undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

59
4,9 sur 5 étoiles
Back In Black
Format: CDModifier
Prix:14,99 €+2,49 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 décembre 2014
Sortit peu de temps aprés la disparition brutale(et trés rock'n'roll!)de bon scott,"back in black" est un album que l'on ne présente plus!Comment quand on est fan de hard rock,ou de rock tout cours passer à coté de ce disque indispensable?Impossible de ne pas remuer la téte,de taper du pied,de faire le signe du diable et d'enfoncer la touche "replay" à la fin de cette pure tuerie venue d'australie.Méme si ce disque contient quelques unes des meilleures chansons du gang,les 10titres sont tous exemplaires en matiére de musique rock.C'est simple,vous voici en compagnie d'un album qui est un sans faute,et qui du haut de ses 34ans vous met toujours une bonne secousse de rock démoniaque dans les cages à miel!On a toujours dit que ac/dc est le groupe qui révolutionna le rock en 4accords,et bien si vous n'étes pas convaincu aprés l'écoute de cette perle noire je ne peu plus rien pour vous.Tout simplement un chef d'oeuvre.20sur20.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 novembre 2010
j'étais fan d'AC/DC dans ma jeunesse, et réécouter du hard-rock à l'approche de la cinquantaine fait un bien fou, libère le stress;le son AC/DC est inimitable; de plus, ils continuent dans la même veine, rien ne les arrête et leur dernier album est un de mes prochains achats
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 décembre 2014
Il est difficile de commenter un album que tout le monde connaît !!! Mais effectivement si je devais venter ce CD ,je dirais juste que c'est comme si vous achetiez un BEST OF de AC DC à part bien -sûr qu'il y manque quelques standards , je conseille seulement d'acheter ( pour ceux si savent encore le faire ..) cette version remasterisée qui donne du peps à cette opus ... Et les collectionneurs peuvent se procurer le vinyle qui vient d'être rééditer (y pas mieux comme son ... ) Je possède les trois supports donc je sais de quoi je parle !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
En 1980, après la disparition de Bon Scott, il fallait imaginer ce qu'allait devenir AC-DC. "Highway to Way" avait marqué les esprit en cette fin des années 70 où la frénésie du punk Rock dominait la scène musicale (je sais j'y étais). Le hard rock n'avait plus de grands représentants. Led Zeppelin, Deep Purple, Black Sabbath... avaient déjà rejoint la légende. Et le heavy allait bientôt submerger le bon vieux hard. AC-DC avec un son lourd, simple, obsédant voire hypnotique, se rapprochait des fondamentaux. Back In Black moins populaire que le précédant s'inscrit néanmoins dans une logique hard. AC-DC n'a jamais fait de concession au heavy et c'est tant mieux. De plus le choix de la voix de Brian Johnson qui tranche singulièrement avec celle de Bon Scott est un pari audacieux (qui surpris ) à l'époque mais réussi : de la nouveauté sans rien révolutionner.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 août 2013
pour l'avoir acheté à l'époque en cassette, j'me suis dit que j'allais quand même me le racheter, et là je vois qu'il y'a une version remasterisé, bein on peut dire que le studio à fait du bon boulot, ça claque bien...
Quand aux ignares qui ne le connaîtraient pas encore, il me semble difficile de faire l'impasse, j'ai toujours beaucoup aimé cet album, Highway to hell est très bon bien sûr et semblera lui aussi incontournable, mais ne pas avoir celui ci dans sa collec' me semblerait étrange
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 mai 2014
Superbe ! Rien ne vaut le vinyle, surtout pour un album comme celui-ci. A écouter et ré-écouter sans se lasser !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Première prestation (à haut risque) de Brian Johnson, ce album aurait pu être une catastrophe : le groupe aurait pu être tenté de continuer sur son style propre, en laissant la mission suicide à Brian Johnson de singer le regretté Bon Scott. Or, en changeant de producteur à cette occasion, et en alourdissant le son, AC/DC écrit là la plus belle page de l'histoire du Hard Rock ; en effet, c'est l'album de la transition, bourré d'influences Bluesy, il n'en reste pas moins un disque de rock lourd, puissant, énorme... Le groupe a trouvé son nouveau style, et son nouveau chanteur peut s'épanouir, et apporter sa pierre à cet immense édifice qu'est AC/DC. A posséder, même pour les fans de Bon Scott (dont je suis).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 juin 2012
Si tu n'as jamais écouté Back In Black, tu es un vrai petit veinard ; il te suffit de l'acheter et de le garder au chaud ; et maintenant, le jour où tu as envie d'une claque, le jour où tu as vraiment besoin d'une bonne claque, tu écoutes Back In Black.
Je pourrai t'expliquer pourquoi cet album est exceptionnel, mais 30 clients amazon l'on déjà très bien fait avant moi ; le mieux est de l'acheter et d'attendre le bon moment, il va forcément arriver très vite.
20/20
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 14 mai 2008
Je suis encore frappé par la mise en place instrumentale et la "complexité dans la simplicité" de ce disque qui a laissé une empreinte indélébile dans l'Histoire du Rock (6ème best sellers avec plus de 19 millions d'albums !). Le tout avec une force de frappe chirurgicale mais avec une chaleur communicative qui allaient faire défaut à nombre de groupes dans les 80's. La remasterisation est excellente et exacerbe une production qui l'était déjà, et le livret fourni est superbe.
AC/DC, transcendé par la tragédie qui l'a touchée et le désir de démontrer qu'il n'est pas fini (contrairement à ce que certains médias voulaient faire croire), réalise un album de Hard-rock intense, majoritairement en mid-tempo, basé sur des grilles de Blues agrémentés de "power-chords" avec des rythmiques syncopés ou en contre-temps dont les frères Young se sont fait les chantres (et non les créateurs). "Complexité dans la simplicité" car Malcom, sur des positions d'accords basiques et des harmonies réduites, changent résolument d'accords suivant les mesures pour modifier la tonalité et créer ainsi une tension permanente, l'intensifiant, jouant parfois même une 3ème guitare moins saturée pour acérer l'attaque du riff jusqu'à le rendre "chaud bouillant". Les "silences" font parties intégrantes des riffs (Back in Black). La batterie est soudée aux guitares, et non à la basse, faisant partie intégrante du riff et accentuant ainsi l'impact, transformant ainsi les riffs en véritables ramponneaux de Hard blues en fusion. D'ailleurs le (futur) départ de Phil Rudd fit défaut à la cohésion d'AC/DC, surtout en concert. (Chris Slade recolla quelque peu les morceaux).
Angus a mûri son jeu en lead, qui bien qu'usant et abusant toujours des gammes de Blues (surtout pentatonique mineur) fait preuve d'une évolution certaine dans la maîtrise et l'harmonie. Il s'agit d'ailleurs souvent plus de chorus que de soli débridés.
Même Brian Johnson ne chantera plus jamais aussi bien (usé par la route ?).
Tous les titres sont imparables ; 4 singles dont 3 squatteront les ondes de radios pendant plusieurs années (même en France !).
Pas mon préféré du groupe, mais, c'est une évidence, un très grand disque de Hard-rock (ou Classic rock) qui suinte un blues épais, râpeux, rageur et vindicatif. Un classique.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 22 avril 2002
AC/DC avait connu un énorme succès avec "Highway to hell" sorti en 1979, ce qui permit au groupe d'accéder au rang de "rockstars". La tournée qui suivit fut énorme, mais ce n'était sans doute rien à côté des immenses beuveries qui suivaient les concerts,ces excès multiples coûtant la vie au chanteur Bon Scott. Les cloches qui ouvrent l'album "Back in Black" semblent rappeler la mort de Bon, mais la musique reprend vite le dessus, comme pour montrer que le groupe a décidé de continuer malgré tout, car d'après Angus Young (le guitariste) : "c'est ce qu'aurait voulu Bon Scott". C'est donc avec un nouveau chanteur, Brian Johnson, évoluant dans le même registre que Bon, mais à la voix plus aigüe, qu'AC/DC va poursuivre sa route. "Back in Black" conserve les racines blues, boogie et rock n'roll du groupe, mais l'athmosphère qui s'en dégage, ne-serait-ce que pour la pochette toute noire, semble beaucoup plus pesante. AC/DC a mûri, il n'est plus l'adolescent insousciant des années 70, il est devenu adulte à l'aube des années 80, en ayant pris conscience du danger guettant les rockstars au travers des diverses tentations souvent tragiques pour de nombreux groupes (Jimi Hendrix, Led Zeppelin, The Who ou dans une moindre mesure, Black Sabbath). Il en ressort une musique plus posée, mais aussi plus aboutie ("Hells bells"," Back in black", "Let me put my love into you"), que le groupe n'aurait peut-être pas pu écrire auparavant, en tout cas un excellent album de hard-rock, un des trois meilleurs d'AC/DC.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Live
Live de AC/DC (CD - 2003)


Rock or Bust
Rock or Bust de AC/DC (CD - 2014)