Cliquez ici undrgrnd RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

5
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Jean-Sébastien Bach : Sonates & Partitas pour violon seul
Format: CDModifier
Prix:12,39 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

27 sur 28 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le violoniste Nathan Milstein a enregistré deux fois le cycle complet des sonates et partitas de Jean-Sébastien Bach : une première fois à New York pour Capitol (de 1954 à 1956, réédition Emi), une seconde fois plus tardivement pour DG (en 1973 et 1974). Il faut y ajouter des enregistrements pour Columbia plus anciens, dont une fort belle Seconde partita de 1935 (rééditée par Music & Arts) et bien sûr des prises de concert diverses, jusqu''à l''ultime Chaconne du concert de Stockholm préservée en CD et en DVD (1986)Nathan Milstein in portrait (some memories of a quiet magician). Tout ceci traduit un fait : Bach a accompagné Milstein pendant toute sa vie d''interprète, et ceci, sans doute, plus qu''aucun autre compositeur.

En un sens, le Bach de Milstein ne varie pas d''une période à une autre ; on reconnaît à chaque époque la marque de sa personnalité, l''élégance de la ligne, l''éclat, un son à nul autre pareil, avec un vibrato très contrôlé. En même temps, il y a des différences perceptibles. Je dirais que l''enregistrement Emi est une apothéose du violon, qui n''appelle aucun perfectionnement ultérieur, tandis que la version DG est plus encore un accomplissement musical et personnel. La sonorité est plus chaude. Il y a plus de matière. Ayant vécu plus longtemps avec cette musique, si à proprement parler il ne peut la jouer mieux, Milstein sait mieux encore comment l''aimer, comment la servir et nous la rendre indispensable.

Il vaudrait mieux proscrire une bonne fois pour toutes l''expression « version de référence ». J''apprécie Adolf Busch (une 2e partita d''anthologie chez EMI), Henryk Szeryng (pour connaître sa première version, CBS), Gregory Fulkerson (Bridge), et quelques autres. Je pense que Nathan Milstein révèle comme personne la beauté de cette musique, dans chacun de ses deux cycles, et dans celui-ci d''une manière toute spéciale.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Rien que pour la "ciaccone" de la partita numéro II BWV 1004, jouée par Nathan Milstein sur son Stradivarius de 1716, je donnerais toute la musique pour violon de Bach. Ces 14 minutes exaltantes et extatiques nous transportent dans un autre monde, l'univers unique et fulgurant de Bach. A écouter dans une absolue solitude et le recueillement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 avril 2011
On pourra critiquer, aujourd'hui, un style qui n'a rien de "baroque". Malheureusement, on cherchera en vain chez les "baroqueux" un virtuose qui arrive à la cheville de Milstein. C'est peut-être regrettable, quand on sait à quel point Bylsma a pu renouveler l'interprétation des suites pour violoncelle. La controverse, cela dit, ne peut guère concerner les instruments, Milstein jouant sur un sublime Stradivarius de 1716. ll faut donc balayer ce type d'interrogations, et simplement se laisser emporter par une interprétation qui défie les temps et les modes, projette son chant vers des sphères à la fois parfaitement humaines et atrocement suffocantes: la "musique des anges" qu'évoquait Schumann dans sa folie, c'était sans doute celle-ci, l'inaccessible Eden de tout musicien, à la fois si proche et si lointain. Cet enregistrement dépasse tous les genres, transgresse toutes les époques - et consacre Bach, une fois de plus, comme le père, le Bouddha de toute musique passée et à venir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
23 sur 28 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Nathan Milstein ne se pose dans ces oeuvres interrogatives de Bach aucune question; Tout doit-être lumière et tout est lumière; Pas de combat avec les notes ou l'instrument, tout coule vers une sérénité d'arc-en ciel
Il peut y avoir d'autres approches plus fraternelles aucune ne sera plus lumineuse
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 31 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 août 2011
comment peut-on encore écouter de telles versions classico-romantiques après Sigiswald Kuijken ...certes ces versions ont encore de l'allure mais combien plus émouvantes sont les versions baroques ( Kuijken ,Mullova ,Podger....)
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé