undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
60
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

TEMPLE DE LA RENOMMEEle 16 février 2007
Cet album compte parmi les albums séminaux de la rock music, au même que "Wheels of Fire", "Who live at Leeds", "Electric Ladyland", "Get your yas yas out" et "Led Zeppelin 1".
Blackmore touche sa bille comme peu ont su le faire. Son duo avec Jon Lord est époustouflant d'entente, Ian Paice est un très grand battteur de rock (je n'irai pas jusqu'à dire qu'il est de la trempe d'un Moon, mais pas loin). Quand à Gillian et Glover, ils font ce qu'il faut.
Mais surtout, il y a la synergie, l'énergie et la puissance sonore du groupe.
Une telle réussite laisse pantois. Et puisque "Deep Purple in Rock" est totalement réussi, on peut choisir le morceau que l'on qualifiera-artificiellement- de meilleur ; pour ce qui me concerne, c'est "Flight of the rat". De toute façon, tout s'écoute sono à fond. Et que Dieu protège vos tympans.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2007
"DEEP PURPLE IN ROCK" est LE sommet du Hard Rock!!! ni Led Zeppelin, ni Black Sabbath n'ont sorti un album aussi brut, aussi plein du début à la fin! ici, pas de ballade larmoyante ou d'interlude acoustique annecdotique et inutile! non, ici les VU mètres sont dans le rouge en permanence. pas de quartier! même un morceau comme Child In Time qui commence en douceur, se termine dans la furie la plus totale.... c'est du délire! Deep Purple refera d'autres excellents albums, mais jamais ils n'atteindront la folie dévastatrice de "In Rock"!

si il vous faut 1 seul disque de hard dans votre discothèque, c'est bien celui là!!!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2007
Avec "Led Zeppelin IV", qui sortira un an après, "In Rock" est sans doute le plus grand album de Hard Rock du XXème siècle. Tout a déjà été dit, mais je me dois de faire part aussi de mon avis, conséquent à la claque énorme que j'ai pris en l'écoutant.

On nous pompe l'air à longueur de journée avec les capacités vocales de tel ou tel chanteur (Freddy Mercury, Rob Halford, et même Mika dernièrement...). Mais on ne pense à Ian Gillan, pourtant il suffit d'écouter ne serait-ce que "Hard Lovin' Man" pour s'aperçevoir qu'il est largement au-dessus du lot, et si vous n'êtes pas convaincu, le mieux est le bon gros coup de poing dans les dents infligé par "Child In Time".

Bref, Ian Gillan, plus grand chanteur de Hard Rock avec Robert Plant. (Ca c'est fait).

Et puisqu'on parle de "Child In Time", chaque fois que j'entend le solo de Blackmore, je rentre dans une folie furieuse sans nom, comme emporté dans un énorme torrent de lave, de fureur et de sauvagerie ! Un solo brûlant, terrifiant même ! Le sombre Blackmore en pleine guerre contre ses amplis, soutenu par la rythmique atomique de Ian Paice.

Ian Paice, lui aussi, quelqu'un a dit qu'il n'oserait pas le comparer à Keith Moon... désolé pour cette personne mais moi je vais oser la comparaison et même aller plus loin en disant que Paice dépasse largement Moon, de par sa légereté quasi-jazzy, sa technique hallucinante et malgré tout une puissance certaine. Bref, le seul rival crédible de l'insurmontable John Bonham...

Il faut entendre au moins une fois dans sa vie l'intro nucléaire de "Speed King", les hurlements agressifs de Gillan, l'orgue sanguinaire de Jon Lord, la guitare flamboyante de Blackmore, la basse speedée et lourdissime de Glover et la batterie sulfureuse de Ian Paice (Ecoutez la transition Funk de "Flight Of The Rat" !)

Bref, le Hard Rock est là appuyez sur "Lecture" et quand la bombe est lâchée, je ne peux plus rien pour vous. Vos oreilles vont saigner mais elles vous remercieront quand la tuerie sera terminée...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2009
Avec cet album, DEEP PURPLE dépose les codes du Hard-Rock. Cet albmu qui date officiellement de 1970 a été composé à partir de juin 1969. Child in time, Speed King étaient déjà joués dès les premier concerts avec Gillan et surout Glover dont il ne faut pas négligé ses qualités de songwritter qui alliées avec les velleïtés de Blackmore de durcir son jeu et son rock (que l'on avait déjà entre-aperçu dans l'album "Chasing Shadow" avec Why did'nt Rosemary) ont certainement amené cet album à être le premier véritable album de Hard Rock.
Contrairement aux Led Zep I qui est plus un album de blues que de hard et le II qui traine encore un blues bien présent, IN ROCK s'en affranchi par des compositions hors de ces règles.
Le numéro un en ce qui concerne les albums de hard-Rock. Un incontournable pour les albums rock...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2007
Attention : un disque comme celui-ci, il en sort un dans le siècle.
J'attends celui du 21ème, alors peut-être sera -t-il celui des 2 siècles réunis !
L'intro de Speed King est glaçante, et que dire du solo de Child in Time ?
J'ai les frissons de haut en bas à chaque écoute...
Flight of the rat met la barre très haut aussi, et que dire de hard lovin'man ?
Bon, j'ai 1000 Cd à la maison, ce n'est donc pas du parti pris.
Mais réellement, une baffe comme celle-là on en prend une dans sa vie, et quand on quitte la terre, on monte au paradis avec les riffs de Blackmore, les hurlements de Gillan et la frappe de Paice.
Ce disque est terrifiant, à écouter tout à fond et en se recueillant
car il faut prier et espérer qu'il ne tombe jamais dans l'oubli.
Longue vie à Deep Purple !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 14 décembre 2014
Voici le premier pavé historique de ce groupe mythique. Deep Purple a trouvé la formule magique (une année auparavant) en embauchant le hurleur Ian Gillan et le bassiste Roger Glover, qui lui permettront d’asseoir définitivement son style. Suivant un oubliable et pompier album enregistré avec le Royal Philharmonic Orchestra, cette nouvelle équipe fait enfin éclater la pleine mesure de son talent sur le génial single BLACK NIGHT et surtout sur ce séminal et légendaire album.
Faisant majoritairement reposer la trame des morceaux sur la machine à riffs qu’est devenu Ritchie Blackmore (guitare), Purple contribue à sa manière à l’explosion des limites du rock, assénant des assauts d’instruments en fusion dans une spirale paroxystique infernale (SPEED KING). Ainsi CHILD IN TIME, chef-d’œuvre s’il en est, restera l’un des morceaux emblématiques de la formation, en faisant outrageusement démonstration des immenses qualités musicales de ses membres (incroyable Ian Gillan ici). Développant ses morceaux à partir de jams, Deep Purple rend chacun d’eux crédible grâce à un sens inné du break à tiroir, faisant se suivre des passages à l’équilibre hallucinant et osant des choses que seul un ego tel que celui exposé sur la pochette peut engendrer. Un disque fondateur, fabriqué par des musiciens supérieurs à tous ceux qu’ils vont inspirer.
Tops : CHILD IN TIME, SPEED KING, BLOODSUCKER, INTO THE FIRE, FLIGHT OF THE RAT
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2014
CHRONIQUE DE PHILIPPE PARINGAUX MAGAZINE ROCK&FOLK AOUT 1970 N°43 Page 63/64
5° Album 1970 33T Réf : Harvest SHVL 777
Pourquoi les Deep Purple n'ont jamais réussi à devenir l'un des big groups britanniques, cet album l'explique assez bien. Il n'est point question de qualité musicale, mais de choix pour un style bien défini ou un autre, et ses incessants changements d'objectifs ont très certainement nui à la popularité d'une formation qui possède tout pour devenir grande, le génie de la composition excepté (ce qui n'est pas négligeable : si les Deep Purple qui sont de bien meilleurs musiciens que les Stones, par exemple, savaient composer des thèmes aussi évidents que ceux de ces derniers, ils seraient aussi grands qu'eux ; c'est aussi simple que cela).
