Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le vrai démarrage de Blackfoot
Comment ? Personne n'a encore décerné à ce "Strikes" les cinq étoiles qu'il mérite amplement ?
Bon, comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, je me dois de réparer immédiatement cette injustice.
Doit-on rappeler que cet album (le 3ème de la discographie) est le premier du bestiaire ou de la...
Publié le 4 avril 2009 par riboold

versus
Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Blackfoot avant l'arrivée de Hensley
Disque de Blackfoot juste avant l'arrivée de Ken Hensley. Blackfoot sans Hensley : médiocre. Blackfoot avec Hensley : excellent. J'ai tout dit.
Publié il y a 17 mois par gdlas


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le vrai démarrage de Blackfoot, 4 avril 2009
Par 
riboold "ing384" (Grenoble, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strikes (CD)
Comment ? Personne n'a encore décerné à ce "Strikes" les cinq étoiles qu'il mérite amplement ?
Bon, comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, je me dois de réparer immédiatement cette injustice.
Doit-on rappeler que cet album (le 3ème de la discographie) est le premier du bestiaire ou de la trilogie animale (avec Tomcattin (II) et Marauder (III) ? Ces trois albums, ainsi que le live "Highway Song" qui suivra, sont indispensables et correspondent à la meilleure période du groupe, celle avec le chanteur et guitariste Rickey Medlocke (qui a quitté Blackfoot et rejoint Lynyrd Skynyrd depuis).
Bien évidemment, les membres du groupe, en musiciens rigoureux, ont procédé au nettoyage et au tri des morceaux avant le pressage du disque, comme cela devrait toujours être le cas ! C'est dire que tout est bon et que chaque chanson constitue un joyau indispensable.
Un album somptueux !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Keep it in the Family !, 9 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strikes (CD)
Imaginez votre Papa chéri débarquant sur votre lieu de travail à l'improviste, faisant de grands sourires à vos collègues en leur lâchant quelques anecdotes bien embarrassantes sur votre enfance, puis vous poussant gentiment de votre bureau pour y aller de son grain de sel sur la note de synthèse que vous êtes en train de rédiger pour votre boss, ou se mettant aux commandes de la machine que vous manipulez pour vous en expliquer le fonctionnement... Ouch ! Ce fut pourtant la fierté de Rickey Medlocke de faire apparaître son grand-père Shorty sur tous les albums de Blackfoot, et ce jusqu'à sa mort...

Oui, le jeune Rickey fait certainement, comme tout ado qui se respecte, des crises terribles à ses grands-parents qui l'élèvent, peut-être pour sécher les cours de sport de la Robert E. Lee High School de Jacksonville (Floride), dispensés par un certain Leonard Skinnerd, mais il n'a en tous cas pas à cacher sa guitare sous son lit ou à faire le mur pour aller donner un concert secret dans un des bars mal famés des quartiers Ouest.

Rickey a en effet un papy formidable du nom de Shorty Medlocke (1910-1982), descendant direct de la confédération indienne Blackfoot, composée de 4 tribus : les Pikuni, les Pikuni du Nord, les Blood et les Siksika. Shorty, dont certains fans de Lynyrd Skynyrd affirment malgré les démentis qu'il est le fameux Curtis Loew de "Second Helping", transmet à Rickey la culture de ses ancêtres, et, étant lui-même un musicien reconnu dans le milieu du Delta Blues, apprend surtout à son petit-fils, dès ses trois ans, à jouer du banjo. Le gamin est doué. À cinq ans, il ne quitte plus sa guitare, et à huit ans, Shorty l'engage dans son propre groupe en tant que batteur. Les années passent, Rickey apprend également à se servir d'un clavier et découvre qu'il est doué pour le chant. Logiquement, il décide de monter un groupe, et c'est au printemps 1969 (Rick a 19 ans) qu'il rencontre Greg T. Walker (bassiste), Jackson "Thunderfoot' Spires (batteur) et Charlie "Long Legs" Hargrett (guitariste new yorkais), avec qui il forme Fresh Garbage, puis Hammer.

"Les mecs, c'est les Indiens et le Juif qui vont jouer !" C'est en entendant ce cri du cœur, sorti tout droit de la bouche d'un poivrot enthousiaste, que Rickey, parti tenter sa chance à New York, comprend que le patronyme Hammer ne marquera pas les esprits des clients du bar topless de seconde zone dans lequel est prévu le concert du soir. Le gig suivant est donc donné sous le nom Blackfoot, dénomination rendant évidemment hommage aux origines indiennes de Medlocke (Sioux), Spires (Cherokee) et Walker (Eastern Creek).

En ce début d'année 1970, du haut de ses 20 ans, Rickey est arrogant et impatient. Le succès tardant à pointer le bout de son nez, il passe un coup de fil à un vieux pote de bahut, un certain Ronnie Van Zant, qui lui offre un job. Il met alors fin à l'aventure Blackfoot et retourne en Floride avec Greg, où les inséparables compères occuperont quelques mois les postes de batteur et bassiste du combo The One Percent, qui deviendra trois ans plus tard Lynyrd Skynyrd. Ce n'est que pendant l'été 1973, après maintes aventures, que Blackfoot se reforme finalement avec le line-up original. Deux albums sont enregistrés en 1975 et 1976 qui passent inaperçus malgré leurs qualités et d'incessants concerts.

Après ces années de vache maigre, la chance finit par sourire à Rickey en 1978, lorsqu'il rencontre Al Nalli, manager du groupe Brownsville Station. Si ce nom vous évoque vaguement quelque chose, c'est normal : leur hit de 1973 fut repris par Mötley Crüe en 1985, nous parlons bien de "Smokin' In The Boys Room" ! Al Nalli négocie donc un nouveau contrat pour Blackfoot chez Atco Records, et décide de produire le troisième opus du groupe chez lui, dans la ville d' Ann Arbor (Michigan). C'est le batteur de Brownsville Station, Henry Weck, qui est d'ailleurs chargé du son. Comme l'indique le nom de l'album "Blackfoot Strikes", les floridiens ont décidé de frapper fort. L'album a ouvertement des ambitions commerciales, ce qui explique certainement le fait qu'il contienne deux covers sur dix titres. Mais quelles reprises !

Si reprendre le "Wishing Well" de Free -à ne pas confondre avec celui de Terence Trent d'Arby- [une blague pour les vieux] est devenu banal pour tout groupe de Rock ayant quelques références musicales, Blackfoot est à ma connaissance le premier combo à avoir eu cette idée lumineuse, en tous cas à l'avoir enregistré en studio, et si quatre ans plus tard Gary Moore en immortalisa une version bien meilleure que celle de nos indiens, leur interprétation musclée reste saisissante, enterrant la plupart des futures variantes exécutées entre autres par Savatage, Rudi Pell, Pearl Jam, Styx, Bruce Dickinson, ou encore At Vance.

Quant à "I Got A Line On You", morceau de Spirit, groupe du mythique Randy California, extrait de l'album "The Family That Plays Together" (1969), repris également maintes fois, entre autres par Jeff Healey qui en fit une perle et Alice Cooper qui le massacra, à nouveau le groupe de Medlocke fait un carton plein, nous délivrant une interprétation particulièrement entraînante, simple et efficace, basée sur des handclaps et mettant à l'honneur la voix chaude de Rickey, qui ensorcèlerait n'importe quel cobra, y compris celui de la pochette, peut être légèrement flou à cause des Bloody Mary que Rickey avait commencé dès cette époque à s'envoyer au petit déjeuner.

La majorité des autres titres ("Road Fever", "Baby Blue", "Rund And Hide") sont caractérisés par un Rock sudiste énervé, à la limite du Hard Rock, qui devient dès cet album la marque de fabrique des Indiens, autant appréciés par les Rednecks fans de Lynyrd que par les hardos de l'époque, ce qui leur permet d'ailleurs de tourner avec plusieurs groupes issus de la NWOBHM, et même d'être invités sur scène par Iron Maiden avec qui ils joueront une reprise de "Tush" au festival de Reading 1982.

Cependant, c'est dans les ballades que Blackfoot excelle sur ce troisième opus, nous mettant à genoux avec deux titres fantastiques. "Left Turn On A Red Light" donne un nouveau sens au mot Mélancolie grâce à la fusion parfaite de cette musique sublime et des ses lyrics poétiques, traitant encore une fois du thème de la vie ratée, du virage que l'on aurait dû/pu prendre, et de ce que l'on voit tous les matins dans cette saleté de miroir qu'on a envie de fracasser. Medlocke reprendra d'ailleurs la recette sur Marauder, avec "Diary Of A Workingman", composition similaire et pourtant tout aussi émouvante. Quant à "Highway Song", morceau épique au final dantesque, racontant la vie sur la Route et ses moments de solitude, c'est simplement sept minutes de jouissance pour tous les amateurs de guitare, et même si la structure du morceau est honteusement pompée sur le mythique "Freebird" des copains Lynyrd, sorti six ans auparavant sur "Pronounced 'Leh-'Nerd 'Skin-'Nerd", je m'attirerai la foudre des puristes en faisant part de mon avis, à savoir que cette chanson est encore plus réussie que celle des voisins à qui revient pourtant le mérite de l'antériorité chronologique.

