undrgrnd Cliquez ici Toys nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Litte cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles8
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:12,72 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 mars 2008
A mes yeux, le meilleur album de Manowar, rien que cela!

Du point de vue du fan de base, cette galette pourra effectivement paraître plus fade que le mythique "Kings of Metal" et que ses brillants prédécesseurs. A cela, plusieurs raisons : les morceaux sont ici plus exigeants et ne dévoilent leurs magnifiques structures qu'après plusieurs écoutes. A part "Metal Warriors", le disque ne contient paradoxalement aucun hymne classique repris systématiquement en concert : et pour cause, tout ici est d'ambiance, de touches subtiles. La musique est entièrement au service du propos des paroles, plus subtiles qu'à l'habitude (à titre d'exemple, celles du grandiose morceau de bravoure qu'est "Achilles - Agony and Ectasy", inspiré à juste titre de l'Iliade d'Homère).

Le thème du guerrier, logiquement cher à Manowar, est ici décliné de diverses manières, toutes plus pertinentes les unes que les autres (voir les paroles et les ambiances respectives des morceaux) et aurait pu prendre pour nom l'un des chapitres du monument du philosophe Nietzsche ("Ainsi parlait Zarathoustra") : "De la guerre et des guerriers".

Jamais la musique du groupe n'a autant été PENSEE. Comment ne pas frémir d'émotion à l'écoute du splendide "Hector's last hour"? Qui ne sentira monter en lui la puissance absolue d'un corps pleinement maîtrisé avec "Burning"? Qui ne saura éveiller en lui l'âme d'un irrésistible conquérant à l'écoute de l'immense "Power of Thy Sword"? Quel digne mélomane ne saura apprécier la structure crescendo et tripartite de l'expérimental "The Demon's whip"?

Le groupe avait réussi là l'exploit de se renouveler de manière radicale sans sacrifier son identité : les deux nouvelles recrues de l'époque n'y étaient pas étrangères (l'incroyable Rhino à la batterie et l'impeccable David Shankle à la guitare). La nouvelle approche du groupe confinait alors aux terres de la musique progressive tout en préservant l'indispensable piédestal métallique du groupe, tout de puissance.

En vérité, pour cet album triomphal hors-norme qui mérite pleinement son nom, les deux maîtres-mots sont "atmosphère" et "musicalité", et c'est bien cela qui en déroute certains, habitués à une démarche beaucoup plus directe et plus immédiate de la part du groupe.

Preuve si l'en est, immense fan de longue date du groupe, de tous les albums de Manowar, c'est celui qui retrouve le plus régulièrement le chemin de ma platine car il semble ne pas épuiser ses charmes malgré des écoutes répétées depuis quinze ans (ce qui n'est plus forcément le cas de tous ses petits frères)...

Un conseil : osez franchir le pas, vous ne le regretterez pas!
22 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A l'heure où il est de bon ton de casser ce groupe, il convient de revenir sur quelques uns de leurs albums qui ont marqué le metal.
En pleine vague grunge, Manowar revient et nous propose... du Manowar: Un album gorgé de testostérone. Mais aussi un album peut-être plus mûr que les autres productions du groupe. Eh oui, en période difficile, il faut se défoncer pour proposer un album de qualité. Car, 4 ans après Kings of Metal, le climat n'est plus le même.

Ca démarre fort avec un titre épique de 28 minutes qui nous emmène du côté des héros de la Grèce antique. Bon, quelques longueurs (dont le solo de batterie de 5 minutes, il faut aimer. Ceci dit, pour les amateurs, ce solo est vraiment particulier.) On passera aussi sur le solo de basse pénible (une habitude, décidément) pour se concentrer sur les parties intéressantes de ce morceau notamment un "Hector's final hour" tout en douceur et le final "Glory of Achilles" qui déboule à 100 à l'heure.
La seconde partie de l'album est, à mon avis, la plus réussie avec des titres aux structures plus classiques. Ca commence par un "Metal warriors" dans la grande tradition des américains avec des paroles ô combien intelligentes (mais le titre est très bon, un peu comme "Kings of Metal", musicalement réussi et lyriquement au ras des pâquerettes). "Ride the Dragon" va très vite, tout comme "Power of thy sword". A ce sujet, c'est sans doute l'album de Manowar qui contient le plus de titres rapides. "Spirit horse of the cherokee" est un superbe titre (on préfère ce genre de paroles !) qui monte lentement en puissance. "Burning" joue aussi la carte de l'atmosphère, alternant parties calmes et parties bien puissantes et "The demon's whip" est un titre en 2 parties, avec un début bien lourd et une fin pied au plancher (c'est le moins qu'on puisse dire !).
Le dernier titre, "Master of the wind" est une très belle ballade, calme d'un bout à l'autre (pas de guitares saturées). Une première pour le groupe.
Notez enfin que cet album a été enregistré par un line-up inédit puisque, aux côtés des piliers que sont Eric Adams et Joey DeMaio, on retrouve David Shankle à la guitare et Rhino à la batterie, qui remplace temporairement Scott Columbus. Et le batteur tient une sacrée place sur cet album !

En 1992, tout le monde crie haut et fort que le heavy metal est mort. Manowar, fidèle défenseur du style, est là pour prouver que non. Et la suite leur donnera raison car, aujourd'hui, ce metal (que l'on appelle bêtement "vrai metal") est toujours là. Par contre, où sont passés les groupes de la vague grunge ?
44 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2013
"the gods made heavy metal" mais les dieux ont aussi crée leurs plus digne représentant manowar.cet opus est un véritable chef-d'oeuvre de métal,à la fois épique, symphonique et mélodique.la voix du chanteur eric adams colle parfaitement avec ce genre de musique.aucun titre faible sur cet album qui commence par plus de 28 minutes d'une chevauchée metallique et qui finit par la superbe ballade "master of the Wind".ceci est bien le triomphe de manowar.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2002
A travers cette album qui vous prendra aux tripes, replongez vous dans l'illiade d'homère. Pleurez la mort de Patrocle avec Achille et maudissez Hector en chantant ces divins hymne. Cet album porte bien son nom, mais que peut-on attendre d'autres des rois du metal si ce n'est son tiomphe. Procurez vous sans attendre l'un des meilleures album de manowar avec kings of metal et louder than hell.
A noter la présence de Metal warriors, chanson que tout fan de heavy se doit de connaître par coeur sinon, "get out, leave the hall".
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2004
Loin d'etre le plus mauvais egalement. Les titres y sont certes moins percutants, les paroles restent moins en tete, mais bon : est-ce que pour etre fan de Manowar on doit absolument avoir en tete des chansons aux refrains recurrents pronant le heavy-metal comme seule vraie musique ? pour ma part non. Ce Triumph Of Steel est pour moi le meilleurs, loin devant les clichés de Kings Of Metal. Plus travaillé que les autres, meme si on peut mettre en doute l'utilité des soli sur le titre de 25min, une ambiance plus ... lourde et atmosphérique, cet album n'est pas un "rentre-dedans", mais plutot un très bon disque qui s'apprecie après moult ecoutes.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 6 octobre 2005
Manowar est connu dans le heavy pour ses excès machistes et la puissance de ses chansons... Eric Adams au chant et Joey DeMaio à la basse (le bassiste le plus rapide que je connaisse!)... sur cet album Rhino est à la batterie et ça s'entend : percutant, puissant, énorme!
Au-delà du line-up du groupe, regardons ce cd d'un peu plus près... la 1ere piste est une épopée en 9 parties (inclus le Prelude) d'environ 28 minutes... ce qui surprend avec ce morceau c'est qu'il ne lasse pas! Il est varié, se déroule comme un tableau en 9 actes, à la façon des contes mythologiques et comme il s'agit de l'histoire d'Achilles tout est cohérent et renforcé dans son exactitude.On retient le solo de batterie de plusieurs minutes (merci Rhino)...La suite est non moins exemplaire et puissante... certes on retient moins certains morceaux que sur les albums précédents où les compo ressemblaient parfois à des marches guerrières qu'on retient automatiquement... mais écoutez The demon's whip qui est lourd, lent, "powerful" puis Ride the Dragon nettement plus rapide mais donnant autant l'envie de aprtir à a bataille: on comprend pourquoi Manowar ne joue pas, mais TUE carrément! Spirit Horse of the Cherokee est très bon quoiqu'un peu mystique, ils se sont fait plaisir je pense, mais ce morceau n'a pas grand chose à faire dans le concept de l'ensemble... The power of thy sword me fait pensé à un hymne sur lequel Eric se lache un peu plus, montant plus dans les aigus contrairement au reste du cd... Enfin Master of the Wind : la ballade de Manowar, l'unique! Ok c'est sympa mais la première écoute est étrange pour les fans, sûrement pour satisfaire les fanEsn manque de "love song". mais ça reste un bon morceau, même en lisant les paroles ça passe bien!
bref, une sorte de concept album autour de la myhtologie dans son ensemble... tantôt lourd et pesant, tantôt offrant des envolées magnifiques... Il y a presque deux albums en un grâce à la 1ere piste consacrée à Achilles... pour moi c'est un incontournable de Manowar, moins accessible aux Kids que Manowar ou Kings of Metal, mais un tres bon album de heavy epique!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2015
Forse l'ultimo capolavoro dei Manowar, non che quelli dopo siano brutti tutt'altro. Pero qui c'è Achilles che polverizza tutto il resto dell'Epic Heavy metal
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2003
j'attendais beaucoup de ce disque... mais qu'en reste-t-il? une compo épique de 28 minutes, bancale, avec un solo de batterie de 5 minutes totalement inutile dedans, des compos moins inspirées que d'habitude ("Demon's Whip" "Master Of The Wind" "Ride The Dragon") et un single mou mou mou ("Brothers Of metal", encore un hymne aux fans). Sur scène, ca devait tuer, mais bon... Hail!
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)