undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

  • Dummy
  • Commentaires client

Commentaires client

21
4,6 sur 5 étoiles
Dummy
Format: CDModifier
Prix:11,80 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce son ! Quel énorme choc quand, en 1994, un trio de Bristol balance sa musique à la fois absolument nouvelle mais, dans un même temps, totalement revivaliste. Un exercice d'équilibriste tout en grâce, et des chansons... Ha, ces chansons !

Nouveau, Dummy l'est, dans l'accaparation electro-sensuelle d'un héritage où l'on croise aussi bien John Barry qu'Henry Mancini ou qu'Ennio Morricone, et donc vintage il l'est aussi, dans les sources auxquelles il se réfère, rétro-moderniste dira t-on. Le reste, la magie qui fait d'un album un vrai phénomène de société, une référence sur laquelle se construisent de nombreuses autres carrières (de Morcheeba à Hooverphonic en passant par Neneh Cherry et j'en passe, ils se reconnaîtront), tient à l'équilibre entre les deux tendances, à la transformation réussie d'une vieille grammaire en rutilant nouveau style littéraire. Et à la qualité des chansons, évidemment !, onze merveilles de grâce ouatée avec le tube, l'énorme, implacable, impeccable tube, ce Glory Box si totalement inusable, si hors du temps qu'il continue d'hanter les ondes aujourd'hui sans paraître plus vieux d'un jour du moment de sa sortie.
Elle est là la magie de Portishead, avoir su marier un groove électronique délicat à une faconde compositionnelle d'un extrême classicisme, avoir su créer des ambiances où le rêve peut se muer à tout instant en cauchemar (parce que Dummy n'est pas que lumière, certainement pas !), réussir à communiquer une sensualité d'un autre monde par la voix magnifiquement habitée de Beth Gibbons, parfaite partenaire des arrangements précieux de Geoff Barrow et d'Adrian Utley, en une intemporalité autant bienvenue que rarement aussi totale.

Dummy est un immense album, tout le monde le sait alors, si vous n'en avez pas eu l'occasion, emparez-vous de ce petit moment de l'Histoire de la Musique, vous ne le regretterez pas.

Beth Gibbons - vocals, production
Geoff Barrow - drums, Rhodes piano, string arrangements, production, programming
Adrian Utley - guitar, bass guitar, theremin, hammond organ, string arrangements, production
&
Gary Baldwin - Hammond organ
Clive Deamer - drums
Andy Hague - trumpet
Dave McDonald - nose flute
Richard Newell - drum programming
Neil Solman - rhodes piano, hammond organ
Strings Unlimited - strings
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Presque 20 ans déjà depuis la sortie de cette petite merveille en Octobre 1994. Ca ne nous rajeunit pas ! L'album n'a pas pris une ride et semble toujours aussi précurseur qu'au moment de son entrée au grand public. Tous les titres sont d'ailleurs devenus des classiques du genre trip hop, grâce au talent de compositeur et de créateur de boucles sonores innovantes Geoff Barrow et à la voix inimitablement fragile et délicate de Beth Gibbons. Une voix qu'on n'oubliera pas de si tôt, c'est sûr... Il est vraiment difficile de mettre un titre en avant tant l'ensemble est homogène et de qualité. Dummy a réussi l'alliance parfaite du plaisir esthétique et émotionnel. L'expérimentation électronique n'est pas vue comme une fin en soi, elle vise au contraire à parcourir tout l'éventail des émotions qu'il est permis à un être humain normalement constitué de ressentir, colère sur « Mysterons », tendresse sur « It's a Fire », souffrance contenue sur « Pedestal ».

Ensuite, l'album a contribué à populariser un genre né en 1991 dans la ville bohème et pluvieuse de Bristol : le trip hop ! Le terme "trip hop" est créé en 1994 par un rédacteur du magazine Mixmag, en abréviation "d'Abstract hip hop". Il désigne depuis un genre à dominante instrumentale tels que le jazz - blues - rock - soul et dub notamment. Qui déroule sur des rythmes lancinants une musique mélancolique accentuée par des claviers vintage que certains n'hésiteront pas à qualifier de déprimante.

Portishead maîtrise ce genre à la perfection « Roads » et « It Could Be Sweet » en sont les exemples les plus convaincants, laissant libre cours à l'émotion, mais cela sans excès. Certes Dummy serre le coeur, mais il élève également l'esprit. Tandis que les downbeats de Geoff Barrow entrecoupés de scratches et de samples « Wandering Star » et les guitares d'Adrian Utley (co-auteur de huit titres sur cet album) nous font basculer dans la léthargie voire nous attirent vers les sommets, la voix belle de Beth Gibbons, elle nous entraîne vers les hauteurs du septième ciel musical avec « Sour Times » et « Glory Box ». Avec ce premier opus, Portishead s'impose comme un groupe fondateur et emblématique du jeune mouvement trip hop d'alors. En dépit de la timidité du groupe à l'égard de la presse, l'album a été un succès musical, tant en Europe qu'aux États-Unis. La presse britannique élit Dummy comme album de l'année. Le trio reçoit en 1995 le très convoité Mercury Music Prize.
review image
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
21 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 janvier 2004
Avec Portishead, j'espace mes rencontres auditives. Il faut me ménager, pour recevoir toute la beauté et le caractère envahissant de cette musique venue d'un autre ailleurs. C'en est hypnotisant. Dans la vague trip-hop, bourré d'émotion, avec une voix si fragile et des arrangements symphoniques souvent très puissant qui recoupent nos envies, nos désirs, nos pulsions mortelles... Sérieusement, la musique de Portishead me semble venue d'une autre planète. On dirait qu'elle comporte un message obscure, qu'elle réunie des adeptes sectaires, que nous formons une coalition étrange, un autre univers intemporel. Wandering Star et Roads (surtout Roads) restent pour moi ces chansons qui poursuiveront mon être toute ma vie. Des chansons à caractère interrogatives, qui nous forcent à prendre conscience des aléas de nos vies.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
13 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 juin 2002
L'album culte par excellence de la musique trip hop...Dummy n'as pas d'égal, dans son genre, encore aujourd'hui. Non content de nous avoir offert, le très très célèbre Glory Box, maintes et maintes fois entendu dans moultes spot publicitaires notemment, l'album recèle de quelques autres morceaux magnifiques, tels Roads, bouleversant,Mysterons, ou encore Wandering Stars, les 4 fleurons de l'album....en fait, aucune critique particulière à emmetre pour Dummy, tant la qualité répond présente....
Un chef d'oeuvre de la trip hop music
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Portishead, c'est un duo ... ici de trois personnes. Geoff Barrow, grouillot dans les studios de Bristol aux machines, Beth Gibbons, chanteuse au chômage, et le guitariste Adrian Utley qui cosigne les 2/3 des titres.
La musique, quand on est à Bristol au début des années 90, est fortement influencée par Massive Attack et les gens qui gravitent autour (Tricky, Neneh Cherry, ... tous remerciés dans les notes du livret). Alors, après la musique du cafard qui se danse au début des années 80 (Cure, Joy Division, ...), arrive avec Portishead la musique du cafard qui fait lentement dodeliner de la tête. Basée sur des rythmiques lentes, lourdes, imitant ou samplant des vieilleries soul ou jazzy, avec par-dessus la belle voix triste de Beth Gibbons.
Moins mélodiques que les premiers Massive Attack, moins noire que Tricky, l'ambiance relativement uniforme de cette dizaine de titres posera les fondations définitives de ce que l'on appellera désormais trip-hop. Boosté par le succès des deux simples « Sour times » et « Glory box », ce « Dummy » reste à ce jour le meilleur de la discographie clairsemée de Portishead.
Tout de même déconseillé aux dépressifs ...
1515 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 novembre 2012
Je ne peux que recommander ce vinyl. Le pressage est d'excellente facture, juste les basses un poil en retrait par rapport au CD, mais pour moi ça ne représente nullement un défaut, bien au contraire dans cette nouvelle heure au loudness et à la compression... Et c'est aussi accentué par ma cellule Philips 400 MKIII. Ecouter ce disque est vrai plaisir. Je le recommande vivement à tout amateur de vinyl et du groupe.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 juin 2008
Personne n'en parle ou n'a fait attention mais la version vinyl de Dummy ne contient pas la piste "it's a fire" voilà, c'était juste pour info. Dommage elle est géniale cette chanson.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 septembre 2005
Une ambiance si unique, triste, mélancolique, une voix magnifique, des instrues venues d'ailleurs, des paroles comment-dire... peu optimistes (nobody loves me, it's true), tout fait de ce disque un énorme chef d'oeuvre, une réussite complète.
Beth Gibbons et Geoff Barrow ont reussi un album intemporel qui va bien au delà des frontières un peu trop étriquées du Trip Hop.
vous aimez la Musique, vous aimerez Dummy.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 décembre 2000
Portishead n'est plus à présenter. Si ils restent dans l'ombre, c'est bien parce qu'ils ne sont pas le genre à se laisser griser par le succès. Dummy est leur premier album et reste le plus intemporel du style trip-hop cher à Bristol. Un somptueux mélange de basses, de violons poussants des hurlements déchirés et de mélodies sombres. Le tout accompagné par la mystérieuse voix de Beth Gibbons, capable de nous faire rêver du meilleur ou émouvoir au plus profond de notre âme.
"Roads" nous déchire, "Glory Box" nous apprend l'amour ... "Sour Times" la tristesse, "Mysterons" la révolte. Un album a posséder absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 octobre 2011
Que dire de plus que tous ce qui à déjà été écrit ici à propos de Portishead?
Il y a aujourd'hui pléthore de groupes en trip hop, mais n'en déplaise à certains si Portishead est le plus connu ce n'est certainement pas par hasard.
Même s'il existe d'autres perles dans le genre, cet album et le live de Roseland sont de véritables chef d'œuvre en la matière. Oui c'est mou et lent, mais c'est d'un calme, d'une plénitude d'une émotion inégalée.
Le trip hop prend ici tout son sens, parfaite fusion de l'ectro et de l'acoustique, ça donne des frissons. Ecouter sur du matos capable de restituer et sublimer ce monument, attention on part très très loin...
Et pour clôturer, le "Canada bonus track" accolé au dernier morceau c'est juste la cerise sur le gateau.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Portishead
Portishead de Portishead (CD - 2008)

Roseland New York Live
Roseland New York Live de Portishead (CD - 2002)

Third
Third de Portishead (CD - 2009)