Permettez-moi d'avancer cette hypothèse que John Lord et son désir de respectabilité classique, son admiration pour le "maître" Keith Emerson, sont pour beaucoup dans cette instabilité musicale d'un groupe sans cesse partagé entre sa vocation profonde de hard rocker et ses ambitions de musicien universel. Comme si le hard-rock n'était pas une musique universelle. Comme si la virtuosité, au niveau de l'écriture ou celui de la composition, n'était pas un handicap, quand elle devient une fin en soi. Après sa tentative ratée de fusion du rock et du classique, Deep Purple reprend ici la mesure de ses ambitions et joue, tout au long des deux faces, la musique qui est la sienne. Le résultat en est un album intéressant, très représentatif des qualités et des défauts du groupe. Au rang des qualités, il faut compter un étonnant sens du drame 'Bloodsucker" et une science certaine de l'établissement de climats oppressants par de longs crescendos haletants qui explosent soudain dans les gerbes sonores de la guitare de Blackmore. Ce dernier aussi - comme les quatre autres, mais à un niveau infiniment plus élevé - doit être considéré comme une qualité, tant il est en train de s'imposer comme l'un des tout premiers guitaristes du monde. Qualité encore que le son du groupe, de plus en plus dense et de moins en moins confus, son qui doit beaucoup au travail de Lord; excellent accompagnateur quand il ne se laisse pas aller à des imitations sans intérêt de la "Danse du sabre" ou autres thèmes qui n'ont rien à faire ici. Deep Purple joue dur et vite, plus qu'il ne l'a jamais fait, sans réussir pourtant à se débarrasser tout à fait de cet emphatisme perpétuel, de cette grandiloquence inutile qui viennent parfois boursoufler de breaks démesurés des morceaux qui s'annonçaient sensationnels. Reste que les qualités de Deep Purple compensent largement ses défauts et que cet album, plus dur, plus tendu que les précédents, est sans doute le meilleur à ce jour d'un groupe qui sera très important bientôt, s'il décide à emprunter cette voie royale jusqu'ici ignorée de lui : la simplicité.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2015
Le premier album de Deep Purple avec la nouvelle formation est celui-ci. Après avoir évincé Rod Evans et Nick Simper, Roger Glover et Ian Gillan s'installent pour ce qui deviendra la formation la plus emblématique du groupe britannique. Dès le premier morceau, la guitare rugit. C'est ce son de guitare particulièrement fort, saturé, qui donnera ses lettres de noblesses à ce genre qu'est le hard rock. Bon, en ce qui concerne cet album, il a quand même bien vieilli. Il sent l'époque des années 70, les hippies, et tout ce qui s'ensuit ! le titre suivant me conforte dans mon impression. Bloodsucker part dans un délire assez similaire au titre précédent. Je retiens principalement de cet album Child in time bien évidemment. Ce morceau commence tout doucement, avec le clavier de Jon Lord. Viennent ensuite les cris aigus de Ian Gillan, au sommet de sa forme vocale à l'époque. Cette chanson reflète une tension assez palpable entre les cris du chanteur, et le solo qui part sur un rythme moyen, puis s'accélère pour parvenir à une apothéose explosive. Pour cette chanson, qui sera interprétée lors de nombreux concerts du groupe, cet album vaut au moins le détour.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2013
bjr, j'ai 51 ans ,mon 1er 45 tour à 7 ans......Début des années 70 qelqes albums effacent ts les autres "Dark side...pink floyd", le Bleu le Rouge des Beatles
et "In Rock Machine Head et Made in JAPAN de DeepPurple. Ils font parti de la discothèque de qui se prétend avoir une culture musicale....!!!! Ca joue vite ,fort ,et bien.
35 ans aprés je ne m'en lasse pas .A avoir absolument !!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 décembre 2012
Dans cette version anniversary, il y a des bonus interessants et le son remasterisé est très bon. Qant à l'album en lui-m^me, il dégage une fameuse énergie avec Gillan qui était particulièrement bien en voix("Into the fire").
Très bon album hard-rock, qui n'a pas trop vieilli. Le morceau archiconnu qu'est "Child in time" est quand même vachement bien construit et s'écoute sans temps morts. Je pense que c'est l'album où Gillan fait le plus la démonstration de ses excellentes capacités vocales, un peu dans la vague de Led Zep IV. Bref, un très bon album, mais je mets 4 étoiles car pour moi "Burn" et "Come taste the band" sont meilleurs. C'est, comme toujours, une question de goût.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €
3,35 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)