Commentaires en ligne


11 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


43 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Attention chef d'œuvre!!!
Le modèle du live : survolté, écorché, teigneux, l'album ou Peter Frampton drivé par l'immense Steve Marriott (le modèle absolu de Bon Scott, Plant et tant d'autres) qui, venu des pubs de l'east end, arrache tout comme si tout en dépendait (quand on connait le parcours de l'homme se fut d'ailleurs toujours le cas). Un pub...
Publié le 9 avril 2004 par Denis Mellier

versus
1 internaute sur 8 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 sans âme ni talent
certains avis décrivent Peter Frampton comme un génie dans ce live, ce qui m'a motivé pour l'acheter ; grosse déception. Tout est fade, aucune énergie, et aucune trace de génie ...
Que tous les fans de Rory Gallagher ou de Johnny Winter n'écoutent jamais ce CD insipide ...
Publié le 14 juillet 2011 par Langros Christophe


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

43 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Attention chef d'œuvre!!!, 9 avril 2004
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Le modèle du live : survolté, écorché, teigneux, l'album ou Peter Frampton drivé par l'immense Steve Marriott (le modèle absolu de Bon Scott, Plant et tant d'autres) qui, venu des pubs de l'east end, arrache tout comme si tout en dépendait (quand on connait le parcours de l'homme se fut d'ailleurs toujours le cas). Un pub boogie rock méchant, lourd, plombant le blues en une énergie blanche que les anglais d'Humble Pie apportent en terre américaine. Pur son Gibson/Marshall, cet album déverse des standards, des classiques, des brulots : Marriott bouscule les blues de Willie Dixon, Frampton rivalise avec les plus grands, quand à la rythmique, elle reste intraitable. Essayez le "I dont need no doctor", c'est là le modèle de bien des rocks band qui live visaient l'énergie de Humle Pie.La guitare rythmique de Marriott est d'anthologie, et il fixe le standard pour ceux qui viendront après. Titanesque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le meilleur Live du monde ?, 22 juillet 2014
Par 
Darko "From Hell !" (Bretagne - France depuis 1492) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Déçu par le "Sssssh" de Ten Years After (studio), j'appréhendais de devoir dire du mal du "Performance - Rockin' the Fillmore" de Humble Pie (live), chose qui ne m'effraie nullement puisque je ne travaille pas à Rock & Folk. De plus, le groupe fut une des nombreuses victimes de l'explosion punk et plus tard de la NWOBHM, si bien que passé le milieu des années 70, plus aucun teenager, adepte du gros son, n'écoutait plus, à tort ou à raison, ces Humble Pie, mais plutôt AC/DC, Motorhead voire pire..... Van Halen !

C'est ce qui explique que j'ai découvert ce groupe sur le tard et que je l'ai, en fait, assez peu écouté....Enregistré les 27 et 28 mai 1971 au Fillmore East de New York, ce Live annonce d'emblée la couleur : du bon vieux hard rock seventies teinté de rhythm & blues, car Steve Marriott n'a pas oublié qu'il fut autrefois un chanteur mods, le shouter en chef des Small Faces, un groupe épris de musique noire américaine au même titre que ses principaux concurrents d'alors : les Who....

Et franchement ça le fait encore, Steve Marriot et Peter Frampton forme une paire de guitaristes tout à fait convaincante, avec un son puissant que ne trahit pas trop le nombre des années. Les morceaux, qui sont plutôt des reprises (Dr John, Muddy Waters, Ray Charles....) s'enchainent sans temps mort, on note bien quelques longueurs, mais rien de réellement rédhibitoires... Steve Marriott demeure bien sûr un chanteur hors pair, un des rares à l'époque à pouvoir vraiment rivaliser avec Robert Plant, quant à Peter Frampton, il fait le boulot, sobrement mais sérieusement. Il n'a pas encore décidé d'aller initier la jeunesse américaine à la conjugaison et soufflant dans un tuyau (je te veux !, tu me veux ! , il se veut !, nous nous voulons !, vous vous voulez !, ils se veulent !) C'est bizarre, Je suis sûr que Shuffle à ce disque....

Maintenant est-ce le meilleur Live du monde ? Aimer un Live est souvent plus une question de passion que de raison. Il nous rappelle les concerts que l'on a vu et, plus surement encore, ceux auxquels on aurait rêvé d'assister ! Aussi chacun porte en lui son Live préféré pour des raisons qu'il est souvent le seul à connaître....Je dirai donc que non ! "Performance - Rockin' the Fillmore" n'est pas le meilleur Live du monde. Il lui manque un hymne définitif à la mesure d'un "Smoke on the water", bien que la reprise de "I don't need no doctor' vaille son pesant d'or . On aurait pu imaginer qu'un "Natural Born Boogie" live fasse l'affaire, mais, hélas, il n'est pas là, et puis un morceau de 22:35 mn (" I walk on Glided Splinters") c'est peut être un peu too much pour le meilleur Live du monde !

Pour les inconditionnels, il existe une version 4 CD des 4 concerts donnés durant ces deux jours au Fillmore East Performance : Rockin' the Fillmore, The complete recordings . Les deux premiers albums studio de Humble Pie sont également tout à fait recommandables ("as safe as Yerterday" et "Town and country") et, en définitive, je les préfère même....Natural Born Bugie
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE PASCAL RIGAULT MAGAZINE METAL ATTACK, 7 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
CHRONIQUE DE PASCAL RIGAULT MAGAZINE METAL ATTACK AVRIL 1984 N° 7 Page 19
5° Album 1971 33T Réf : CBS AMLH 63506
Le groupe va mettre trois albums à trouver sa voie. Il hésite d'abord entre deux styles : rythm'n'blues mélodique à l'américaine ou boogie rouillé. A partir de "Rock one"" tout s'éclaire ; le groupe a choisi la seconde formule. Avec ce live, il enfonce le clou et prend carrément l'option Heavy Rock. Ce double va être sa plus grosse réussite commerciale en Europe, comme aux States où il triomphe.
Quatre faces de Heavy blues crasseux, râpeux à l'image de Marriott qui compense une taille réduite par une agressivité et une activité incessantes. L'album commence très fort : "Four day creep" est construit sur un riff très solide, à répétition, qui s'impose d'entrée. Déjà, on sent que la guitare a une sonorité unique. Un phrasé coulé, délié, très swinguant. Frampton est un guitariste complètement sous estimé aujourd'hui, en partie à cause du succès commercial qu'il a connu depuis 1976. Pourtant, c'est l'un guitaristes hard le plus fin, le plus "musical". Est ce là le fait que ses premières influences sont des guitaristes de jazz ?
Sans doute. N'ayez pas peur pour autant : Frampton n'a gardé de ces goûts qu'une souplesse et une classe mises complètement au service du hard. Ses solis sont violents mais ont un petit quelque chose qui personnalise le son du groupe. La seconde face ne comporte qu'un morceau "I walked on gilded splinters". si vous voulez savoir à quoi ressemblait le hard en 1970, écoutez d'abord cette face, tout y est : le long morceau au tempo blues durci, basse et batterie en avant, intro qui n'en finit pas d'introduire, solo d'harmonie sur tempo ralenti (c'est un blues on vous dit) puis les guitares qui s'y mettent, dialoguent, s'affolent et finissent en accéléré. La dernière face, elle, est très speed, avec les deux morceaux qui étaient leur grand moment sur scène. Le moment où Marriott, bien avant les Scorpions se couchait et se roulait par terre avec sa guitare. "Halleluya love her so" est chanté en duo par Frampton et Marriott. C'est sur vitaminé et bordélique à souhait. Un truc à rendre sourd Ray Charles, l'auteur de l'original. Enfin, pour finir, le standard "I don't need no doctor", leur meilleur morceau, joué très heavy, tous riffs dehors avec une agressivité et une énergie qui aujourd'hui encore fait référence. Humble Pie est en fait le précurseur du Heavy Rock. Le "Performance" n'a même pas vieilli. On peut le passer sans trop d'anachronisme entre un Lizzy ou un Whitesnake live.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Folie furieuse., 12 novembre 2010
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Connu et apprécié de ses pairs à la ville, c'est sur scène toutefois qu'Humble Pie livre ses meilleures prestations et Performance : Rockin The Fillmore, l'aboutissement de son parcours professionnel, est là pour le rappeler. Double album pour ce qui fut le vinyle, fort de seulement sept titres, dont deux sur une seule et même face (face 2 du premier et face 1 du deuxième), ce dernier est enregistré lors d'un concert dans l'illustre fief new-yorkais de Bill Graham (Fillmore East) et avec Peter Frampton, avant qu'il ne quitte le groupe pour une carrière personnelle plus huppée. Dans ce contexte prestigieux et toujours prompt à s'enflammer, Humble Pie, à qui on ne la fait plus en matière de scène, joue sa carte à donf, improvise, étire les titres, prolonge le plaisir, ressort quelques bons classiques et envoie la sauce. Il en résulte un live figurant parmi les meilleurs de son temps. Les guitares survoltées de Marriott et de Frampton s'opposent avec bonheur, la rythmique est bien en place, efficace, soutenue et se transcende pour l'occasion, la voix de Marriott est dans une forme exceptionnelle, furieuse, puissante. Il n'en faut pas plus pour rendre gagnantes les reprises de Dr John, I Walk On Guilded Splinters (24 minutes, c'est parfois un peu exagéré), de Ray Charles, I Don't Need No Doctor, de Muddy Waters, Rolling Stone (16 minutes), de Willie Dixon, I'm Readyde Ida Cox, Four Day Creep, le seul original présent étant Stone Cold Fever. Le Café du Commerce rapporte l'anecdote selon laquelle, au moment du mixage, les prises d'enregistrement concernant le public avaient été purement et simplement oubliées par leurs auteurs. Je ne vous dis pas le tollé dans le studio ! Ce disque est un killer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 MONSTRUEUX FRAMPTON, 18 août 2006
Par 
Pierre94 "pierre94" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Quel régal! Quel live! Un des meilleurs des 70'. Et Frampton! Je pèse mes mots: MONSTRUEUX!
Jerry Shirley assure comme un fou à la batterie (rollin' stone). Steve Marriott s'entraine avec Peter Frampton (et réciproquement) dans leurs derniers retranchements! Humble Pie était UN très grand groupe. Découvrez le avec ce magnifique concert au Fillmore.
Et je le réécris: Peter Frampton est (et est toujours) un très très grand guitariste.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un beau déluge d'électricité !, 7 juillet 2013
Par 
Stefan (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Que ceux qui pensent que Steve Marriott a fait l'erreur de sa vie en quittant les Small Faces et fondant Humble Pie jettent une oreille sur ce Performance, Rockin' at the Fillmore, un beau déluge de décilbels et d'énergie rock'n'jammante qui pourrait bien leur faire changer d'avis...

C'est deux ans plus tôt que Marriott plaque ses Petites Faces avec des envies d'alourdir sérieusement le ton et d'aller voir ailleurs... et pas de temps à perdre ! Humble Pie sort ainsi, coup sur coup, 4 albums de belle qualité pour arriver, en mai 1973, les 27 et 28, au légendaire Fillmore East, lieu ayant vu d'exceptionnelles performances de Jimi Hendrix, de Zappa, des frères Allman et de leur troupe, de Led Zeppelin, de Janis, etc., soit la crème de ce qui se fait aux finissantes sixties et débutantes seventies. Un voisinage qui ne fait pas peur à Humble Pie, formation prenant tout son sens "on stage". Et croyez-moi, présentement, quelques heureux new-yorkais vont en prendre plein les feuilles !

Etrangement, la sélection tirée de ces deux soirées propose peu de compositions originales du groupe - seul Stone Cold Fever, du tout récent Rock on (mars 1971) passe entre les mailles du filet - se concentrant sur des reprises de standards de Muddy Waters, Willie Dixon, Ray Charles ou d'une échappée jammy à l'extrême sur le I Walk on Gilded Splinters du Dr. John (qu'on retrouve sur l'excellentissime Gris-Gris de 1968).

Dire que le groupe possède son répertoire (à défaut, donc, de l'avoir créé) est largement en dessous de la vérité. Et ça tient beaucoup à la cohésion d'un quatuor où les deux stars - Mariott, évidemment mais aussi, et surtout !, son jeune et soliste comparse, Peter Frampton, éblouissant (et bavard) du début à la fin de la galette - brillent particulièrement sur les fondations rassurantes d'une section rythmique particulièrement solide. Et si le son est cru, mais très correct vu l'époque de sa captation, ça n'en fait que magnifier l'énergique révision des canons blues à l'aulne d'une électrisation de bon goût ici pratiquée par une formation bien ancrée dans son époque... et dans les excès d'icelle avec, notamment, une tendance "finger" (tu peux pas les faire un peu plus long ?) qui en agacera certain qui y verront une suffisance instrumentale confinant à l'onanisme. Parce que, c'est indéniable, il faut aimer les soli, aimer se perdre dans un trip d'un autre temps aussi, pour pleinement goûter ce Performance.

A ce bémol près (nul doute que ceux à qui il s'adresse se reconnaîtront), Rockin' the Fillmore est un live de toute première bourre dont on ne peut que recommander l'écoute attentive et répétée à ceux qui goûtent aux charmes surannés des Cream, Led Zeppelin, Ten Years After et autres Taste, Performance est de ce niveau.

Steve Marriott - guitar, vocals, keyboards, harmonica
Peter Frampton - guitar, vocals
Greg Ridley - bass, vocals
Jerry Shirley - drums
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 OUAIS c'est du grand art !!!, 26 mai 2007
Par 
Ramone the Snake (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
A faire écouter à tous ceux qui auraient une idée un peu préfabriquée sur Peter Frampton, et qui ne le connaîtraient qu'au travers d'un seul tube "Show me the way", ou de "I'm in you", ou de ses prestations scéniques derrière R2D2 (de Star Wars si si !!), ou encore pire aux côtes des Bee Gees et même de Steven T. (chut !) dans un affreux navet dédié aux Fab Four. C'est du lourd, du vrai hard ricain précursseur, à ranger avec le double live de Foghat, et celui de CCR.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Excellent, 16 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Que dire d'autre que cela! Concert excellentissime, doté d'un son énorme, joue par des surdoués du blues, bien couillu, le rêve d'une époque, désormais révolue... Reste les disques...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Excellente performance !, 13 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Un Humble Pie a mettre dans toutes les cdthèques bluesy qui se respectent !!!

Très très bon live, un très bon retour en 1971, un très bon groupe dans une salle légendaire.

Un gros son Heavy très 70's, guitare saturée, batteur très présent, voix à la Robert Plant : que du plaisir !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une référence du Hard rock 70', 2 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Fillmore (CD)
Le "hard" des années 70 au top. Peter Frampton y est lumineux sur des rythmiques lourdes type Black Sabbath, bien qu'encore influencées par le blues. Bien sûr on a fait mieux encore depuis, mais à l'époque c'était vraiment fort.
Seul le chanteur Steve Marriot peut décontenancer avec sa voix rapeuse et sèche, mais l'ensemble est accrocheur, inventif et jouissif !
40 ans après, ce live reste une belle référence dans le genre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rockin' The Fillmore
Rockin' The Fillmore de Humble Pie (CD - 2002)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit