undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,49 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 juin 2012
J'ai découvert Prokofiev à l'âge de 16 ans et,50 ans après, c'est toujours un de mes compositeurs favoris. Son oeuvre très variée contient de nombreuses perles mais aussi des morceaux moins célébrés et apparemment moins inspirés comme le cinquième concerto pour piano qui semble pâlir auprès des quatre premiers et surtout des numéros 2 et 3, les plus joués. Je ne connaissais pas l'interprétation de Sviatoslav Richter et c'est avec joie et émotion que, grâce à lui, j'ai enfin entendu toute la beauté et les rythmes subtils de ce 5iè concerto joué de façon exceptionnelle. Quant à la 8ième sonate pour piano, sonate dite de guerre (avec la 9ième), il est difficile d'en faire ressortir toute la profondeur et l'angoisse qui l'habite. J'avais déjà entendu l'interprétation de Sviatoslav mais il y a fort longtemps et sur une bien plus modeste installation Hi-Fi que celle dont j'ai la chance de disposer maintenant : c'est donc un bonheur de la réécouter et de la redécouvrir.La très grande qualité de l'enregistrement des deux oeuvres, dans cette série "The originals" - qui contient de nombreux trésors - augmente encore le plaisir de l'écoute.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album rassemble quelques gravures consacrées par Sviatoslav Richer à Prokofiev entre 1958 et 1962, dans de très bonnes prises de son.

Chacun de ces témoignages domine évidemment la discographie, notamment ce Concerto n° 5 enregistré à Varsovie avec Witold Rowiki, qui en dirigera encore une autre version de référence en compagnie de Samson François pour EMI.
L'inépuisable ardeur des doigts sur le clavier électrise cet opus atypique, saturé de couleurs par l'orchestre polonais.

La lecture de la Sonate n° 8 rivalise avec la densité narrative qu'y infusait son premier interprète Emil Gilels.

Captées en live lors d'une tournée en Italie, ce qui explique quelques inévitables bruits de salles, trois « Visions fugitives » complètent ce CD relativement bref (55 mn) mais néanmoins incontournable pour tout amateur de l'oeuvre pianistique du compositeur russe.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)