undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

24
4,7 sur 5 étoiles
Blackout
Format: CDModifier
Prix:15,06 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Quand on évoque le "Blackout" des Scorpions, les qualificatifs élogieux le concernant viennent forcément à la pelle. Car comment parler de "Blackout" sans affirmer d'emblée que cette album est sans nul doute le plus "rentre dedans" de la discographie de nos cousins Germains.
En cette année 82, Scorpions c'est la puissance destructrice de nos pourtant précieux tympans, alliée à ce savoir-faire unique en matière de mélodies irrésistibles. Si l'on veut chipoter, on pourra toujours dire que "China white" et "When the smoke is going down" ne clorent pas cette album comme il aurait pu l'être. Ce doublé final est certes un poil pachidermique, mais pour le reste ...
"Blackout", "No one like you, la fulgurance de "Dynamite", la sauvagerie de "Now !" ou le bien nommé "You give me all I need", font de ce disque une pépite Hard Rock dont seul Scorpions détient encore les clés. L'une d'entre elle est forcément à mettre sur le compte de Rudolf Schenker. Ce type possède à lui tout seul la science ultime du riff qui met tout l'monde d'accord. Le roi de la guitare rythmique c'est LUI.
L'autre clé du succès, et de l'identité du groupe, revient inévitablement à Mathias Jabs. Le fin guitariste à la tenue raillée noir et jaune nous y assène une avalanche de solos dont les piqures (de guêpe) me laisseront des traces à vie (et oui ! quand j'étais "djeun" je voulais être mathias Jabs. Je le confesse aussi, ma chambre fut tapissée à l'éffigie du guitariste pendant plusieurs années (de Judas Priest aussi ... Mais bon)).
Quant on sait également que, sujet à un grave problème de cordes vocales, Klaus Meine fut à deux doigts de céder ça place à un certain Don Dokken (d'ou le titre de l'album), on applaudit et l'on se réjouit de l'entendre à nouveau et dans une forme que plus jamais il n'égalera.

Tout ça pour dire que vous pouvez me baillonner, me ceinturer, me planter des fourchettes ou vous le voulez, rien ne me fera dévier d'un poil sur l'aura et les nombreuses éloges dont bénéficie encore ce disque "cultissime" de nos amis Scorpions. Il y a des choses auxquelles tout simplement on ne touche pas, quelques soient les années passées. Parole de Fan. 18/20
1919 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 mai 2003
L'album dans sa splendeur, le plus représentatif du style "scorpioniste", et peut etre aussi leur meilleur album mais certains diront qu'ils ont beaucoup de meilleur album alors bon... Quoiqu'il en soit vous avez 9 chansons du tonnerre dont la dernière "When The Smoke Is Going Down" est une ballade merveilleuse. Le tout commence avec un furieux "Blackout" monté par des rythmiques du feu de dieu. Ensuite surgit la superbe "No One Like You" qui ateint la premiere place dans plusieurs pays. Pour retrouver la même ambiance il faut aller voir Loverdrive qui est un peu de même style que celui-ci et tout aussi bon, différent de la periode Uli Jon Roth.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Lorsque les Scorpions resurgissent enfin avec ce "Blackout" (l'album de toutes les stupeurs) début '82 (soit deux ans après leur album précédent), c'est parce que son chanteur avait perdu sa voix lors de sa pré-production.
Avec cet artwork peint (où l'on jurerait reconnaître Rudolf), l'enragé "Blackout" (allusion au cauchemar de Klaus), est le plus agressif des trois albums réalisé alors par cette formation (après un mélodique "Lovedrive" et un plus sombre "Animal Magnetism"). D'entrée c'est un riff tranchant de Rudolf qui présente des Scorpions surexcités, sur une intro des plus énergique du groupe. Klaus (piqué au vif) et remonté comme pas deux délivre une sacrée performance sur ce "Blackout" (le morceau comme l'album), comme pour confirmer que sa convalescence appartient désormais au passé. Matthias lui est complètement intégré et se lâche furieusement lors de ses interventions. "Can't Live Whithout You" déboule avec ses guitares affolantes (dédié à leur public), avec un Klaus revanchard (conscient que son retour est attendu comme celui du messie). Dieter Dierks leur a conçu un son métallique et compact qui s'allie, à des compositions tantôt mélodiques comme "No One Like You" (au clip filmé dans la prison d'Alcatraz) et "You Give Me All I Need". Tantôt (extrêmement) rapides comme ce "Now!" (et ses deux minutes de speed effarantes), et un explosif "Dynamite". Après une telle furie, les Scorpions balancent un exotique "Arizona" (avec un Klaus subjuguant), puis "China White" et sa spirale envoûtante avec un tempo lourd dont le groupe à fait sa spécialité, avec un solo hyper tendu de Rudolf Schenker (qui s'empare de quelques solos désormais), et un Klaus Meine (encore une fois) au top, un must. "When The Smoke Is Going Down" est encore un très bon slow, mais ne décrochera pas le jackpot attendu (ce sera pour la prochaine fois).
En '82, les Scorpions avec ce line-up deviennent le plus populaire des hard-rock bands. Lentement (mais sûrement), le groupe de Hanovre a gravit les échelons un à un ("Lonesome Crow" sorti en '72 n'a que dix ans à l'époque). Grâce déjà à deux solides albums et à cet enragé "Blackout" ils ont atteint des sommets jusqu'aux U.S.A. et le prochain challenge va s’avérer plus compliqué que prévu à réaliser.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 18 février 2013
"Blackout" est très certainement l'album de la consécration pour Scorpions car il représente au mieux l'essence même du groupe.
Depuis la deuxième mouture du groupe, à savoir le remplacement d'Uli Jon Roth par Mathias Jabs pour un Hard Rock plus moderne et direct, il semblerait qu'ils aient enfin trouvé la bonne formule pour l'album parfait.
En effet, "Blackout" possède la puissance et la hargne que "Lovedrive" n'avait pas et les compositions davantage inspirées qu'on cherchait sur "Animal magnetism".
Et même si les deux albums précités sont fort mémorables, ce dernier les surpasse aisément, par une présence plus imposante des riffs et surtout aussi par l'intervention dans les solos beaucoup moins timorée. ("You give me all I need" ou "Dynamite" par exemple).
"Blackout" est un album majeur du groupe allemand et du Hard Rock en général, il se doit d'être possédé par tous les amateurs du genre.
Scorpions ensuite renouvellera l'expérience avec "Love at first sting", l'effet de surprise en moins, et surtout aura un énorme succès planétaire avec le slow "Still loving you" qui scellera hélas le sort du groupe en le voyant créer des oeuvres plus dispensables quoique fort honorables pour la plupart, mais ne retrouvera jamais par ailleurs le niveau de "Blackout".

Mes titres préférés : "Blackout", "No one like you, "Dynamite" et les autres !

Note : 20/20
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 26 décembre 2012
en 1982 , je ne connaissais pas scorpions et c'est par hasard que j'ai acheté ce disque en cassette dans une "braderie"...et je dois reconnaitre que depuis, je l'ai racheté en cd , ainsi que les albums d'avant et" love at first sting"...il n'y a pas photo , chaque groupe ou artiste a une œuvre de référence et bien pour scorpions c'est celui là! de "blackout" qui dès son intro vous prend aux tripes ,jusqu’au dernier accord de"when the smoke is going down"(slow non collant qu'ils feront par la suite ) il n'y a rien à jeter! l’introduction de "you give me all i need" vous donne l'impression d'un slow frissonnant qui tout de suite se transforme en un blues rock bien gras ; aux accords syncopés de 'now" avec la voix de meine qui s'égosille à plein poumons, des accords entrainant de "dynamite" à ceux lancinants de "china white" ,pas de problème c'est l'album hard des années 80! et puisque qu'il n'y a plus les dinosaures (le zep, le purple, le mountain et bien d'autres ) avec cet album , la relève est assurée....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 décembre 2010
Evitant le pire grâce au retour de la voix de Klaus , sur cet album la guitare rythmique de Rudolf injecte une tonicité terrible , celle de Matthias illumine de sa classe et Hermann n'est pas en reste avec ses peaux et férailles ! Mon survitaminé préféré est DYNAMITE , ma "chanson douce" ARIZONA. Scorpions a deux thèmes pour ses chansons d'amour : "ses femmes" et "ses fans"; Le superbe slow rock pur et délicat WHEN THE SMOKE IS GOING DOWN est pour les fans.Ici , la N°2 dans mon coeur , par laquelle j' ai succombé à Scorpions : NO ONE LIKE YOU (adorant Still loving you mais pensant le reste inécoutable pour moi, je fus un jour happée par la radio , prise entr la voix de Klaus et la guitare de Matthias ,plus sexys l'une que l'autre et fatalement piquée ...(version World wide live). Allez , rappelons que Blackout a été enregistré dans le sud de la France (eh eh !), qu'il offre une jouissance auditive à consommer sans modération et que le seul blackout indigeste de Scorpions sera ...le final
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Nos ados qui s'émerveillent devant Tokyo Hotel devraient savoir qu'il y eut un autre groupe de Hard Rock Allemand célèbre... D'autant qu'en terme de qualité musicale et inventive, il n'y a pas photo !!! Blackout est à mon sens le manifeste abouti du talent de ces drôles de saxons... Hard Rock nerveux et précis, son tiré au cordeau, le chanteur au faite de sa forme et ses deux guitaristes qui rivalisent de solos ébouriffants et de rythmiques endiablées. Une ou deux chanson maladroites (commerciales surement), dont "Can't live without you", mais l'ensemble reste un album massif, tranchant comme un rasoir, et la première chanson dont est tiré le titre de l'album explose dans vos enceintes et donne le la de l'album que vous venez de glisser sur votre platine. Préparez vous ! Vous allez en prendre plein la figure durant une heure...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 juillet 2014
De la pure dynamite ce disque avec des musiciens au top de leur forme !!! Mention particulière à Matthias Jabs qui s'en donne à coeur joie sur ce disque; il se lâche totalement. L'arrivée de ce talentueux guitariste au sein du groupe en 78 va marquer un nouveau tournant dans la carrière de Scorpions lequel devient plus épanouï en nous insufflant un hard-rock moderne voire heavy. Avec Blackout qui ne compte que des pépites, le clou est enfoncé; Scorpions est enfin reconnu. Et l'album suivant les consacrera comme l'un des plus grands groupes de hard-rock !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 janvier 2008
J'ai 19 ans, ma tante ma donné une cassette de scorpions. J'écoute... Et je tombe sur le cul : Mais c'est trop de la bombde. J'ai cru au départ que c'était un BEST OF tellement chaque chanson est bonne. Entre gros riff, solo du de fou et voix du chanteur qui hypnose... Un album vraiment terrible.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 août 2008
Voilà un album de Scorpions sans temps mort ni composition plus faible que les autres. C'est violent et donne vraiment l'envie de les écouter une guitare à la main. Scorpions retrouvait la rage de ses débuts ...dommage qu'ils n'aient pas perduré dans cette voie. Que du bonheur !!!
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Love At First Sting
Love At First Sting de Scorpions (CD - 1984)

Lovedrive
Lovedrive de Scorpions (CD - 1997)

Sting In The Tail
Sting In The Tail de Scorpions (CD - 2010)