undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cloud Drive Photos nav_ss16 Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles5
4,2 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:10,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

...et s'affirmèrent, au disque et au concert, comme d'ardents propagateurs de la musique de Bartok.
Réalisés en septembre 1959 et octobre 1960 à Berlin, leurs enregistrements désormais historiques des trois Concertos, nonobstant la nostalgie discophilique, peuvent toujours être considérés comme une évidente référence, malgré les remarquables contributions de Kovacevich/Davis et Kocsis/Fischer (chez Philips).

Dans le Concerto n° 1, moderniste et proche de l'abstraction, le clavier de Anda est attentif aux jeux de timbres sans céder à la froide rhétorique, et la chaleur de son jeu contraste avec la force percussive de l'orchestre berlinois.
Bâtie sur la « structure en arche » chère au compositeur, ne dirait-on pas que la poésie naturaliste de l'Adagio-presto-Adagio du Second Concerto se trouve ici illuminée par une inspiration transcendante, nourrie de substrat hungarisant ?

Pour DG, Fricsay avait déjà enregistré une version cursive et analytique du Concerto n° 3 avec Monique Haas en avril 1954 ; sous sa direction, il existe aussi un superbe « live » capté avec Annie Fischer (chez Orfeo).
Ces témoignages sont à connaître au même titre que l'on doit chérir ce que nous entendons dans cet album : sans l'ombre d'un artifice, la sève magyare irrigue ces oeuvres avec une authentique spontanéité garantie par l'exigence artistique des deux musiciens hongrois.
review image
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 6 novembre 2010
DG avec sa collection "The originals" permet à tous les heureux mélomanes de se reprocurer des grands enregistrements devenus introuvables. Enregistré en 1959 pour le 1er concerto et 1960 pour les concertos N°2 &3, le disque bénéficie d'une prise de son remarquable comme l'éditeur a su nous en gratifier dès cette époque. 50 ans après, ce disque de légende, "Grand Prix du disque" 1961 garde toute sa valeur et sa pertinence. Ferenc Fricsay et Geza Anda, hongrois, naviguaient à la perfection dans le répertoire bartokien. Ils eurent d'ailleurs l'occasion de donner avec une complicité totale le N°1 une soixantaine de fois en concert. C'est dire leur maîtrise de l'oeuvre. Certes, depuis Boulez a enregistre lui aussi une superbe version mais celle de Fricsay à la tête de son orchestre fétiche qu'il dirigea jusqu'à sa mort qui surviendra peu après cet enregistrement extraordinaire continue de caracoler dans le sommet de la discographie. Au prix proposé, c'est une aubaine à ne surtout pas laisser passer !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2015
bartok,fricsay,andaune musique ardente sevie par deux musiciens hongrois,et quels musiciens!!!dans ces concertos le piano se taille la part du lionmais l'orchestre ne perd pas ses droit ;F.Fricsay dispose d'un orchestre qui n'a rien à envier,en fait de virtuosité à son cousin de la philarmonie karajanesque!des finesses des ttrouvaiiles instrumentales qui évoquent la 3musique pour célesta..."(2ème concerto:glissandosle 3ème:un mouvement lent qui fait penser à celui de "l"empereur" de beethoven:s'ajoute à cela une prise de son stéréo superbe:les percussions!!!bref un disque indispensable!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2016
interpretations pas tout a fait parfaites,mais extremement interessantes,un tres bon rapport qualité/prix,pas decevant pour les fans de Bartok,une bonne affaire..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet enregistrement passe pour une référence, bien à tort selon moi. Que certains aient appris les concertos pour piano de Bartok dans cette interprétation est une chose, qu'une certaine nostalgie les empêche d'en mesurer les limites en est une autre. Si vous aimez le robotisé, ce CD vous comblera. Si vous préferez comparer, prenez par exemple le mouvement lent du deuxième concerto et allez voir ce qui se passe du côté de Kovacevich (qui s'appelait encore à l'époque Bishop) et Davis. La différence saute aux oreilles: alors qu'Anda/Fricsay foncent droit devant, Kovacevich/Davis chez Philips ménagent sa place au rêve. Bartok était un être humain, le saviez-vous?
22 commentaires|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)