undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles9
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: CD|Modifier
Prix:17,97 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 juillet 2012
"Vous n'avez jamais entendu de piano. Car c'est d'abord une splendeur sonore sans équivalent qui captive ici, une variété infinie de timbres, de plans, de registres : des trilles hallucinantes de précision et de timbre (K.9), des aigus coupants et cristallins à la Serkin (K.119), et une main gauche dont je défie quiconque de pouvoir imiter à la fois la précision percussive et le velouté impalpable (K.1 !!!). Nous pourrions travailler 100 ans notre piano, nous autres amateurs, nous n'arriverions jamais à une telle magie, à une telle sonorité, ensorcelante, envoûtante. Il faut vraiment avoir entendu cela pour se rendre compte de ce qu'il est possible de faire avec un piano. C'est bien simple, j'irais l'écouter jouer "au clair de la lune" avec deux doigts ! Ca sonne froid et brûlant à la fois, géométrique et sensible, immobile et vibrant, comme des cristaux de neige. Et surtout, jamais vous n'aurez entendu le silence comme cela, autour de chaque note, de chaque son, comme découpé et modelé par la musique même : Pogorelich vous fait habiter le silence, un silence de cathédrale déserte (K.8). Oh bien sûr les musicologues seront fâchés : laissons-les à la scolarité (scolastique) claveciniste. Non, ce n'est pas Scarlatti, ce n'est même plus du piano, ce n'est pas un homme qui interprète l'oeuvre d'un autre homme : c'est la musique seule, d'aucun temps, d'aucun lieu, le fait même de la musique, la pure conscience du son comme "être ou ne pas être". Si vous n'aimez pas ce disque, vous ne saurez jamais ce que c'est qu'avoir vécu : se dire qu'on n'est peut-être même pas tout à fait."
J'avais rédigé ce commentaire il y a 10 ans sur une autre plateforme... et je n'ai pas varié d'opinion. Ce disque est un joyau : je n'arrive plus à écouter Scarlatti au clavecin, malgré Leonhardt et Hantaï, ni sous d'autres doigts, malgré Haskil, Horowitz, ou Michelangeli. Toute l'esthétique de Pogorelich - fondée sur une conception "mystique", néoplatonicienne, de la beauté, intuitivement contemplée et vécue au-delà même de ce qui peut en être intellectuellement conçu, beauté pure du son au-delà de celle de la composition - est ici, dans ces miniatures fulgurantes, absolument chez elle (comme elle le sera encore dans l'immense Sonate de Liszt, dans les Tableaux d'une Exposition, ou chez Scriabine, pour évoquer d'autres enregistrements ahurissants de ce génie sans pareil). Scarlatti lui-même n'a jamais dû rêver d'une telle profondeur métaphysique...
55 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2013
Ce disque est l'un des meilleurs de Pogorelich. Il surpasse Horowitz dans le même répertoire. Pianisme, vision, élégance : tout y est. Tout est tenu et parfait, dans la volupté et la sobriété. Un classique.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 19 février 2009
Cet album, c'est que du bonheur. J'aime Scarlatti ai piano, mais il n'est pas toujours facile de trouver un interprète, j'ai entendu Planès, plus récemment Arodaky, et même Horowitz mais rien ne saurait me détourner de l'interprétation éclairée de Pogorelich, elle est d'un raffinement total, d'une fraîcheur extrême. Tour à tour enjouée (K98), sérieuse (K9), intrépide (K119). Jamais depuis Marcelle Meyer je n'avais entendu une telle liberté de son, chaque sonate portant haut sa propre couleur. Chaque pièce devenant un monument à part entière. Ce sont quinze petites histoires que nous entendons l'une après l'autre. La K1 caracole par monts et par vaux alors que la K87 nous apporte la sérénité. Non vraiment ce cd il le faut, c'est le meilleur album disponible de Scarlatti au piano et de loin !
44 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2003
Les sonates de Domenico Scarlatti ont quelque chose de faussement insouciantes, légères ou virtuoses. Après le splendide enregistrement réalisé par Vladimir Horowitz (qui reste à mon sens inégalé), le pianiste croate réussit un disque complet. Son jeu est d'une sensibilité exacerbée, très personnelle et tout simplement envoûtante.
Un disque dont on ne se lassera jamais.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2011
Tous les commentaires ont été dits sur cette prodigieuse production.

Avec talent, pour ne pas en ajouter une nouvelle qui ne frôle la redite.

Pogorelich, inspiré, joue avec bonheur ces pièces extraites d'un catalogue riche et difficile.

Je retrouve ces deux critiques pertinentes de l'époque.

« Voici, à n'en pas douter, l'un des meilleurs disques de Pogolelich publié depuis fort longtemps. Parce que dans ces pages concises, difficiles et exigeante où le pianiste n'a que peu de temps pour s'exprimer, il abandonne certains maniérismes, une volonté de faire un sort à chaque note qui randaient ses prestations précédentes passablements horripilantes. [...] Sa virtuosité naturelles, ses facilités confondantes font que chaque trait claque come un coup de fouet, que chaque trille étincelle. La bonheur est constant. » (Gregory Thomas, Répertoire n° 55 p. 58 - février 1993)

« Ivo Pogorelich choisit modestement de s'en tenir à quinze sonates des plus célèbres [...] parmi la petite centaine « possible » au piano, c'est-à-dire transposable sans torture du texte ni redistribution des rôle entre les deux mains. Il ne nous en donne pas moins un véritable festival de pyrotechnie digitale, usant pour cela de tous les artifices dont dipose l'instrument moderne pour mettre en avant la variété des jeux de gammes (K 119), d'accords (K 450), de tierce brisées (K 1) ou de sixtes (K 380) , des répétition (K 135), des imitations (K 159), des degrés disjoints (K 8) et des croisements de mains (K 529) qui nourrissent ce royaume du bref, du laconique et de l'aphorisme. [...] Ces sonates d'une précision, d'une variété, d'une recherche et d'une vie intenses font de ce disque un des plus beaux exemples de Scarlatti au piano. » (Etienne Moreau, Diapason n° 390 p. 130 - février 1993)
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Domenico Scarlatti and Ivo Pogorelich share much in common, even to the kind of upbringing they had. Both lived in a Mediterranean coastal community that was 'off the beaten path', as it were. Scarlatti was from Naples (at a time when it was not a major city), and Pogorelich is from Dubrovnik along the Croatian coasts. Thus it might seem like a natural to have the pairing of Pogorelich playing these pieces by Scarlatti.
Domenico Scarlatti was son of Alessandro Scarlatti, also a noted Baroque composer. Domenico was composer of well over 500 sonatas, most of which were not published in his lifetime. His career was spent largely in Portugal and Spain, a bit far from the centre of gravity of the Baroque era, and so he is often overlooked; his father's compositions are better known in many ways, also, which adds to his being overshadowed. However, there is a unique power and vitality to the composition of Domenico, which made his music very popular. However, according to one commentator, ' The sonatas' technical difficulties have often caused them to be regarded unjustly as mere studies in virtuosity, and modern pianoforte technique owes much to their influence. They display a harmonic audacity, and adventurous use of modulation (changing from one key to another), a freshness and variety of invention and a vigorous intellectuality in thematic and structural terms which belies their "popular" tone and their apparently careless appearance on the page.'
Ivo Pogorelich is a popular musician in the musical sense as well as in the success of his career. He is also very skilled in interpreting the kind of technical requirements as well as the spirit of the compositions of a composer like Scarlatti. Pogorelich was educated in Moscow, and won many competitions, but perhaps his elimination in the International Chopin Competition in Warsaw made him most famous (one judge quit in protest that he was eliminated in the third round). Pogorelich continues to work on behalf of music education, being named a UNESCO ambassador of goodwill for musical enterprises.
Pogorelich's playing on this disc is a wonderful performance, technically proficient and energetic in expression.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2004
Horowitz inégalé pour Scarlatti? Personnellement, je trouve meilleure l'interprétation que nous donne Pogorelich, cet immense pianiste que j'admire tant. Son jeu est très réfléchi, les effets intelligents, les couleurs bien pensées, mais à mon gout il manque toute la follie et la vie que demande cette musique. Lorsque vous faites la comparaison avec Maria Tipo, qui est pour moi la plus grande interprète de ce compositeur, vous pourrez comprendre mieux ce que j'essaie de dire...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2011
Presque austère, du coup on entend tout : Scarlatti, rien que Scarlatti, sans mièvrerie, sans facilité, sans mièvrerie, tout en clarté. Un régal pour les oreilles, l'esprit, le coeur.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
Cet article était présenté comme étant quasiment neuf alors que la pochette du CD avait pris l'eau (j'espère que ce n'était que de l'eau...), que les pages en étaient collées les unes aux autres, et que la couverture est gondolée.

Je déconseille vivement de faire confiance à ce vendeur.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)