Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'une des grandes versions modernes, 29 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Debussy : Pelléas et Mélisande (CD)
On sait que Claudio Abbado s'est toujours intéressé à la musique de Debussy. S'agissant de Pelléas, un premier enregistrement de 1986, en direct de la Scala, est disponible chez Opera d'Oro. Ici il s'agit d'un enregistrement de studio capté en janvier 1991, avec une prise de son de qualité.

La direction d'Abbado se révèle excellente, émotionnellement intense, à la tête d'un Philharmonique de Vienne superlatif.

Plus encore que chez Karajan, José van Dam EST Golaud, toujours capable de velours mais plus dur, rapidement fou furieux, et enfin brisé. Il rejoint définitivement cette race d'hommes d'un abord avenant, mais qui battent régulièrement leur femme une fois passée la lune de miel.

A 40 ans, l'américaine Maria Ewing ne tente pas de camper une Mélisande femme-enfant. Son personnage est clairement Femme, avec ce degré de maturité qui s'accompagne de la Connaissance des hommes. Certes maniérée, avec un timbre qui lui est propre, elle joue à plein le jeu de la séduction, de l'ambiguïté et du mystère, et se montre capable de nuancer chaque mot, pour exprimer la peur, la douceur, et jusqu'à l'érotisme et la passion.

François Le Roux (baryton, martin à l'époque) était à 35 ans l'un des meilleurs Pelléas du moment, à la voix jeune et légère. Sa diction, presque sur-articulée, est parfaitement compréhensible mais n'apparaît pas totalement naturelle. Ce sera ma seule et minime réserve le concernant.

Pour les seconds rôles, la basse Jean-Philippe Courtis figure parmi les très bons Arkel de la discographie (il y en a très peu !). Tout au plus pourrait-on regretter que son timbre sonne trop jeune pour un vieux roi ; mais malgré cela sa prestation demeure de premier plan. L'italienne Patrizia Pace campe un bon Yniold, en dépit d'une intonation restée un brin féminine, et son chant sans accent n'est pas toujours parfaitement compréhensible. Seule vraie réserve : la Geneviève interprétée par la grande mezzo allemande Christa Ludwig, manifestement usée à 62 ans, et à la voix désormais peu attachante.

Le coffret est livré avec le livret complet ainsi que des notices de qualité. Son prix de vente est élevé, preuve de sa cote sur le marché (mais c'est à vous d'explorer l'offre des vendeurs sur Amazon pour réaliser la meilleure affaire).

En résumé, cet enregistrement Abbado figure parmi les grandes versions modernes, avec Karajan (1978), Dutoit (1990), et Baudo (1978). Je donne cinq étoiles, pour la qualité d'ensemble y compris la prise de son.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une réussite!, 26 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Debussy : Pelléas et Mélisande (CD)
C'est une des deux meilleures versions,avec celle de Serge Baudo (1978).Les chanteurs sont bien tous dans leurs rôles et c'est surtout l'orchestre d'Abbado qui donne à l'ensemble son intérêt,malgré quelques détails qui sont moins audibles ici que chez Baudo et une sonorité dans l'ensemble pas assez intimiste,trop "voyante",trop "grand opéra".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit