Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles8
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
8
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:7,05 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 septembre 2002
Une symphonie de Johann Rosenmuller, un contemporain de Buxtehude, nous introduit d'une façon toute naturelle dans une oeuvre qui est un mélange de musique sacrée et corporelle au même temps. C'est une musique du corps non pas seulement parce que la poésie parcours en détail les membres de Jésus, les mains, les pieds, les genoux, la poitrine, le coeur, le visage; mais surtout parce que la musique et la fusion des voix et des solistes nous suggère la façon mystérieuse et sensuelle de l'amour mystique. Je ne connais autres exécutions, mais cet ensemble dirigée par Diego Fasolis avec les merveilleux voix de Roberto Balconi e Roberta Invernizzi réussit dans une participation sincère et suaves à la passion de Jésus. Est cela la raison parce que je me réveille souvent avec cette musique?
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce cycle de 7 petites cantates regroupées de D. BUXTEHUDE fut achevé en 1680.
Comme le précise le livret : « Chacune des cantates est dédiée à une partie du corps de Jésus sur la croix ; (...) Elles obéissent à un schéma similaire avec alternance de choeurs et d'arias, suivies de ritournelles instrumentales ».

Les 7 cycles sont, chronologiquement : « Ad Pedes « (Aux pieds) / « Ad Genua » (Aux genoux) / « Ad manus « (Aux mains) / « Ad Latus » (Aux côtés) / « Ad Pectus » (A la poitrine) / « Ad Cor » (Au coeur) / « Ad Faciem » (Au visage).

Sur ce disque enregistré en 1994 et sorti en 1997 avec un effectif principalement italien, pratiquement tout est parfait.
J'éprouve juste deux petites réserves : le contre-ténor au coffre un peu faible et la voix un peu « fluette » qui se distingue des autres solistes ; ainsi que la différence de puissance entre les soprani, qui se ressent dans leurs duos.

Sinon le chef suisse nous restitue un sens parfait de la dramaturgie, des qualités vocale et instrumentale, une maitrise enchanteresse de la couleur, un respect du texte et de la diction.
Sans presser le rythme, tout y est.
Un éloge supplémentaire envers la basse profonde, particulièrement remarquable.

Ayant ressenti le privilège de pouvoir la chanter, je sais ce qu'il faut de maitrise, sensibilité et phrasé pour la rendre aussi bien.

Tout produit tout simplement sur l'auditeur un grand plaisir évident et un agrément musical et vocal. C'est pour moi la meilleure version de cette composition, avec une prise de son ample, ronde mais surtout respectueuse de l'oeuvre et de son style, sans anachronisme. Encore une maitrise parfaite du grand chef suisse Diego Fasolis.

La pièce d'ouverture de Johann Rosenmüller (XVIIè) se fond remarquablement au coeur du style de l'album, et introduit intelligemment l'esprit musical au chef-d'oeuvre qui va suivre.

Ce disque a notamment obtenu « 4 étoiles » du « Monde de la Musique » et « 10 de répertoire » de « Classica ».

Un disque qui doit figurer dans toute discothèque des amoureux du baroque sacré.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2007
La brève sinfonia XI de J. Rosenmuller est exécutée avec beaucoup d'expression et au même temps avec douceur. Douceur se répand dans le cycle de 7 cantatas "Membra Jesu nostri", que je ne connaissais pas et que m'a passioné dans beaucoup de passages. Parfaite le choix de peu de voix du choeur de la radio suisse (15), excellente amalgame, timbre et prononce "à l'italienne"; quelque erreur technicien est absoluement marginale par rapport à l'excellente expression. En 2003 j'ai pu chanter comme corista en deux concerts dans lesquels Roberto Balcons était solista, et cet enregistrement il me confirme sa grande sens musical. Je veux chercher encore autres oeuvres de Fasolis, du choeur de la Radio Suisse et des "Sonatori de la Gioiosa Marca "...
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2014
Avant de chanter cette oeuvre en amateur, j'ai écouté plusieurs interprétations : celle-ci me semble la meilleure.
Elle se situe juste comme il faut entre les versions trop "abstraites", disons transparentes à se vouloir trop spirituelles, et celles trop lyriques au vibrato exagéré.
Ici, les voix sont suffisamment charnues, habitées, pour faire passer le côté humain du drame de la crucifixion, sans en faire trop.
Un bon point spécial pour la basse.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est remarquable de musicalité et même de spiritualité.
Pour un compositeur pas réputé facile (le Bach danois pour faire simple), voilà une œuvre (et une interprétation) alliant beauté, simplicité et élévation.
C'est en DDD et à petit prix ; bref, un vrai petit bonheur !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2015
Une oeuvre d'une profonde sensibilité, d'une poésie indéniable. La prise de son n'est pas la meilleure, mais toute l'interprétation est magnifique et bien dirigée. A achter les yeux fermés.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2013
mais j'avoue avoir été étonné par la qualité de cette superbe composition enregistrée voilà "19 ans déjà" et dont il n'y a rien a reprocher. De plus j'ai la chance d'avoir 3,70 m de hauteur de plafond et 40 m² de salon ce qui me donne une "impresssion d'espace que tout le monde n'a pas". En résumé, les 5 voix, l'orchestre, le choeur et l'enregistrement dans l'église Ste Marie Majeure de Trévise ne méritent que des éloges. A réserver, de préférence, aux grands amateurs de musique baroque tels Schûtz et J.S Bach entre autres. Une belle production de l'éditeur Naxos.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour les cantates de Buxtehude (qu'admirait tant Bach lui-même), il faut avoir ce qu'a fait Koopman (sur 3+1 CD Erato), d'une part, et le Ricercar Consort (sur Ricercar), d'autre part. Pour celle présente sur ce disque, aussi Gardiner (sur Archiv). Mais Fasolis est également remarquable, comme d'habitude (et comme dans Bach, dans Vivaldi, dans les Vêpres de Monteverdi). Alors, en plus, à ce prix...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)