Curieusement, c'est la chanson "Train, train" composée par Shorty et d'ailleurs reprise par Warrant en 1990, qui sera le premier succès des indiens, se classant 38ème du Billboard en octobre 1979, leur permettant de décrocher la première partie des Who sur la tournée catastrophique suivant la mort de Keith Moon. Bien que Blackfoot ne parvint jamais à grimper au sommet des charts comme l'espérait Rick qui était d'ailleurs prêt à vendre son âme pour cela, comme il le montra par la suite, la machine était lancée grâce à ce premier volet de la "trilogie animalière", à la fois classique dans son style, violent et commercial, qui finit par être certifié platine en avril 1986, et qui permit à Blackfoot de se tailler une redoutable réputation en Live, amplement méritée comme le montrent les archives de l'époque.

Ah les liens du sang... Sacrées et indestructibles, ces entraves peuvent pourtant souvent se révéler compliquées à l'adolescence... Au final chacun trace sa route, fait ses choix, se détachant bien souvent d'un carcan familial jugé en grandissant trop étroit ou trop éloigné d'horizons nouveaux auxquels la Vie n'a pas manqué de nous ouvrir... Puisse le Destin me permettre malgré tout de continuer à partager ce disque avec mon fils dans une dizaine d'années...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du volume et de la férocité., 4 février 2011
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strikes [Ltd.Papersleeve] (CD)
Strikes, c'est l'album sur lequel figure le fameux facies peu hospitalier d'un serpent aux intentions pas forcément amicales. Sorti en 1979, Strikes est le numéro 3 de Blackfoot ; il débute le tiercé des pochettes que le groupe a consacrées aux animaux, poursuivi sur Tomcattin (un bon gros félin noir tout aussi sympathique) et Marauder (un volatile qui semble être un rapace). Avant Strikes, Blackfoot a laissé entrevoir certaines promesses du nom de No Reservations (1975) et Flyin' High (1976). La bande de Jacksonville les confirme dans Strikes, un album qui accroche bien, concentré autour d'un hard rock solide, coloré de southern blues. Belles mélodies, gros riffs qui tuent, rythmique de derrière les fagots, les arguments de Strikes sont suffisamment séducteurs pour le mener, pour la première fois, dans le Billboard (42). Road Fever affiche sans attendre le potentiel agressif et furieux de ce disque, qui enchaîne, avec efficacité et au forceps, un blues rock vitaminé (I Got A Line On You). Sombre mélodie, Left Turn On A Red Light offre un autre aspect de Blackfoot, plus tempéré et aussi agréable. Pay My Dues, mid-tempo bien carré, Wishing Well, sudiste à donf, Train Train, un classique du sud très agité, et la ballade de service Highway Song (plus de 6 minutes quand même) compètent le répertoire inspiré d'un groupe qui, porté par sa popularité croissante, hausse son niveau de jeu et fera encore mieux dans les années 80. Je n'y serai pas mais, en attendant, y a l'feu dans la maison !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 super album, 30 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strikes (Téléchargement MP3)
Le rock and roll comme je l'aime. La puissance des guitares, et un vocal d'enfer. Je recommande vivement ce groupe
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Que du bonheur....., 2 août 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strikes (CD)
Toujours a la recherche de bon "Blues Rock" je suis tombé de haut en écoutant les extraits de cet album sur Amazon de ce groupe que je ne connaissais pas;c'est du lourd et je me le suis passé dans la voiture pendant une semaine avant de décider de commander "tomcattin" qui je pense va faire vibrer les enceintes de la Chevrolet!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Blackfoot avant l'arrivée de Hensley, 23 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strikes (CD)
Disque de Blackfoot juste avant l'arrivée de Ken Hensley. Blackfoot sans Hensley : médiocre. Blackfoot avec Hensley : excellent. J'ai tout dit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Strikes
Strikes de Blackfoot (CD - 1991)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit