Commentaires en ligne


36 évaluations
5 étoiles:
 (31)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


21 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La fin d'une époque, l'époque Burton
Voici le dernier album de l'ère Burton, l'album le plus accompli avant le décès de ce bassiste fou-furieux. Alors qu'on découvre généralement Metallica avec le Black album, n'oublions pas que la chanson-titre Master of Puppets est considérée comme l'un des plus grands morceaux heavy-metal de tous les temps. Il...
Publié le 29 juillet 2003 par Adrien Crepin

versus
3 internautes sur 100 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Mauvais album !
A part le titre "Master of puppets" cet album est très mauvais. Bref, beaucoup de bruit pour rien !!
Publié le 30 septembre 2000


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

21 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La fin d'une époque, l'époque Burton, 29 juillet 2003
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Voici le dernier album de l'ère Burton, l'album le plus accompli avant le décès de ce bassiste fou-furieux. Alors qu'on découvre généralement Metallica avec le Black album, n'oublions pas que la chanson-titre Master of Puppets est considérée comme l'un des plus grands morceaux heavy-metal de tous les temps. Il commence par le rythme suave de Battery avant de passer à une cadence effrenée. Suit le Monster of Puppets, incontournable must, mélange de rythmes surpuissants et de solos mélodramatiques. Un morceau original, The Thing that should not be, qui reste un peu trop sur la même assise, mais où le son de Kirk Hammett peut donner des frissons. Encore un must : Sanitarium. Egalement basé sur un rythme lent au départ mais où les 4 Dieux du Metal ne peuvent se retenir de se lâcher par la suite. Géant.
Deux titres bien bourrins, Disposable Heroes et Leper Messiah, moins connus mais très bons à mon goût. Encore un tube! Voici orion, le traditionnel instrumental. Tout simplement remarquable, un rythme soutenu pendant 4-5 bonnes minutes avant de se lancer dans un autre riff de basse-guitare très mélodieux, avec, ici encore, un excellent Kirk Hammett. Et ppour finir, Damage Inc, un dernier morceau à 100 à l'heure pour clore le dernier album Made in Burton
Mais rien que pour lire et écouter les paroles, cet album vaut franchement le coup.
SI comme beaucoup, vous avez commencé par le Black Album, je vous recommande très fort d'enchaîner avec MASTER OF PUPPETS!!!
Bonne Musique!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La perle, 20 mai 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Incroyable troisième album, et dernier de l'ère Cliff Burton, bassiste virtuose.
Metallica avait trouvé la bonne recette sur Ride the Lightning et continue dans cette voie-là en poussant la production un peu plus loin. Master of Puppets est donc très varié et montre la ce dont est capable le groupe. Master of Puppets repousse les limites de Creeping Death, Sanitarium celles de Fade to Black, et Orion est sans doute le plus beau et le plus complexe des instrumentaux de Metallica. Les amateurs de morceaux aggressifs ne sont pas en reste: Battery, Disposable Heroes ou Damage Inc. sont d'une rare puissance.
Burton se montre brilliant de créativité et de feeling musical tout au long du disque, et on voit clairement tout ce que Metallica lui doit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Précurseur, 21 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Dernier album de Metallica avec feu Cliff Burton, Master Of Puppets n'est pas un album comme les autres. En effet, au-delà de ce metal décomplexé, de cette exploration de l'âme humaine, ce disque est avant tout une sorte de nouveau continent. Un territoire insolent dont on ne mesure pas immédiatement l'étendue, tant son contenu dépasse par moment les frontières de certains mondes. A son sujet, si parler de mutation s'impose à l'esprit, c'est surtout en le replaçant dans son contexte que ce disque prend toute sa démesure. A l'époque, la concurrence est rude. Tandis que Slayer et Megadeth viennent de propulser la rage et les ténèbres sur des chemins insoupçonnés, certains s'interrogent sur l'avenir. S'interrogent sur les perspectives d'évolution d'un thrash qui, hormis la surenchère, ne laisse rien augurer de nouveau. Cela, les Four Horsemen l'ont bien compris. Aussi, sans qu'il soit question de compromis, ni de céder à l'apaisement, le groupe va imposer un nouvel ordre musical fait de chaos, d'émotion et d'intelligence. Un chaos fondateur en quelque sorte. Le genre d'étincelle de fin de vie et de début de tout, dont l'impact sur l'environnement se manifeste encore aujourd'hui.

Il y a quelques mois, pour lustrer sa fureur suite à un premier album radical, Metallica n'avait pas hésité à introduire quelques subtilités inattendues dans Ride The Lightning. Sur le coup, bien que ces injections n'aient pas fait l'unanimité, ce monument d'angoisse sourde - une pure réussite - avait cependant laissé entrevoir la possibilité d'une autre forme de colère : mieux pensée, plus réfléchie. Ainsi, très attendu, sujet à tous les fantasmes, c'est par la grâce d'un troisième enregistrement surdoué que les américains vont anoblir définitivement leur thrash metal. Car, au-delà d'une nouvelle forme d'écriture, d'une éloquence parfois progressive, Master of Puppets est avant tout un album crucial. Crucial, parce que derrière sa toute puissance, il hisse le tragique, l'émotion à des niveaux inespérés. Cependant, si comme pour son prédécesseur l'aspect mélodique y est renforcé, ce qui en fait un objet rare reste cette faculté d'avoir su canaliser la matière pour gagner en maturité. Musicalement tout d'abord : son titre éponyme en est la démonstration flagrante. Mais aussi grâce des textes mettant en avant les aspects les plus sombres de la nature humaine.

Pour celui qui le rencontre aujourd'hui, disons le sans détour, il y quelque chose de shakespearien dans le monde de Master of Puppets. Aussi, derrière les rythmes survoltés de Battery, la noirceur oppressante de The Thing That Should Not Be, rien d'étonnant à ce qu'on y retrouve l'homme. L'homme submergé par le mal qui l'entoure. Cet homme que l'on voudrait convaincre d'une faute originelle. Au final, on l'aura comprit, le quatuor ne signe pas seulement un album que l'on peut qualifier d'exception - tout a déjà été dit sur l'inévitable Orion, les riffs syncopés de Disposable Heroes, ce bassiste hors norme qu'était Burton - il va beaucoup plus loin. Plus loin que tout autre par ses prises de risques. Plus loin, parce qu'il ose jusqu'à sonder la violence pour y trouver l'origine d'une fracture plus nuancée. D'une manière générale, en autant d'assauts subtils et de colères impétueuses qu'il n'en faut pour le dire, ce qui force le respect dans ce disque se résume en deux mots : autorité et conviction. En quelque sorte, dirons certains, la genèse selon Metallica.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Teen Titan, 19 novembre 2013
Par 
Stefan (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Ce que j'ai pu l'écouter celui-ci ! Il y en a d'autres, bien-sûr, qui peuplèrent mes addictions muscales adolescentes (une cinquantaine !), mais vraiment, Master of Puppets se démarque...

D'abord pour le mélange d'énergie brute et de finesse progressive, parce qu'il n'y en a pas tant que ça des groupes capables de pondre un Battery, un Master of Puppets, un Welcome Home (Sanitarium), un Orion et un Damage Inc. sur le même album. Evidemment, l'instrumental, Orion est le plus progressif du lot mais il y a également de ça dans Welcome Home (Sanitarium) ou la chanson titre de l'album, tandis que Battery et Damage Incorporated rappellent à qui pourrait l'oublier que Metallica est encore alors un sacré groupe de thrash metal, en plus d'avoir élargi sa palette.
Elargi sa palette ? Pas tant que ça en fait, le prédécesseur de Master of Puppets, Ride The Lightning est du même (ardent) metal avec sa ballade épique (Fade to Black), son instru (The Call of Ktulu), et sa dose d'agression (l'imparable Fight Fire with Fire en tête)... Mais présentement, Metallica pousse encore plus la formule, perfectionne une approche à la fois mélodique et radicale du thrash metal qui fait alors d'eux un des prétendants au trône de "metal god"...
Evidemment, on loue les mérites de James Hetfield et Lars Ulrich, déjà tête penseuses et communicateurs du groupe, il ne faudrait pas pour autant en oublier un soliste fin et racé (Kirk Hammett) et un bassiste qui, de l'aveu du duo de leaders, a eu une importance prépondérante dans le développement de leur style, je veux bien sûr parler du regretté Cliff Burton dont les addictions au rock et prog 70s, relayées sur ses comparses, ont définitivement eu un impact dans la fusion générée par la formation.
Ha, s'il n'y avait la production de Flemming Rasmussen, le tableau serait parfait. Mais même avec elle, un peu trop cheap, un peu trop amateure, Master of Puppets reste un exceptionnel opus, un album justement louangé par quasiment tous les amateurs de metal (à part quelques intégristes ne jurant que par d'obscures formations, parce que ça fait bien). C'est, encore et toujours, une excellente porte d'entrée vers un genre (le thrash metal en particulier mais aussi le metal en général) souvent décrié pour son imbécilité et son absence d'imagination, deux défauts ici plus qu'absents, terrassés.

Forcément, tout le monde le connait... Pour une fois qu'un album artistiquement osé fait florès, on ne se plaindra pas.

James Hetfield - lead vocals, rhythm guitar, 1st guitar solo on Master of Puppets, 2nd guitar solo on Orion
Lars Ulrich - drums
Cliff Burton - bass, backing vocals
Kirk Hammett - lead guitar
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 25 ans..., 29 septembre 2011
Par 
megaotal - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
cette année comporte 2anniversaires,les 25ans de ce chef-d'oeuvre de la sainte quadrilogie de metallica(de kill à justice),que tous fans de metal se doit d'avoir dans sa metalthéque...et dans un registre plus triste celui de la mort accidentelle de mr cliff lee burton...ce petit commentaire à donc pour but de rendre un hommage simple à ce musicien hors-normes sans qui 3des trois plus grands albums de metal n'aurait pas était ce qu'ils sonts...des chefs d'oeuvres intemporels,donts on parleras toujours dans 50ans!!!cliff c'était le musicien d'un groupe trash metal qui se démarquait tant au niveau du look q'au niveau musical.un look hippie,avec une culture musicale qui dépassait les frontiéres du metal(fan de classique,de genesis...),de part cette ouverture d'esprit il avait apportés à metallica des éléments qui démarquait le groupe des premiers gang trash qui onts contribués à inventé ce style musicale que j'aime tant.son influence ne se ressentait pas encore trop sur kill'em'all,donts la quasi totalité avait était écrit avant son arrivé...c'est à partir de "ride the lightning"que son influence classique se feras énormément ressentir,faisant des met's un groupe plus alambiqués que des groupes plus in'you'r face comme slayer ou exodus(que j'adore),il avait amener à metallica des mélodies incroyables pour l'époque,totalement inédite et tous simplement belle,prenante et envoutante...bien sur la rage était de mise sur ces trois premiers chefs-d'oeuvres,mais là ou la différence était notable c'était dans les magnifiques intros de"for whom the bells tolls""the thing that should not be",les superbes"fade to black""welcome home sanitarium"et bien sur les instrumentaux"pulling teeth(anestesia)""the call of ktulu"et le superbe magnifique et magique"orion"(que le groupe fera jouer pour ses funérailles)...la suite les fans la connaissent,un chauffeur qui s'endort au volant sur leurs tournées danoises(ironie du sort,pays natal de lars ulrich),et c'est ainsi que le monde de la musique à perdus un ange metallique de seulement 24ans!!!je n'avais que 5ans quand cliff est partis,je n'écoutais pas encore de metal,mais à mes yeux et dans mon coeur de metalhead il était et resteras à jamais LE bassiste de metallica...et je me pose la question légitime...metallica serait-il ce qu'il est s'il n'avait pas eu un musicien aussi talentueux que cliff dans ses rangs???pour moi c'est sur que non,car c'est grace à cliff que metallica est devenus ce qu'il est un groupe unique,souvent immité,jamais égalé.repose en paix cliff...et vive metallica.only the good die young...comme chante maiden...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une tuerie intemporel, 30 mai 2011
Par 
Bordg David "Papa bordg" (Vernon, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Album que j ai découvert en 1986 a l âge de treize ans. Et que fut de nouveau ma claque prise en pleine face(j avais déjà les deux premiers) car c etait une tuerie avec des morceaux fabuleux d' une construction musicale tres complexe mais tellement mélodique, avec des hymnes et des refrains constamment en tête!!! Et aujourd hui en 2011 le réécoutant( j aime bien revisite mes classiques) parmi mes nouveautés, celui ci ne semble pas vieillir, master of puppets, battery,leper messiah,orion etc que des titres magiques pour un des meilleurs(le meilleur?) c est vrai en le réécoutant peut être le plus prenant mais pas sur car les quatre autres sont aussi magnifiques(kill em all, ride the lightening, and justice for all, black album). Une chose est sure il est culte et intemporel!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 conforming your master, 5 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Extras, juger le meilleur album de Metallica, presque 20 ans avant(1986)les "banger head" étaient au top de leur forme, ils ont fait un album exellent, très technique, des belles compositions(battery, lepper messiah),agressif. Très different des autres albums(d'ailleurs les albums de MetallicA sont tous differents).Avec le dernier de Cliff Burton qui montre ses talents,un James Hatfield qui frappe fort(à fire croire qu'il va nous tuer),du Lars Ulrich très méchant et le dernier mais pas le moindre, Kirk Lee Hammet qui etait au sommet de son art.
Un album très conseillé aux accros du thrash.They never stop because they are Metallica
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 FONDATEUR, 4 février 2009
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master Of Puppets (Album vinyle)
Sorti voilà + de 20 ans, il est dur de chroniquer ce disque, qui a l'époque était un précurseur et aujourd'hui noyé dans une pléthore de sous-genre ayant pompé le génie des 4 horsemen. MALGRE TOUT, "Master" reste un classique monumental ayant vraiment peu vieilli. Les 8 titres historiques de ce chef d'oeuvre ont traversé le temps sans trop se rider et balancent encore sévèrement ! Catalogué un peu vite "trash", l'oeuvre de Metallica, tout comme cet opus, s'appuie aussi beaucoup sur des rythmes mid-tempos, mais très heavy dans les atmosphères ("Orion", "Leper Messiah", "The thing that should not be", etc.). En fin de compte peu de titres sont vraiment violents, comme "Battery" ou encore "Damage Inc", qui ouvrent et ferment la marche en fanfare ! La voix de James avait déjà bien mûri après 3 disques, et il ne hurlait plus mais chantait bel et bien, et en prime se révelait être un redoutable guitariste rythmique. Cliff Burton, génie de la basse, officiait pour la dernière fois, quant à Ulrich et Hammett, tous 2 assurent méchamment aussi...

"MASTER OF PUPPETS" EST CONSIDERE (par de multiples sondages mondiaux, pas par moi !) COMME LE MEILLEUR ALBUM TRASH DE TOUS LES TEMPS (avec "Reign in Blood" de Slayer)... ça parle, non ? Bon pour ma part, le meilleur est "Incorporated" de Grip Inc (voir ma chronique), mais c'est difficilement comparable.

IL N'EN DEMEURE PAS MOINS QUE "MASTER" EST INDISPENSABLE A TOUS CEUX QUI SE REVENDIQUENT METALLEUX...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Rien de tel pour reveiller les enfants., 26 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Vous aimez le metal des années 80-90?
Tant mieux, car c'est dans ces années que cet album fut composé.
Si vous voulez commencer le metal, c'est par ici qu'il faut aller! ca change de ... de... De la soit disant "musique" qu'on entend à la radio. De très belles chansons, bien énergiques.

Pratique pour reveiller les enfants et les voisins. (c'est du vécu.)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Metallica, 1 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Master of Puppets (CD)
Un album hors du commun. On passe par tous les sentiments dans cet album. D'Orion qui est juste une composition incroyable, en passant par Welcome Home, ou le terrible Master of Puppets. En plus de la chanson préféré de James "The Thing That Should Not Be". Bref un album génial qu'il faut avoir!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit