undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles8
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,14 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 août 2006
Remarquable, même si certains accompagnements auraient pu être améliorés ( cela dépend des goûts de chacun ). La voix de Madeleine Peyroux est fantastique, profonde, et swingue comme le faisaient les chanteuses de blues avant guerre... Son timbre ressemble à celui de Billie Holliday avec un je ne sais quoi d'ingénue en plus. L'extase assurée ! Personnellement, même si ces albums suivants sont plus aboutis, plus riches peut être, Dreamland reste mon préféré...Et en concert, c'est encore mieux ( L'olympia 11/2006).
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2013
MADELEINE PEYROUX
Chanteuse de jazz né en 1974 aux USA, Madeleine Peyroux doit son prénom à sa mère professeur de français et grande admiratrice de Marcel Proust et de son œuvre monumentale «À la recherche du temps perdu». Ayant vécu son enfance entre New York et Paris, elle a été bercée par les cultures et le mode de vie des deux villes, d’autant plus que son père acadien manifeste son amour pour le jazz des années 20 aux années 40 (Fats Waller, Louis Armstrong,Bessie Smith) et sa mère, outre Proust, affectionne les chanteuses françaises comme Joséphine Baker ou Édith Piaf: «Ils m’ont fait écouter les trésors du jazz, du vieux blues et du swing texan.»

LE STYLE
Enregistré en 1996, «Dreamland» est le premier disque de Madeleine Peyroux.
Cet album est une véritable réussite: à 22 ans, la chanteuse fait preuve d’une précocité rare dans l’interprétation jazzistique et d’une maturité impressionnante.
L’ensemble musical est empreint de folk, de country et de jazz.
Son style est déjà bien installé. On la compare volontiers aux grandes divas noires, notamment à Billie Holiday: sa voix alto sur le fil du rasoir, enrouée et légèrement éraillée, à l’articulation un peu nonchalante, à la fois triste et intimiste, nous le rappelle. «C’est vrai que j’ai appris la musique avec ces femmes-là. Des femmes qui chantaient leurs douleurs, leurs combats. Mais je me méfie des récupérations. L’histoire des Noirs est leur histoire. Certainement pas la mienne.»

L’ALBUM
Ce premier album nous emporte dans les rues de la Nouvelle-Orléans, avec le répertoire Blues de Bessie Smith.
Mais on ressent aussi des influences Country, proches de Patsy Cline, chanteuse emblématique du Nashville sound.

Madeleine Peyroux est accompagnée par de nombreux musiciens de renoms comme le trompettiste au style velouté Marcus Printup, le saxophoniste virtuose James Carter, Regina Carter, une des violonistes de jazz les plus réputées, ou encore les guitaristes éclectiques Marc Ribot et Vernon Reid.

Sur l’album, on trouve deux classiques de Country :
- le premier morceau «Walkin’ after Midnight» est un hommage à Patsy Cline et au Nashville sound.
- le dernier «Lovesick Blues» est un autre hommage, cette fois-ci au honky tonk man Hank Williams, avec un timbre de voix proche de Billie Holiday.

On y trouve aussi trois chansons de Blues :
- le deuxième titre «Hey Sweet Man» est un morceau de Madeleine Peyroux mais blues tendance Robert Johnson avec un son de trompette à la Miles Davis.
- le huitième «Muddy Water», une chanson qui révéla la chanteuse Bessie Smith; blues pour les arrangements et jazz Dixieland pour la voix proche de Billie Holiday.
- le onzième «Reckless Blues», encore un hommage à Bessie Smith mais piano années folles.

On peut y découvrir deux chansons de Jazz :
- le troisième morceau «I’m Gonna Sit Right Down (and Write Myself a Letter)», un incontournable swing de Fats Waller.
- le quatrième «(Getting Some) Fun out of Life», l'hommage directe à Billie Holiday et sa période swing chez Columbia.

Le cinquième titre est un classique de la chanson française, «La Vie en Rose» de Piaf, version revisitée à la voix enrouée et nonchalante.

Le septième «A Prayer» est une chanson très lyrique du singer lover contemporain Euston Jones.

Et, enfin, deux autres compositions de Madeleine Peyroux:
- «Always A Use», avec une voix plus tendue sur de beaux accords de guitare Pop-Folk.
- et "le tube" «Dreamland», plus Rock-Folk avec des arrangements harmoniques assez fluides.

Bref, un album très riche et excellemment maîtrisé.
22 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2005
La voix de Madeleine n'est pas en cause ici: elle est sensuelle et parfaite. le choix des morceaux est discutable: style hétéroclite, accompagnement discret ou trop présent, Dreamland est LE disque qui révèle la voix de M.Peyroux (hello, Lady Day!), mais son 2ème album est bien plus homogène, plus achevé, plus plaisant. Si vous n'en avez pas assez avec son 2nd, alors , et seulement alors, achetez le premier.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2009
La voix douce de Madeleine Peyroux, son piano bien délié, voilà du nouveau sur la planète jazz.

Si l'album Careless Love commence par une reprise de Léonard Cohen, 'Dance me to the end of love' qui , à lui seul, mériterai que l'on s'empare de cet album ... celui ci est encore plus fort ! Madeleine y a une voix à la limité du déraillement qui est doucement supportée par un piano aux accords plaqués. L'émotion est forte ... comme la tentation de l'écouter en boucle.
Madeleine Peyroux aime les standards tout autant que les reprises, mais nous propose aussi des compositions originales. Elle aime aussi la France et nous gratifie d'un 'J'ai deux amours' qui sent les années d'entre guerre, qui n'est pas sans rappeler Billie Holiday comme un héritage encombrant.

En faisant ressuscitant ainsi les chanteuses d'autrefois, l'atmosphère enfumée des cabarets, elle nous entraine dans son univers nostalgique qui fait du bien. Ses acolytes, James Carter et Marc Ribot, ajoutent à la beauté de l'ensemble !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2013
J'essaie de collectionner les excellents cd de cette chanteuse de jazz, qui apporte d'autres notes à cette musique qui me berce.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2015
J'aime cette voix éraillée pas encore marketée à la Diana Krall. Disque un peu four tout mais du Jazz. A acheter
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2013
c'est agréable à écouter: mélange de jazz, de blues, de gospel , à la façon de lady Day. pour les soirées cool.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2003
I've had this CD for years and check regularly to see if Madeleine Peyroux has come out with new stuff.
To my dismay, she hasn't. This CD is a must have, it is what Nora Jones is today.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
9,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)