undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles8
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 24 juin 2008
A l'image de la photo de la jaquette, cette symphonie à programme nous donne tout simplement un vertige acoustique : écouter cette orchestration redoutable, post-impressioniste avec tout ce qu'il peut y aévoir en exagération mais aussi en richesse de combinaisons sonores. Karajan a tout simplement l'orchestre de Berlin qu'il maitrise amplement : élan, climax en tout genre, brutalité des changements d'atmosphère, des cordes assimilés à des cuivres parfois alors qu'à d'autres moments, cezs cordes font vibrer ce que nous avons de plus nostalgique. Un lever de soleil mémorable et un orage impressionant. Un vrai régal acoustique.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La symphonie alpestre est une oeuvre rare, difficile, et qui exige une grande clarté dans le propos, comme souvent chez R. Strauss. Gigantesque poème symphonique d'une heure, chef d'oeuvre de la musique à programme, elle agence 22 sections en une arche sonore cyclique qui donne envie, la symphonie terminée, de recommencer le voyage.

Dans cette page virtuose, Karl Boehm est brouillon et décevant (DG, en coffret) en comparaison avec d'autres versions, comme celle de R. Kempe avec la Staatskapelle de Dresde. Cette très belle version (EMI, en coffret), fougueuse, ne manque pas d'allure. Néanmoins, face à ces interprétations célébrées par la critique, Karajan mérite amplement le détour.

Il est de bon ton de critiquer le dernier Karajan, celui des années 1980 : il recommencerait ses disques par manie technique, sans pour autant retrouver le souffle et l'inspiration de ses interprétations précédentes. Ecoutons d'abord ce disque qu'il faut bien payer au prix fort d'une "collection gold", il est vrai. Faut-il bouder notre plaisir devant une telle splendeur sonore ? Les cuivres ne sont pas aigres comme chez Kempe, les cordes de Berlin ont un velouté unique. La prise de son est superbe, assez profonde pour placer à l'arrière-plan les cloches de vaches "sur le paturage".

Karajan, en habitué des oeuvres de Strauss, fait varier les atmosphères : inquiétude de la nuit, charme champêtre de la promenade, enthousiasme de l'ascension, explosion de lumière au lever du soleil, acharnement de la tempête... Il sait pointer les mélodies, faire ressortir la poésie de certaines pages. Grandiose, son interprétation étage les nuances, et le tempo assez retenu ne manque pas d'allure. La force expressive de certains passages, comme l'arrivée au sommet, est indéniable.

Cette superbe version ne manque pas d'allure. Elle n'est pas économique, mais comme on ne se lasse pas d'une telle splendeur, l'investissement est vite rentabilisé.
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il existe beaucoup de raisons de critiquer Karajan : mégalomanie, marketing outrancier, dictature de ses interprétations dans les salons à une certaine époque, etc...................

Toutefois, il faut reconnaître au maestro dans les partitions de Richard Strauss qu'il connut bien, une maîtrise rarement égalée si ce n'est pour d'autres raisons par des chefs comme R.Kempe ou Karl Bohm.

Cette symphonie alpestre, dernière grande symphonie de Strauss (1915) et sorte de chant du cygne de la symphonie germanique classique, est une oeuvre à programme par excellence. Elle se décompose en effet en 22 titres descriptifs partiels et onze principaux (l'entrée dans le bois, la cascade, les prairies fleuries, etc.............);

Ces tableaux qui dépeignent la montagne bavaroise dans un climat post romantique allemand conviennent à merveille on s'y attend aux sonorités de l'orchestre philarmonique de Berlin dans toute sa puissance germanique que Karajan dirige tel un deux ex machina sorti de la mythologie nordique.

L’orchestration en est particulièrement riche, ample, recherchée. Richard Strauss emploie plusieurs instruments inhabituels dont une machine à vent dans les percussions, un heckelphone, espèce de hautbois au registre plus grave ou l’emploi d’aérophones, dispositifs permettant de tenir une note particulièrement prolongée aux vents. Richard Strauss emploie également, en plus du pupitre des vents de l’orchestre, une fanfare séparée constituée de 12 cors, deux trompettes et deux trombones.

Enregistrée en 1980, dans la dernière partie de la vie du chef, voila une version à mon avis incontournable de la discographie straussienne.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Autrefois décriée pour sa démesure orchestrale et aussi considérée comme d'une inspiration « simpliste », cette symphonie à thème est en fait un véritable hymne à la nature. Heureusement, de nos jours, elle est reconnue comme une grande œuvre orchestrale du XXe siècle. Même si elle n'est pas capitale, cette symphonie est vivifiante et nous permet d'admirer le travail de Karajan qui exprime magnifiquement l'esprit grandiose de cette musique. Pour apprécier une telle partition, il faut évidement une prise de son de qualité. C'est heureusement le cas ici. La scène est d'une profondeur et d'une ampleur spatiale peu communes. Enregistrement à la « hauteur » du sujet avec des passages impressionnants mais impitoyables avec les mauvais systèmes. Un disque au sommet de la discographie de l'œuvre.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2011
Pour les vinylophiles! Ah! qu'est-ce qu'on regrette ces grandes et magnifiques pochettes de DG, nous en avions aussi plein les yeux! Ce majestueux sommet du Cervin, dans sa forme extraordinaire de pyramide presque parfaite et qui culmine à 4.447m. La première ascension eut lieu en 1865. Ici nous en avons aussi plein les oreilles avec cette fabuleuse réussite de la symphonie Alpestre de Richard STRAUSS, génie du poème symphonique, qui décrit une ascension des Alpes, pas à pas, en 21 stations la progression crescendo de l'alpiniste ! Une oeuvre extraordinaire et unique en son genre. ''Au sommet'' et ''la vision'' ( 13 & 14) le grand thème sur les cors est époustouflant en ouvrant à la vue de l'alpiniste auditeur un espace grandiose, infini de la création, une beauté à couper le souffle.
Beaucoup enregistré ( un regain aujourd'hui en CD) quelques versions dominent la discographie, dont celui-ci absolument magnifique. Ne pas hésiter.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2015
Une œuvre faite pour Karajan et Berlin ! La grande époque de Deutsche Grammophon.
Absolument splendide de bout en bout.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2016
La Symphonie Alpestre de Richard Strauss est un magnifique poème symphonique, une des plus belles oeuvres de ce musicien pas assez reconnu en France. L'interprétation par Karajan et l'enregistrement de qualité font le reste. Mettez le CD, fermez les yeux : l'ascension peut commencer !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2005
La symphonie alpestre est en fait un grand poème symphonique à programme.Ecrite au milieu de la première guerre mondiale, elle cherche, pour le compositeur, à nous faire oublier les affaires humaines du moment pour admirer la nature. Le trait est parfois forcé mais Karajan sait naturellement tirer profit de cette oeuvre purement germanique qui demande un effectif instrumental important. On peut aussi préférer l'interprétation de Kempe...c'est selon !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)