la rend qu'après y avoir allumé un gigantesque brasier. L'auditoire, venu pour Mayall et ses Bluesbreakers et pour Hendrix, trouve, en la personne de King, qui fait de plus en plus parler de lui dans le milieu du rock, un meneur de revue exceptionnel, talentueux, drôle, qui prend la liberté, entre deux salves improvisées de guitare qu'il étire de manière jouissive pour exciter le parterre, de dialoguer, de faire de la pédagogie à propos de son art, de plaisanter avec un public constitué pour l'essentiel de kids blancs, complètement conquis et sidéré de tant de virtuosité et de feeling. Avec pour assise six titres irrésistibles, intenses, qui permettent principalement à Lucy de se laisser aller, au détriment du pourtant bel organe vocale de l'artiste, et à une rythmique de se contenter d'assurer avec sobriété, cet album de blues moderne est captivant et unique du début à la fin. Albert King gère et se limite à l'essentiel : jouer tout en émotion. Le rendu est proprement époustouflant ; c'est un incontournable des étagères à CD. King est le maître étalon du blues (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Faux remasterisé !, 25 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Wire / Blues Power (CD)
Live Wire est vendu comme remasterisé année 2007 sur le site d'Amazon et quand on l'achète ce qui est mon cas, je reçois la version 2003 non remasterisé. comment cela se fait-il ? De quelle année date le remaster ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 bien, 1 août 2014
Par 
B. Frederic (La Garde, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Wire / Blues Power (CD)
......... ....... ....... ........ ........ ........ ...... ... ......... .... ...... .... ........ ....... .... ....... .... ............ .............. ............
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 The eagle flies on every day, 1 août 2011
Par 
Jean Humbert "gloup" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live (CD)
Absolument indispensable. Grandiose. Peut-être même supérieur (sans doute) aux "Thursday night" ou "Wednesday night" ou "Blues power". Tout est absolument fantastique dans cet album.
Il existe sous 2 pochettes - au moins - , et sous une version ''double cd'' avec 1 ou 2 titres en plus. Toujours le même scandaleux manque de respect, pour ne pas dire foutoir...
Celui dont je parle, c'est celui ci-dessus avec une pochette où "LIVE" apparait dans un bandeau rouge. On a 10 titres pour 67 minutes. Curieusement Albert ne mentionne pas Rory Gallagher (curieux !), et ne présente pas son groupe (dont, crois-je, Louisana Red à la 2ème guitare). Des « edit » ?
Inutile d'en tartiner des lignes : cette œuvre est à écouter, pour le moins, et à acquérir - pour pas bien cher en téléchargement - d'urgence. C'est un disque clé, une des œuvres majeures du blues. Honte sur moi qui le découvre si tard. Dommage qu'on ne puisse attribuer 6 *.
Ah la délicatesse de certains passages ! : la combinaison guitare basse, ou guitare basse orgue sur le fabuleux « As the tears ...» ! Le velours des cuivres, souvent ...
Mes préférés : « As the tears ... » bien sûr, « Blues at sunrise » c'est évident, « I'll play the blues... » ça va sans dire et « Stormy Monday » évidemment.
Le mixage n'est pas toujours parfait (ou l'enregistrement ?) : trompette surprenante... parfois.
Dommage qu'Amazon n'envoie pas, avec le téléchargement, un minimum d'informations : musiciens, auteurs, compositeurs, voire notes de pochette du Cd ... Autrement dit un livret numérique généralisé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Live Wire / Blues Power
Live Wire / Blues Power de Albert King (CD - 2010)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit