undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

30
4,3 sur 5 étoiles
Mozart : Requiem
Format: CDModifier
Prix:18,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

22 sur 25 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les commentaires sont ici passionnés, au sujet des versions différentes du Requiem de Mozart notamment. Quelle est la version la meilleure ? Les avis divergent manifestement. Il y a ceux qui rejettent Karajan (voir Karajan Gold - Mozart : Requiem) et qui conseillent Karl Böhm, ceux qui évoquent l'interprétation de Karajan de 1976, ceux qui préfèrent la version de Solti, les inconditionnels de Neville Marriner, que sais-je encore ?...
Loin de vouloir mettre tout le monde d'accord, je serais assez d'accord avec Ariane D., tout en trouvant très intéressantes toutes ces réactions multiples : "La musique est, je trouve, affaire de ressenti, d'émotions".

Je suis entré en musique classique par Mozart (version Neville MARRINER), version qui m'a, bien entendu, fortement influencé. Puis, en parfait néophyte, je me suis référé au label Deutsche grammophon, qui me semblait pouvoir être un gage de qualité. Je suis donc passé au Requiem interprété par Herbert Von Karajan, m'habituant également à cette version.
Enfin, j'ai acheté la présente interprétation de Karl Böhm, puisque je viens d'en retrouver la cassette, que je viens de réécouter, version il est vrai plus lente, mais qui me convient également.

Toujours est-il que cette oeuvre (restons sur le compositeur plus que sur l'interprète) demeure pour moi une oeuvre grandiose, magnifique, parfaite, une oeuvre, à mon avis, « éternelle », si tant est que l'on puisse concevoir que notre monde puisse l'être, ce dont je ne suis pas certain. Mais beau qualificatif, en tous les cas, pour un Requiem, lorsqu'on y pense...
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
35 sur 41 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 novembre 2005
La plus belle interprétation du Requiem de Mozart, un chef d'oeuvre jamais inégalé! Les coeurs sont majestueux, poignants. Le chef d'orchestre laisse à chaque note le temps de s'épanouir et de venir nous toucher au plus profond. On sent bien qu'il ne s'agit pas d'une simple exécution d'une partition mais que les interprètes ont véritablement ressenti la puissance dégagée par cette oeuvre.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
18 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les experts en musique pourront toujours se quereller pour savoir si telle ou telle interprétation est la plus juste. Pour ma part, je reconnais à cet enregistrement le pouvoir de transcender la musique et de me toucher l'âme et le coeur. C'est suffisant et tellement difficile d'y parvenir.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'étendue des commentaires sur cette version désormais datée de B'öhm laisse à méditer sur la puissance des avis , critiques et autres remarques relatives à une oeuvre, faut-il le rappeler artistique mais également , et pas seulement pour les catalogues, sacrée!
J'ai envie de dire que tout le monde a raison et tord à la fois. D'autres requiem sont très bien, dire qu'ils sont meilleurs? Dire de Böhm que sa version est une référence. Assurément oui, car disons dans les décennies 50 et 60, la production a permis de dégager cette version comme une des plus homogène et conforme à une certaine honnêteté musicale dont on peut penser qu'elle traduit assez fidèlement l'intention d'un Mozart mourant et de ses collaborateurs qui ont achevé l'entreprise.

Il serait plus exact de dire, que pour avoir une vison "juste" du requiem, il faut entendre à côté de cette version qui apporte incontestablement une pierre importante à l'édifice, celles de Karajan, Marriner , Solti et de tant d'autres, mais également les interprétations des baroqueux, à l'opposé total d'une vision philharmonique. Les "baroques" intimisent le propos et réduisent l'expression de la douleur à des formations orchestrales réduites et moins emphatiques. Du coup leurs versions sont dans le spectre à l'opposé total de celle de Böhm. Ce chef est largement soutenu dans son entreprise par cette masse orchestrale si disciplinée du Wiener, souvent policée, techniquement irréprochable, musicalement impressionante de rigueur et de puissance. A ceux qui cherchent une figuration musicale de la puissance divine, venez écouter la force de conviction qui se dégage du "Dies Irae" par exemple ou du "rex tremendae"

A l'opposé de cette dynamique qui peut paraître un peu désuette pour certains, allez écouter un Koopmann par exemple, presque minimaliste, mais vraiment tout aussi intéressant que cette version.
Au final : c'est évidemment une version qui fait référence à entendre et réentendre. B'hm nous donne avec autorité et rigueur le fruit d'une réflexion musicologique sans doute aussi intense que profonde pour aboutir à ces tempis mesurés, à ce volume choral parfois volontairement massif, tantôt aussi discret que possible.
Pour ne rien gâcher des solistes au meilleur, une Edith Mathis au zénith.
Bref une grande réussite! Et sans doute un des requiem de sa discothèque Mozart que l'on est tenté d'écouter très très souvent.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
C'est Sandrine, commentatrice sur Amazon, qui m'a fortement conseillé l'achat de ce CD... ce qui prouve donc l'importance des échanges sur ce site.
Je suis très loin d'être une "spécialiste" en matière de musique classique aussi mon commentaire se limitera à vous faire partager ma vive émotion et surtout l'immense plaisir que j'ai éprouvé en découvrant ce Requiem de Mozart. Cette musique est tout simplement divine, elle vous "prend aux tripes" et vous plonge dans un moment de plénitude intense : les notes et les voix magnifiques envahissent la pièce et isolent de toute communication avec l'extérieur.
Le petit fascicule explicatif est très instructif puisque faisant état des origines de ce Requiem...
Pour tous les amoureux de musique classique, pour tous les amoureux de musique tout court et pour les néophytes comme moi, la preuve.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 novembre 2008
Je sais que je défraie la chronique ou, voire, que je suis à contre-courant de l'opinion générale. Qu'importe? Je reste en accord avec mes sentiments sincères et intimes... Voici mon commentaire:

Majesté des tempi? Ou lenteur appuyée?
Quelle option Mozart choisirait-il? Comment ce chant de l'âme est-il profondément et physiquement ressenti par notre oreille et notre coeur?
Avez-vous réellement confronté votre écoute à d'autres versions aussi lentes? Mais plus rassérénantes !

Sincèrement!!!?

J’accorde 4 étoiles à la présente interprétation car je pense que toutes les intentions peuvent cohabiter... Simplement, j'estime qu'elle fait fausse route par rapport au sens profond de ce requiem qu'elle ne restitue que partiellement...
En effet, cette version du Requiem verse dans l'académisme.... aux accents plutôt tragiques... Elle se montre assez hiératique, avec son cortège de pesanteurs parfois théâtrales... de lourdeurs... (écoutez le « Kyrie », par exemple... Quand on songe que « Kyrie eleison » signifie « Seigneur, prends pitié »... on a peine à retrouver ici l'humilité que cette expression traduit... En écoutant ce passage et pensant au sens qu'il est censé véhiculer, on se rend compte de tout l'académisme de cette interprétation de Karl Böhm. Par comparaison, la version Karajan-61:
Mozart : Requiem
Mozart: Requiem (1961)
Requiem
... est beaucoup plus fidèle au texte...
De plus, il me semble que Böhm livre ici une vision monolithique et comminatoire de la mort, laquelle s'avère peu conforme au ressenti mozartien exprimé par le compositeur lui même: Mozart, dont il s'agit avant tout de ne pas trahir l'oeuvre, n'avait-il pas exprimé que la mort était la meilleure « amie » de l'homme? Elle est pour lui « consolation ». Ce n'est pas mentir que de le répéter... Ce n'est pas un « concept intellectuel... » C'est juste la vérité que Mozart nous apporte lui-même.
Or la vision de Karl Böhm, plaintive et sombre semble très éloignée de ce credo mozartien! Très ample, elle évoque une marche lugubre vers le tombeau et ne laisse pas entrevoir la douceur divine pleine de consolation. Le REX tremendae est particulièrement emblématique de cette conception : il met le Créateur très à distance, perçu comme inquisiteur et juge, alors que l'on attendrait davantage de proximité « amoureuse » avec Lui! C'est pourtant bien ce qui devrait rejaillir de l'écoute de cette musique transcendante...
Sans vouloir faire preuve de science musicale, car ce n'est vraiment pas l'enjeu ici, je crois qu'il est bon de ne pas se « couper des intentions de l'auteur », comme on dit... Ne pas se « voiler la face » non plus: ce chant funèbre est né dans l'âme de Mozart, et qui pourrait honnêtement croire que son âme fût noire et macabre?... C'est tout le contraire que nous apprend sa biographie comme ce que lui-même a pu exprimer, (notamment à l'égard de ce requiem!)
Pour se rendre compte de la juste distance par rapport à l'oeuvre et aux intentions expressives de Mozart, il vaut mieux se tourner vers la version de Karajan (Mozart: Requiem (1961) avec les « Berlinois »), tout aussi majestueuse, mais tellement plus « lumineuse ». Si Böhm aborde l'oeuvre sur le versant de la lamentation, on est alors avec Karajan déjà sur celui de la consolation divine, comme bercé par une douceur rassurante qui nous aide à franchir le seuil de l'au-delà. (De plus elle m'apparaît moins univoque... plus "versatile", plus "duelle": laissant sourdre des larmes dans les sourires et luire des sourires dans les larmes).
Attention! Bien choisir la version de 1961, où la légère défaillance de Wilma Lipp, dans l'Introitus, « passe » très bien et au contraire ne peut qu'augmenter l'impression de vulnérabilité physique face à l'Ultime Echéance, que nous aurons tous à affronter, et que transcende fort bien cette oeuvre divinissime!
Quoi qu'il en soit, la présente version de Karl Böhm ravira ses inconditionnels, attachés à son dramatisme saillant.

PS: permettez-moi d'ajouter ces quelques lignes à mon commentaire. Il est vrai qu'elles me paraissent nécessaires, tant la pensée « unique » tend à prévaloir, me semble-t-il en ce qui concerne l'interprétation dont il s'agit ici...

Il existe un phénomène en matière de goût et de préférence, à propos de musique comme d'autre chose:... On est toujours tenté de défendre un avis que l'on a adopté et une préférence que l'on a exprimée dès lors qu'on la fait « sienne »... La remettre en question, c'est dans ce cas un peu comme « se remettre soi-même en question ». (C'est aussi ce qu'on appelle un phénomène d'empreinte... qui a la vie tellement dure... Hélas!)
Avez-vous réellement confronté votre ressenti à d'autres versions dites lentes?
Je recommanderais une écoute comparative de la version de Karajan (avec Wilma Lipp du début des années soixante, citée ci-dessus). Laissez-vous simplement bercer par la Félicité que prodigue sa majesté sublime. Et que penserait Mozart lui-même? Je vous renvoie à ma critique de ce même cd sur Amazon...

Une question physique, dit-on, justifie le choix de cette version de Böhm plutôt qu'une autre? Laissez donc votre oreille et votre coeur donner son avis véritable, après une juste écoute... Offrez-vous cette chance de comparer sans a priori!
Mozart avait-il tort de rechercher un sublime réconfort, à travers ce requiem (comme le restitue bien la version de Karajan) ou bien voulait-il plutôt exprimer une profonde affliction (comme dans la version de Böhm)?
La réponse, Mozart l'a déjà donnée:
pour la connaître et s'en convaincre, il suffit de relire ses nombreux écrits... Sa correspondance. Sa biographie...etc.
Mais pour se convaincre du meilleur choix on peut se passer de cela. Seule la musique, écoutée avec attention, saura toucher le tréfonds de nos âmes... Ou pas! Selon la version choisie!
Je vous souhaite d'y parvenir...
En toute sincérité et sans aucune prétention intellectuelle...

A TITRE D'EXEMPLE:
L'habitude d'entendre cette oeuvre dans les tonalités les plus sombres et les plus sentencieuses ne nous épargne pas l'idée que cela soit une erreur dans l'interprétation que l'on peut en faire. Ecoutez la fin du « lacrimosa », par exemple: chez Böhm, il existe un accent de timbale sur le mot « r e q u i e m »... ce qui constitue en soi une aberration! Comment peut-on en effet marteler le mot « requiem » qui signifie précisément « repos »? H. v. Karajan, en 61, a résolu cette difficulté par un tour de main qui relève du prodige: il opère un très léger décalage, qui dissocie le coup de timbale du mot « requiem » et ceci en parfaite conformité avec l'oeuvre elle-même. D'une façon générale, l'interprétation de Böhm reste plus « assiégeante » et celle de son devancier (Karajan, en 1961) plus apaisée et apaisante ; Plus vivante et « enveloppante »... Pour s'en apercevoir rien ne vaut l'écoute comparative. Incontestablement, la version d'Herbert von Karajan, entouré de ses précieux musiciens et chanteurs (dont Wilma Lipp, Anton Dermota...) reste à acquérir et à écouter, à l'instar de son interprète qui dirigeait souvent ainsi: les yeux fermés.

Mozart : Requiem
Mozart: Requiem (1961)
Requiem
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
18 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 janvier 2010
Je connais cette oeuvre depuis une vingtaine d'années.. J'ai toujours trouvé qu'elle avait un pouvoir quasi thérapeutique sur moi. A certaines époques, je l'écoutais en boucle, car cela m'apaisait. Certaines personnes critiquent le rythme, trop lent, trop pesant à leur goût! J'aimerais dire que j'ai toujours ressenti que c'est mon corps tout entier qui entrait en résonnance avec le rythme de la musique. J'ai entendu d'autres versions, menées tambour battant par d'autres chefs d'orchestre.. Au bout de quelques minutes (secondes?), je me trouvais dans un état de stress, de malaise.

Je ne sais pas si d'autres personnes que moi ont ce ressenti? Pour moi, ce Requiem dirigé par K. Böhm est le meilleur. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de se triturer le cerveau pour savoir qui a "raison". La musique est, je trouve, affaire de ressenti, d'émotions.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 janvier 2011
Ce n'est pas l'enregistrement le plus récent, mais je n'ai retrouvé dans aucun des autres enregistrements de ce chef d'oeuvre le côté à la fois lumineux, poignant et magistral de cette interprétation du Requiem par Karl Böhm.
A vous de juger, mais écoutez cette interprétation avant d'effectuer un achat !!
Un incontournable !
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 21 septembre 2013
Je possédais déjà plusieurs interprétations du Requiem de Mozart, mais celle-ci devient ma préférée!
C'est après avoir fait des recherches sur le Net que j'ai été guidé vers cette référence, considérée en effet par beaucoup comme une des meilleures; si ce n'est la meilleure!
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 novembre 2008
Attention, chef-d'oeuvre! Cet enregistrement est l'un des plus beaux et importants de l'histoire de la musique sacrée. Le niveau de l'interprétation e de spiritualité atteintes est tellement haut, qu'il dépasse toute polémique et toute querelle stylistique stérile. Écoutez les yeux fermés et les oreilles bien ouvertes, et remerciez du fond du coeur M. Böhm pour un tel miracle sonore.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mozart : Requiem
Mozart : Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart (CD - 2010)

Mozart : Requiem
Mozart : Requiem de Anna Tomowa-Sintow (CD - 1999)

Mozart : Requiem
Mozart : Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart (CD - 2001)