undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 novembre 2011
Dans ces 4 oeuvres pour instrument soliste et orchestre (la notion de concerto s'estompe dans ses échanges "a-plat" même s'ils révèlent in fine de véritables interractions), Feldman se situe plus (piano et orchestre) ou moins (violoncelle et orchestre) à la frontière du silence, "sans jamais laisser tomber le son", ce qui donne un relief extraordinaire au son le plus ténue. Est-ce la diversité des prises de son, étalées de 1973 à 1978 à l'occasion de prises radiophoniques, parfois au cours des premières ? Chaque oeuvre révèle sa propre atmosphère, sidérale pour violoncelle et orchestre, sons et silences de la nuit pour piano et orchestre, lutte souterraine entre lumière et ombre pour flute et orchestre... hautbois et orchestre m'apparaisant moins réussi, n'échappant pas au risque pris par une telle musique, celui de la stagnation. On notera la qualité des interprétations, avec un gros travail sur les pianissimis.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 30 décembre 2012
On entre avec ce disque dans un domaine peu avenant et très conceptuel de la musique "contemporaine" par l'un des 3 ou 4 plus grands compositeurs américains de la la seconde moitié du XXème siècle (avec Carter, Crumb et Nancarrow), proche de Zender lui-même qui donna les créations mondiales de "Cello" et de "Flute and Orchestra".
Écriture primitive, sans aucun effet de timbres pittoresques , avec seulement, aux différentes sources instrumentales, des successions de notes répétées, d'intervalles (la plupart du temps à 2 notes) ou, très rarement, de courts motifs. Les objets musicaux ainsi créés, subissent une évolution tributaire de la position des exécutants dans l'espace, de l'organisation du temps en épisodes qui ne sont que la modification de l'angle de perception d'un sujet toujours identique et presque constamment joué "piano", mais toujours changeant (les instruments s'isolent et se rapprochent tour à tour en échangeant les bribes d'un discours monodique en une savante désynchronisation) et enfin de l'infinie permutation des combinaisons de couleurs permises par l’orchestration.
Ces compositions interrogent l'auditeur sur la nature de l'acte consistant à écouter de la musique, ou , plus justement, à l’entendre.
Un passionnant investissement esthétique, idéalement rendu par un orchestre et des solistes (Siegfried Palm, Roger Woodward), sublimes. Un album ardu, mais majeur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé