undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles33
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 novembre 2014
Que tout amateur de rock se doit de racheter pour l'avoir en bon état dans sa discotheque . Pas besoin d'un remaster , celui ci est le fidèle son original
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2013
Magnifique album ! Bien sûr pour la chanson éponyme, mais les autres aussi. Des mélodies maintenant très "classiques" mais qui touchent toujours.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 septembre 2008
Il y a parfois quelque chose d'obsessionnel à vouloir systématiquement trouver une explication à certaines pochettes de disques. Ainsi, du moulin à eau de Mapledurham de Black Sabbath à l'imagerie associée à l'univers de Michael Jackson, en passant par le parterre de célébrités figurant sur le Sgt Pepper des Beatles, si nombre d'albums ont vu leurs visuels faire parfois l'objet d'interprétations délirantes, il en est certainement un qui, au-delà de sa qualité musical intrinsèque, a fait l'objet d'une attention toute particulière de la part de certains spécialistes en décryptage exotique: Hotel California. Réussite de tous les instants, si cet hôtel aux couleurs musicales multiples cache derrière sa façade une tout autre réalité que celle affichée sous ses accords de guitares, il en va tout autrement concernant une pochette qui n'a d'autre but que de symboliser cyniquement un certain art de vivre à la mode californienne.

Bien qu'il soit confirmé que sur la photo de couverture, il s'agisse en fait du fameux Beverly Hotel, également connu sous le nom de Pink Palace, dans lequel nombre de stars hollywoodiennes viennent se ressourcer à l'occasion, c'est pourtant encore avec un certain amusement que l'on se laissera distraire par l'étrange et parfois pathétique cortège de légendes qui a pu être associée à ce cliché hispanisant. Eglise abandonnée, loge personnelle de Satan, asile de fous ou repaire d'Aleister Crowley, si pour les chasseurs de fantômes les plus classiques, le territoire reste largement balisé. Pour les experts en ombres et silhouettes, la cause est loin d'être entendue. Car, que penser de cette forme se détachant de l'encadrement d'une fenêtre, sinon qu'elle soit une émanation du Malin. Et qu'en est-il de cet autre succube aperçu au balcon, bras ouverts en signe de rassemblement, si ce n'est que le monde à déjà basculé dans la schizophrénie.

Sans se douter une seconde des traitements auxquels seront soumis musique et illustration, c'est en jouant de paradoxe, en s'essayant à démontrer la fatuité de l'american way of life, tout en nous entraînant vers la freeway la plus proche, idéalement jalonnée de morceaux d'un rare opportunisme rock, que les Eagles vont composer ce qui reste à ce jour, un album d'anthologie. Disque unique, voué à survivre à la nuit des temps, Hotel California ressemble à un rêve poudré auquel on aurait fait croire à un paradis perdu. Beaucoup moins country que par le passé, beaucoup plus rock, assumant balades FM, comme l'occurrence d'une pointe de reggae, rarement aura-t-on rencontré autant de compositions touchant aussi finement à l'essentiel. Et si, n'hésitant pas à s'engager sur le sentier du génocide indien, ni à surfer sur la mélancolie du temps passé, le groupe explore à son maximum les éclaircies ponctuant ses frasques cocaïnées, on aurait vraiment tord de bouder le plaisir procuré par d'aussi belles métaphores désabusées sur le rêve américain.

L'arrivée de Joe Walsh au sein du groupe n'est sans doute pas étrangère au succès de cet album. L'ex James Gang, connu et reconnu pour la qualité de son jeu, comme pour sa technique en slide, s'impose ici comme un élément essentiel de l'aventure Hotel California. En conjuguant sa sensibilité avec celles, visiblement plus classiques, de Glenn Frey et Don Felder, Walsh ouvre de nouvelles perspectives à la musique des aigles. Et c'est tout naturellement que son implication sur Victim Of Love, ainsi que ses échanges avec Glenn Frey, sur Life In The Fast Lane, viennent s'ajouter aux autres très belles séquences de ce disque. Néanmoins, c'est par ses ballades que le séjour dans ce palace inquiétant de vérité vaut le détour. Plus particulièrement à la faveur de deux de celles-ci : New Kid In Town, qui ne souffre aucune comparaison avec Hotel California, et The Last Resort sur laquelle la voix de Don Henley touche à l'absolu.

Avec ce disque, les Eagles ont composé l'album plus que parfait. Irrésistible, non seulement parce qu'il ressemble à ces panoramiques de grands espaces, à tous les couchers de soleil et horizons lointains que nous renvoie le mythe américain. Mais surtout, indispensable, lorsque l'on prend le temps de le regarder droit dans les yeux.

On a dark desert highway, cool wind in my hair...
22 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2015
Super magique ! couleurs musicales excellentes, c'est vraiment du génie et surtout c'est très agréable à écouter pour se détendre
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2015
Très bonne version CD du célèbre vinyle.
Cet album est tout à fait satisfaisant et restitue tout le charme de l'original.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2014
Un classique mais on ne s'en lasse pas des tubes des tubes et encore des tubes le tout en vinyle tip top ! Parfait !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 août 2013
Eagles hotel california ; J adore !!!! !!!!! !!!!! Tout simplement . De la musique , des paroles et c est parti ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2016
bien pour les vacance solide avaique la lessive bien pour le core bien pour tous bien bien bien tai bien
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 septembre 2014
bon disque sans probléme ... .;. ... ....... ..... .... ... ... ... ... ... ! ... ... ... ..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 6 février 2013
Propulsé par la scie "Hotel California" que l'on continue d'entendre partout, du supermarché au quai de gare, voici un album taillé pour la radio et qui s'est écoulé à des millions d'exemplaires. C'est que ce que les Eagles proposent ici est un rock chromé et calibré, aux racines country certes, mais bien pûtassier en vérité. Les rocks sont balourds, aux gros riffs épais, et les ballades bien mièvres et sirupeuses. La production est clinquante mais réussie toutefois dans le registre moelleux des nouveaux riches. Ce qu'un Gene Clark peut faire de majestueux et gorgé d'émotions avec les mêmes ingrédients (voir le dément "No Other") sonne ici systématiquement creux et artificiel, pour ne pas dire ampoulé et de mauvais goût. Le fond du problème, c'est qu'ici, le rock, comme le country, se vident de leur substance pour n'être plus qu'un véhicule de luxe sans âme. Tout cela est pourtant techniquement irréprochable, les Eagles étant de bons musiciens, et le disque n'est pas non plus désagréable, ronronnant tranquillement, efficace en vérité à défaut d'être profond. C'est de toute façon une réussite indéniable dans le genre country rock FM, un album qui a marqué son époque, et qui demeure un classique du genre.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)