Commentaires en ligne


2 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On pourrait certes enfoncer des portes ouvertes et battre monnaie avec des clichés controuvés..., 14 septembre 2010
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Les 3 Messes (CD)
Du genre : des Messes monumentales écrites par un pieux symphoniste postromantique, interprétées « ad majorem dei gloriam » par un dévot maestro qui avait commencé sa carrière à l'orgue de sa Babenhausen natale -comme Bruckner lui-même avait commencé la sienne à l'orgue de son village d'Ansfelder.

Certes nul ne contestera que ces oeuvres amples et solennelles appartiennent à la tradition catholique d'Allemagne du sud, ou rendent hommage au modèle polyphonique palestrinien dans le cas de la Messe n°2 (soutenue par cuivres et ensemble de vents sans les cordes).
Mais par ailleurs et surtout, on y trouve un lyrisme fluide, une palette expressive (de la supplication à l'exultation), une vitalité dramatique, voire un instinct théâtral qu'on associerait peu au compositeur autrichien -ni aux divines longueurs, ni aux tournures épanaleptiques qui hanteront parfois son langage symphonique ultérieur.

Et qu'Eugen Jochum attise avec une motricité exaltante, consume en un brasier multicolore ! La parole liturgique flamboie comme des vitraux frappés de soleil. Le texte redevient scène de message. Dans le Credo de la Messe en ré mineur, écoutez comment Jochum fomente le bouillonnement des cordes (6'25) puis ouvre les vannes pour laisser éclater le triomphant "Et resurrexit" ! Du théâtre vous disais-je... Qui en remontrerait au Requiem de Verdi.

Le plateau de solistes vocaux varie d'une messe à l'autre. La Troisième fut captée en juillet 1962, la Première en janvier 1972. Edith Mathis, Karl Ridderbusch, Kim Borg : ces noms tiennent leurs promesses. Et Ernst Haefliger dans le tendre « Et incarnatus » adorné par le violon...
L'on retrouve chaque fois l'orchestre bavarois que Jochum avait assemblé en 1949 et qui en obtient ici des prestations totalement fidèles à sa conception vibrante.
Tant en vélocité qu'en justesse, le choeur ne faiblit pas malgré les exigences virtuoses de la partition qui exploite des dynamiques et des tessitures extrêmes. Jamais outrancièrement emphatique ni inerte, sa puissance déclamatoire se fait verbe ardent !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le versant caché du massif Brucknerien, 6 janvier 2011
Par 
L' AIGLE (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruckner : Les 3 Messes (CD)
La musique religieuse du maître de Florian est le versant complémentaire et obligé de l'ascension du massif Brucknerien. Ces enregistrements de JOCHUM sont irremplaçables, à tel point que peu se sont frottés à ces expéditions dangereuses, sauf le grand CELIBIDACHE dont les enregistrements constituent le pendant de celui de JOCHUM.
Pour dire la difficulté de diriger BRUCKNER, la parole de Bruno WALTER, disant en substance n'avoir rien compris à Bruckner avant l'âge de 80 ans en enregistrant la 9e en 1961 et mourant en 1962 à l'âge de 86 ans !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Bruckner : Les 3 Messes
Bruckner : Les 3 Messes de Anton Bruckner (CD - 2011)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit