undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:17,97 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 janvier 2006
Boulez a réalisé de grands enregistrements mahleriens, certains reconnus - N°3 et 6 - et d'autres méritant meilleure presse - N°5, par exemple. Et à l'exception d'un Chant de la Terre bien plat, les volets viennois de son intégrale en cours se sont toujours révélés supérieurs aux autres.
Cette gravure de la 7ème en est le meilleur exemple: cette symphonie est une de mes préférées, et j'ai eu l'occasion de confronter Boulez à d'autres enregistrements "en aveugle". La déception a été très forte. Cet exécution, parfaitement exacte, ne décolle jamais et s'enferme dans une progression mécanique totalement hors de propos - c'était une option admissible pour la 6ème - et tombant très vite dans un routine affligeante. Seul le scherzo est, disons, intéressant. Les vagues sonores de progression harmoniques du 1er mouvement sont bridées jusqu'à la frustration physique. Le mystère est absent des deux nachtmusik, presque mécaniques! Le final est quasiment pantouflard... L'orchestre de Cleveland, si souvent brillant et spectaculaire, parait ensomeillé, et la froideur caractéristique de Boulez n'est nullement compensée par les splendides éclats sonores de, disons, sa 5ème, mais par une technicité de façade.
Voici quelques alternatives pour cette admirables symphonie. Pour une vision "analytique" beaucoup plus passionnante, vivante et perpicace que celle-ci, Chailly est votre homme, malgré un scherzo mollasson.
Sinon, 3 "live" fantastiques rendent justice, chacun à leurs manières, au génie de Mahler: Bernstein/DG, puissant et mystérieux; Abbado/Berlin, jubilatoire et élégant; Kondrashin/Concertgebouw, d'un punch extraordinaire.
Enfin, et à petit prix, Neumann/Leipzig est un outisder parfait, à force de clarté, de justesse...et d'une grande tendresse.
0Commentaire27 sur 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2012
Cette oeuvre hors norme nécessite des interprétations hors norme. La vision de Klemperer, aujourd'hui facilement (enfin!) disponible dans un indispensable coffret EMI économique, demeure ma préférée. Mais Boulez atteint, à sa manière, à une véritable perfection. Extrême transparence, extrême cohésion, mise en place stupéfiante. On entend tout. On sort de l'écoute ébloui, on n'a qu'une envie: reprendre l'écoute, sur le champ, pour savourer à nouveau telle ou telle magistrale superposition de plans sonores, jamais entendue auparavant avec cette évidence.
Beau texte de présentation de Henry-Louis de la Grange (à condition de ne pas trop s'offusquer du parti pris fondamental de ce musicologue d'élite, à savoir que Mahler est le plus grand génie de toute l'histoire de la musique, parti pris que d'aucuns peuvent trouver un rien agaçant...)

Joseph Altairac
11 commentaire5 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2001
Boulez donne ici a cette oeuvre sublime un dirigisme extraordinaire. il continue ici son integrale des symphonie de Mahler tres largement recompensée par la presse specialisé. Boulez donne ici une veritable leçon, jamais le jeu de l'orchestre n'aura aussi bien été orchestré...
0Commentaire10 sur 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

55,00 €