Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 LE PREMIER D'UNE LONGUE SERIE
GREETING FROM ASBURY PARK est le premier album studio enregistré par Bruce Springsteen, en 1972. Le son qui s'en dégage est difficile à cerner... C'est de la pop, du rock, mais le son est très soul, très musique noire, un peu bancal, on sent qu'il n'y a pas de production très pro, et un album enregistré assez vite (3...
Publié le 19 juillet 2007 par Luc B.

versus
3.0 étoiles sur 5 Premier album et déjà un talent évident...
Le 1er album de Bruce Springsteen paraît en janvier 1973. Après avoir oeuvré au sein de divers groupes, le jeune Bruce Frédérick Springsteen se lance donc en solo en publiant, dans la quasi indifférence générale, un recueil de chansons qui, 35 ans plus tard, conservent toute leur fraîcheur. Certes, comme le dira John...
Publié le 29 août 2009 par elvisisalive


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 LE PREMIER D'UNE LONGUE SERIE, 19 juillet 2007
Par 
Luc B. - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greeting From Asbury Park, N.J. (CD)
GREETING FROM ASBURY PARK est le premier album studio enregistré par Bruce Springsteen, en 1972. Le son qui s'en dégage est difficile à cerner... C'est de la pop, du rock, mais le son est très soul, très musique noire, un peu bancal, on sent qu'il n'y a pas de production très pro, et un album enregistré assez vite (3 semaines). Et d'un autre coté, les textes chantés (très influencés par Dylan) sont très travaillés, précis, dans leur construction, les jeux de sonorité, les métaphores... Bref, on sent un style en devenir, un style à naître... la définition même d'un premier album !

Le E Street Band se constitue (Garry Tallent à la basse, Clemons au sax qui resteront) avec Davis Sancious aux claviers, bientôt remplacé Danny Federicci (épaulé dès 1974 par Roy Bittan au piano). Springsteen donnait déjà à l'époque de fameux concerts, ses premières cavalcades enflammées, où les chansons prenaient toutes leur dimensions. De cet album sont issues quelques pépites que le Boss reprend encore ("Spirit in the night", "Growing up", "Lost in flood") jusqu'au "Blinded by the light" réarrangée magnifiquement sur son dernier LIVE IN DUBLIN.

Un premier album très attachant, composé de très bonnes chansons mais pas toujours produites comme il le faudrait. Quelques mois plus tard, Springsteen sortira THE WILD, INNOCENT & E STREET SUFFLE, beaucoup plus mature, lyrique, avec de longs morceaux qui eux aussi deviendront des incontournables de la scène ("Rosalita" , "Kitty's back"...). Et ensuite, il produira lui-même, passant d'un extrême à l'autre, avec les longs mois de production pointilleuse, de l'accouchement difficile du célebrissime BORN TO RUN (1974).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 D'assez loin, mon préféré du boss, 15 juin 2011
Par 
Colleu Pierre (Toulouse, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greeting From Asbury Park, N.J. (CD)
Je n'ai jamais compris pourquoi cet album est généralement considéré comme mineur car tout est là, rock, soul, des compositions superbes et des textes qui ne le sont pas moins. Et pourtant dans les best of, pas un seul titre de cette merveille. Presque 40 ans après, je l'écoute toujours de temps en temps avec autant de plaisir. De plus Bruce ne pousse pas sa voix comme il l'a trop fait par la suite. Bien sûr la production est moins soignée que dans les opus suivants mais rien de catastophique non plus. Allez, une 6ème étoile pour Spirit in the night.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le coeur pur et des étoiles plein les yeux, 9 août 2013
Par 
Jean Bal (Conflans-en-Jarnisy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greeting From Asbury Park, N.J. (CD)
Comme d'autres, j'ai tendance à penser que ce disque est un chef d'oeuvre majeur dans la carrière de Springsteen.
Pas seulement parce qu'il est la première réalisation aboutie de son auteur, mais surtout parce qu'il est la première brique sur laquelle tout a été construit.
Le jeune Bruce était encore à l'époque un petit marlou mal rasé, fou de musique, tout juste sorti de l'expérience heavy rock "Steel Mill", un power trio avec lequel il avait frôlé du doigt la célébrité et s'était construit une vraie gloire locale du côté du New Jersey.
Mais sa vie était vite retombée dans la galère ordinaire des musiciens de seconde zone, promis à épuiser leur talent dans les bars de la Côte Est jusqu'à ce que mort s'ensuive.
En 73, Springsteen gagnait encore sa vie en faisant la manche avec sa guitare. Il dormait souvent chez des ami(e)s de rencontre, parfois à même le sol. Son jean - qui deviendrait iconique sur la pochette de Born in The USA - était usé jusqu'à la corde. Et il n'avait rien de glamour.
Oh, bien sûr, il lui arrivait de faire des concerts avec son groupe en devenir, le - futur - "E Street Band".
Mais il lui fallait encore définir clairement son style personnel, imprégné de Van Morrison et Joe Cocker version Mad Dogs, avec un soupçon de Dylan pour la poésie.
C'est ce qu'il allait faire de façon magistrale avec ce Greetings From Asbury Park, NJ (sa ville de résidence en ce temps-là).
Mais ce ne fut pas simple.
Signé sur CBS par John Hammond qui avait découvert un certain Robert Zimmerman dix ans plus tôt, il fut tout de suite rangé dans une petite case. Par la faute d'une audition en solo décrochée à l'arrache, on attendait de lui qu'il devienne sans rechigner le nouveau chanteur folk à la mode, tendance "Freewheeling Dylan", s'il vous plaît.
Springsteen, un rocker?
Vous plaisantez!
Il faudra alors toute la rage et la détermination du "gamin" pour qu'il soit autorisé à inviter d'autres musiciens à venir le rejoindre en studio.
Et encore: pas sur tout le disque.
Voilà pourquoi, on trouve sur ce premier album quelques morceaux dépouillés (les sublimes Mary Queen of Arkansas et The Angel), à côté de chansons plus enlevées qui débordent d'énergie juvénile et de conviction naïve, comme Does This Bus Stop at 82nd Street ou It's Hard to be a Saint in the City.
Et mon préféré: Growin'Up, une jolie ode à la fin de l'adolescence.
Le résultat de ces premières sessions fut si convainquant, que Springsteen eut même le droit d'enregistrer deux morceaux supplémentaires (à condition qu'ils soient "commerciaux"), avec un saxophoniste de jazz, ancien joueur de foot américain, un grand black du nom de Clarence Clemons.
Blinded By The Light et Spirit in The Night seraient portés plus tard au sommet des charts par le groupe Manfred Mann. Mais Springsteen, pour sa part, fut contraint de jouer lui-même les parties de guitare, de basse, de congas et d'harmonica sur leurs versions originales.
Le budget prévu par CBS aurait été dépassé, sinon...
Quant à la pochette, qui devait en principe être ornée d'une photo de l'artiste, Springsteen parvint à argumenter pour qu'on utilise au recto une carte postale qu'il aimait bien.
Greetings sortit finalement début 73 et se vendit à peine à quelques milliers d'exemplaires.
Les critiques furent plutôt bonnes, mais le public ne comprit pas à qui il avait affaire.
Vous parlez d'une injustice.
D'accord, la voix du chanteur était encore mal assurée et il avait tendance à écrire des lyrics verbeux, mais il compensait ses faiblesses techniques relatives par un engagement total dans ses textes, parfois naïfs, qui exprimaient une pureté émotionnelle comme on en rencontre rarement.
Quant au répertoire, il serait vraiment injuste de le voir comme un assortiment décousu de compositions maladroites.
Au contraire.
On sent que chaque mesure, chaque intonation a fait l'objet d'une attention particulière. Le perfectionnisme de Springsteen ne date pas de Born to Run, il était là dès le début, même si le disque a été enregistré en seulement deux semaines.
En fait, si vous voulez juger avec sérénité cet album historique, essayez d'oublier qu'il a été écrit par l'auteur de Prove It All Night ou Thunder Road.
Imaginez un jeune mec fauché, rincé par la vie, coincé par ses problèmes personnels et ses relations avec son père. Un marginal qui ne peut communiquer avec le monde que par sa musique, une musique à laquelle il va consacrer toute son existence.
Essayez.
Il n'y a pas un seul morceau faible sur Greetings. Pas une faille. Pas un échec.
Malgré un son moins "cinématographique" que des oeuvres ultérieures et une production minimaliste, il sonne bien de son époque.
Et à chaque écoute, vous découvrirez des trésors de sensibilité à fleur de peau.
En 73, le petit Bruce n'était peut-être pas encore le grand Springsteen.
Mais il était déjà immense.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "The Boss" entre en scène..., 18 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greeting From Asbury Park, N.J. (CD)
« Elvis a libéré les corps alors que Bob Dylan a libéré les esprits... » voilà ce que confiait Bruce Springsteen. Et, pour cause, Elvis Presley aura su offrir au monde une révolution musicale qui, outre le fait de léguer à la postérité un répertoire immense, il a été l'instigateur de bons nombres de vocations dont figure dans cette liste Bruce Springsteen. Bruce Springsteen a construit, petit à petit, une œuvre gigantesque, incomparable, personnelle et singulière. Né le 23 septembre 1949 à Long Branch et à grandi à Freehold dans l'Etat de New York. C'est à l'âge de neuf ans que la vocation d'artiste musicien lui apparaît dans son esprit en découvrant Le King à travers son poste de télévision. De suite, c'est une véritable révélation et il mettra tout son cœur pour se consacrer, corps et âme, pour la musique. En Janvier 1973 sort « Greetings From Asbury Park, N.J » nom qui s'inspire du parcours alambiqué de Bruce lorsqu'il décida d'abandonner le lycée pour un hypothétique contrat et tenter sa chance. Son groupe de l'époque se rebaptisera les Steel Mill mais ne survivra pas. Cependant, ce début servira à Bruce Springsteen comme parcours initiatique en arpentant les différents clubs de Asbury Park. Le titre de "Asbury Park" est donc synonyme de ces débuts difficiles mais non moins utiles pour son expérience et sans doute sa créativité artistique. En 1972, il tombera par hasard sur John Hammon, découvreur de talents par excellence puisqu'il aura su découvrir le filon avec Bob Dylan et Aretha Franklin sous le label Colombia. En effet, John Hammon tombe sous le charme de Bruce à l'écoute de « Growin' Up» et « It's Hard To Be A Saint In The City » qui montrent tout deux les signes de l'esprit de vagabondage de l'artiste Bruce. La petite anecdote dit que John Hammon l'a fait signer, après l'écoute,sur le capot d'une voiture. Dans cet album « Asbury Park » signe la présence d'une nouvelle force musicale sur la scène. Bruce montre qu'il est un très bon compositeur au point qu'on le compare à Monsieur Bob Dylan. Ce qui lui cause préjudice pour le début de sa carrière et ne s'imposera réellement avec le monumental "Born To Run" de 1975. Dans « Asbury Park », Bruce Springsteen se démarque par son éclectisme musical dont il nous chatouille notre ouïe par l'emploi de nombreux instruments. Lui-même s'exécute au piano et à la basse sur "Spirit In the Night", la basse sur "Blinded by The Light" et joue aussi de l'harmonica. Il se fait accompagner par Vincent "loper" Lopez (batterie), Clarence Clemmons (Sax), Garry Tallent (Basse), David Sancions (Piano, Orgue), Harold Wheder (Piano sur "Spirit in The Night" & "Blinded by the light"), Richard Davis (basse droite sur "The Angel") . On peut y trouver de nombreuses consonance Rhythm'n'blues, pop, rock et Soul... Le coup d'envoi de sa carrière est lancé avec « Blinded by the light » où l'on peut déceler un air funky. La totalité de l'album possède réellement une jolie mélodie comme « The Angel » ou encore ma favorite avec "Spirit in The night". Bruce Springsteen montre un visage de compassion, d'intense sincérité sur des thèmes polémiques comme le suicide "For You" ou encore une 'protest song' anti-guerre sur "Lost In the Flood". Elle se dénote par la puissance des paroles, c'est la grande chanson de l'album. J'aime ce genre de sensibilité artistique et c'est ce qui m'a séduit et me plait en lui. Cependant, Bruce n'a pas encore de vrai groupe qui peut le servir correctement comme les Bluesbreakers pour Mayall. Pour autant, The Boss ne démérite pas et il dévoilera tout son talent avec les deux albums qui suivront...

Durée : 37minutes - 9Chansons.

Notons qu'a l'intérieur de l'album, le petit livret contient les paroles des chansons. C'est toujours agréable de pouvoir comprendre intégralement à la première écoute. Merci au commentateur Luc B. dont les commentaires sur Springsteen m'ont donner faim de Bruce. TU m'as fait découvrir cet artiste par ta plume.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un des meilleurs du Boss, 15 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greeting From Asbury Park, N.J. (CD)
Après le concert du 29 juin dernier, je me suis mise en quête des albums de Bruce que je n'avais pas. Comment ai-je pu passer à côté de ÇA !!! Après 30 ans de Bruce, je découvre ses premiers albums et c'est un délice ! "Blinded by the light", "It's hard to be a saint in the city", j'ai l'impression d'avoir 16 ans !
Juste un petit bémol, sur les 4 CD que j'avais commandés, ... 4 boîtes étaient cassées...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Premier album et déjà un talent évident..., 29 août 2009
Par 
elvisisalive "Good Old Time" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greeting From Asbury Park, N.J. (CD)
Le 1er album de Bruce Springsteen paraît en janvier 1973. Après avoir oeuvré au sein de divers groupes, le jeune Bruce Frédérick Springsteen se lance donc en solo en publiant, dans la quasi indifférence générale, un recueil de chansons qui, 35 ans plus tard, conservent toute leur fraîcheur. Certes, comme le dira John Landau, futur manager de l'artiste, la production est faiblarde mais pas assez pour masquer le déjà évident talent d'écriture de Springsteen.

Manifestement inspiré par ses modèles, Elvis et Dylan en tête, celui que l'on ne surnomme pas encore The Boss, livre un album entre rock et folk, parfois soul. Leur auteur ne le sait pas encore, mais les titres Growin' Up, Lost In The Flood, For You ou Spirit In The Night deviendront des classiques de son répertoire qu'il reprendra régulièrement tout au long de sa carrière lors de ses concerts d'anthologie.

L'album recevra un relativement bon accueil de la critique mais ne se vendra que très peu, mettant Springsteen sous pression. Il publiera un second album la même année avec le même résultat, qualité artistique indéniable mais faible impact commercial, avant d'atteindre les sommets que l'on sait en 1975 avec Born To Run.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Greetings from Asbury Park Nj
Greetings from Asbury Park Nj de Bruce Springsteen (CD - 1990)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit