undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 octobre 2002
Il n’est pas d’usage de placer Karajan dans le quarteron des chefs doués pour la musique française. Et pourtant il nous offre une leçon éblouissante d’orchestre. Le philharmonique de Berlin est en grande forme. La variété et la richesse des timbres instrumentaux est stupéfiante. Certes, on pourra trouver ici et là un manque de narration musicale, de poésie, voire de fantasque. Münch reste un modèle du genre, mais il n’a disposé ni de la qualité orchestrale ni de la plus value technologique de la prise de son. Karajan manque peut-être un peu de transparence, mais jamais sa virtuosité ne s’appesantit : la tenue de la danse générale de Daphnis est superbe et les Jeux de vagues sont merveilleux de brio. La Pavane s’offre le luxe d’une nostalgie sombre aux accents corsetés à la mode hispanique. La surprise est de taille… Karajan n’est peut-être pas dionysiaque, mais il est ensorceleur en diable !
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)