Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Murray street (2), 27 novembre 2010
Par 
Fritz Langlois - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spirituals (CD)
Enregistré en janvier 1988 à New York City, lors des mêmes sessions qui donnèrent lieu aux albums DEEP RIVER, LOVERS, et BALLADS, SPIRITUALS est paru deux ans plus tard sur l'excellent label DIW (mené par Kazunori Sujiyama, aujourd'hui partenaire de John Zorn dans l'aventure Tzadik débutée en 1995). Dans la vaste discographie de David Murray, c'est un album particulièrement inspiré. Eternel défricheur du jazz en même temps que revisiteur des formes historiques de la "Great black music", les "spirituals" ont toujours intéressé Murray, qui leur consacra en 1999 un autre album, Speaking In Tongues avec la chanteuse Fontella Bass et dont l'approche sera fort différente de celle du disque dont il s'agit ici.
En quartette "traditionnel", SPIRITUALS propose des relectures de chants traditionnels associés au gospel afro-américain, "Amazing Grace", "Nobody knows the trouble I've seen/Down by the river" et "Crucifixion", de même que des originaux permettant de prolonger l'expérience avec deux blues attribués au pianiste Dave Burrell et à Murray, auxquels il faut ajouter le très beau "Sunlit on a dark afternoon" sur lequel Burrell fait la démonstration d'une sensibilité impressionniste que je ne lui connaissais guère (le pianiste est surtout connu pour de tonitruantes sessions de free jazz de la fin des années 60, tel l'épique ECHO paru sur BYG/Actuel en 1969, ou sa participation à de vigoureux enregistrements de Patty Waters, Archie Shepp, Giuseppi Logan, Noah Howard, Pharoah Sanders...) Mais chassez le naturel... le jeu heurté de Burrell ne manque pas de se faire entendre ici et là, mais totalement sous contrôle et loin de ses épanchements de jadis.
La formation est uniformément excellente et donne une vie nouvelle à ces antiques rengaines, David Murray soufflant comme à son habitude le chaud et le froid, main de fer dans gant de velours, ou vice-versa, combinant force tellurique et douceur feutrée, faisant bon usage de sa sonorité puissante, virevoltant tous azimuts, du suraigu aux basses profondes - et tout cela au seul ténor. De la sorte, il peut faire songer à Pharoah Sanders - mais la comparaison s'arrête là, chacun de ces deux artistes se signalant par une approche unique et très personnelle. Et comment ne pas penser à John Coltrane à l'écoute des premières mesures de "Sunlit..."? Le bassiste Fred Hopkins (membre aux côtés d'Henry Threadgill des trios Air et New Air) est lui aussi remarquable, sa sonorité ronde et chaleureuse, son jeu doux et discret en accompagnement. Il s'efface quand il le faut et brille quand vient son tour. Classe.
Le disque réunit ainsi avec beaucoup de naturel les meilleurs aspects de plusieurs branches de la musique afro-américaine: les "spirituals", le jazz et le free jazz (il est vrai que l'on a souvent tort d'opposer ces deux dernières approches, qui n'en sont au final peut-être qu'une!) Enfin, Ralph Peterson Jr est excellent et créatif à la batterie, son approche de "coloriste" contribuant à l'atmosphère à la fois intimiste et extravertie de cette musique (!), réservant à l'auditeur des surprises de tous les instants, comme sur le dernier titre de l'album, un blues. Cet ultime morceau se termine d'ailleurs par une explosion typiquement free, après que tout ce qui précédait se soit montré d'une belle tenue. That's the spirit.

Une musique très habitée, en somme, et un album éminemment recommandable. Sa majesté le jazz!

P.S. Pour un disque de David Murray, les morceaux affichent des durées relativement raisonnables: ce resserrement profite à la musique, qui gagne ainsi en densité et permet à l'auditeur de ne pas de détourner un seul instant de ce qui se trame.

Les titres n'étant pas mentionnés sur cette page, je les inclus ci-dessous:

1. Amazing Grace (trad.) 5:40
2. Dave Blue (Dave Burrell) 7:47
3. Blues For My Sisters (David Murray) 8:12
4. No Body Knows The Trouble I've Seen - Down By The Riverside (trad.) 4:21
5. Sunlit On A Dark Afternoon (David Murray) 6:28
6. Crucifixion (trad.) 5:21
7. Abel's Blissed Out Blues (Dave Burrell) 10:27

David Murray: sax ténor
Dave Burrell: piano
Fred Hopkins: basse
Ralph Peterson Jr.: batterie
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xae6c7834)

Ce produit

Spirituals
Spirituals de David Murray (CD - 2002)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit