undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

11
3,7 sur 5 étoiles
Never Say Die
Format: CDModifier
Prix:3,50 €+2,49 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

13 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 juillet 2006
Pour éviter un jugement négatif par trop hâtif, gardons-nous d'attendre de cet opus la même puissance marmoréenne que celle qui structurait implacablement les précédents chefs d'oeuvre metal du Sabbath Noir. La comparaison n'a tout simplement pas lieu d'être. Cette chose étant dite, "Never Say Die" emprunte la plastique ductile de son prédécesseur "Technical Ecstasy". La première "face", à la tonalité rock hypnotique, se révèle de haute tenue : le morceau éponyme nous accroche instantanément, "Junior's Eyes" et "Hard Road" possèdent des rythmiques bien assises qui rappellent que le groupe a entrepris de rééquilibrer ses compositions, Geezer Butler et Bill Ward s'imposant au milieu du leadership de Ozzy et de Toni moins prédominant que par le passé. La seconde partie est plus "mélodique", des incursions jazzy en émaillant la traversée ("Breakout" emmené par un ... saxophone ! Mais souvenons-nous que si l'on s'est étonné de la présence de ce cuivre sur le "Fun House" des furieux Stooges, on ne s'en est pas pour autant offusqué !). Le piano présent sur les trois derniers morceaux vient parachever avec noblesse la première partie de carrière du groupe, qui est aussi sa plus mémorable. Une page se ferme, le terrain est prêt pour "Heaven and Hell". Mais selon la formule consacrée, "ceci est une autre histoire" et deux ans suffiront à accréditer le choix du titre, le Sabbath ne mourrant jamais ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 15 avril 2010
Mauvaise période pour la sortie du 8ème album studio de ces monstres de la "Old Wave of British Heavy Metal".
Déjà, la conjoncture n'est pas bonne: le mouvement Punk est arrivé et les groupes tels que Sabbath sont décrétés "has-been".
Ensuite, le groupe reste sur un échec, celui de Technical Ecstasy. L'album n'a pas convaincu les fans, loin de là.
Enfin, le groupe est en proie à des conflits intérieurs. Ozzy n'est déjà plus vraiment là et pense surtout à son premier album solo. D'ailleurs, les titres de l'album vont être travaillés avec un autre chanteur, Dave Walker, avant que Ozzy ne revienne prendre sa place, envoie balader tout ce qui avait été écrit avec son remplaçant et enregistre finalement les versions qui se trouvent sur le CD. Au revoir Dave et merci pour tout !
Eh bien malgré tout ça, l'album n'est pas mauvais. Certes, ce n'est pas celui que l'on retiendra en premier dans la discographie conséquente du groupe.
La première face est même plutôt bonne. Le morceau "Never say die" reste un classique du groupe encore aujourd'hui. Suivent "Johnny Blade", "Junior's eyes" et "Hard Road", trois titres intéressants. Le premier démarre avec pas mal de synthés (pour lesquels il a été fait appel à Don Airey - Rainbow, Deep Purple...) et se termine par un long solo de Tony. Le second a aussi droit à un solo très inspiré et un refrain digne de ceux de la carrière solo de Ozzy. "Hard Road", le second single de l'album, avec son riff entêtant passe très bien également.
La seconde face est un peu plus expérimentale avec quelques notes de saxo ("Breakout", "Swinging the chain") et du piano ("Air Dance", "Over to you"). Plus difficile d'accès aussi.

Le disque aura quand même un certain succès à sa sortie (12ème des charts en Angleterre) mais cela ne suffira pas à sauver le groupe au bord de l'implosion. Ozzy quittera finalement le navire de façon définitive après une tournée en demi-teinte.

"Never say Die" le bien nommé. Car même si les choses semblent très mal engagées en cette fin d'année 1978, le phoenix va renaître de ses cendres avec le fabuleux Heaven And Hell et s'ouvrir une nouvelle ère, sous le signe de la célèbre "main cornue" de son nouveau chanteur, un certain Ronnie James Dio.
Les légendes ne meurent jamais.
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 23 septembre 2014
En 1978,rien ne va plus chez les péres du metal...ozzy est en pleine crise personnelle,la poudreuse et l'alcool reigne dans le monde des 4anglais,et de ce constat nait "never say die" qui fut le dernier album du sab' originel dans les 70's.Malgré ce constat dramatique,ce disque est beaucoup moins sombre que ses illustres prédécésseurs et est un trés bon album trés agréable à l'écoute.Le morceau titre qui ouvre le disque est une petite bombe au rythme et au refrain irrésistible.La basse de geezer offre une belle intro' sur "junior's eyes" qui suit le trés bon "johnny blade".On ne peut s'empécher de citer la fin déjantée de "hard road" ou le madman est vraiment possédé par sa propre folie sur un titre portant un nom plus que de circonstence(il ne le sait pas,mais dans la téte de iommi il est déjà viré du groupe),vu le mode de vie du groupe à cette époque.Les autres titres sont un ton en dessous,mais reste trés trés bon,avec le final "breakout" qui s'enchaine avec le terrible "swinging the chain" cloturant ainsi un album meilleur qu'il ne le parait.Si je devais faire une comparaison,je dirais que ce disque me fait penser au "risk" de megadeth.Un album qui vaut la peine d'étre écouté et réecouté pour le coté culte de l'oeuvre.Alors oui ce n'est pas "paranoid" ou le meilleur (pour moi) album du groupe "master of the reality",mais c'est vraiment un trés bon album qui sent bon les années 70 et les excés qui vont avec...de bon riffs,un bon groove,du sax'(qui rappelle un peu le "funhouse" des stooges),du synthé' et ozzy qui vraiment chante trés bien sur ce "never say die"...qui quelque part est le début d'une carriére solo ponctuée de 2 indispensables que ozzy sortira en 1980 et 1981 (est-ce utile de citer les titres?).Mais ceci est une autre histoire.Je n'ai qu'un conseil pour les fans du line-up d'origine:laissez vous tenter par cet album,car méme si à l'évidence ce n'est pas le meilleur,il a le mérite d'éxister et ne fait pas "tache" dans l'oeuvre absolue de nos péres à tous!17sur20.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 septembre 2004
C'est sans doute l'album le moins brutal du gang de Tony Iommi... Et, d'entrée de jeu, je reconnais qu'il ne figure pas parmi mes préférés... Bien que l'album démarre sur les chapeaux de roue avec le syncopé 'Never say die', la tension retombe rapidement dès le second morceau, 'Johnny blade', au demeurant agréable à écouter avec son riff ultra répétitif. 'Hard road' et 'Schock wave' sont du même tonneau, avec leur tonalité blues-rock, et se laissent apprécier avec le temps. 'Over to you', et son ambiance "rock progressif", n'est pas mal du tout. Les deux derniers morceaux, teintés de jazz, sont encore plus éloignés du registre habituel de Black Sabbath. En définitive, un album de "hard rock" correct, quoique un peu mou du collier et partant un peu dans tous les sens. Par contre, il contient des solos toujours inspirés, et emprunte beaucoup à d'autres styles musicaux (rock progressif notamment). Uniquement recommandé pour les amateurs les plus indulgents ou ouverts d'esprit du 'sab. D'ailleurs, 'Never say die' fut une période de forte tension entre les différents membres du groupe; bref, pas vraiment l'idéal pour pondre un classique...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 juin 2014
8ème opus du groupe (le dernier avec Ozzy), "Never say die" est un peu le vilain petit canard du Sabbath des 70's.
Globalement rejeté à sa sortie en 1978, l'album s'avère pourtant être intéressant. C'est vrai que l'ambiance est moins pesante que d'habitude, les synthés sont de plus en plus prédominants, ce qui n'était évidemment pas pour plaire aux fans de la première heure. Les 3 premiers titres sont très plaisants: "Never say die" est devenue un classique, l'hypnotique "Johnny blade" avec son intro au synthé est sympa, "Junior's eyes" est même excellente (mon titre préféré). Cà se gate un peu sur "A hard road", certes pas mauvais mais moins inspirée et un peu linéaire. "Shock wave" sonne encore comme du Sabbath classique et reste très écoutable. La suite est effectivement bien différente de ce que nous proposait le groupe au début des seventies, en témoigne le jazzy (!) mais inspiré "Air dance" ou le mélodique "Over to you" avec ses arpèges au piano. Bon, "Breakout", malgré son saxo est un peu plus faible, presque expérimentale (heureusement, elle est courte). Quand au dernier morceau "Swinging the chain", on repart dans un registre plus hard-rock: sympa mais pas inoubliable.
Au final, un album certes un peu inégal (on oscille entre le moyen et l'excellent), mais qui reste tout de même intéressant. 3.5/5 arrondi à 4/5 pour la prise de risque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Album décrié autant par les fans que par le groupe lui-même (surtout Ozzy, en fait, qui quittera le navire peu après sa sortie), NEVER SAY DIE, avec le recul, n’en est pas moins un album extrêmement intéressant et frais dans la carrière du Sab. Suivant un fade septième album sorti en 1976 (TECHNICAL ECSTASY, à la production atroce), celui-ci voit sévir le line-up originel pour la dernière fois.
La chose qui frappe d’emblée, c’est le changement dans le son de la guitare. Moins grave, plus variée dans le choix des interventions, elle donne le nouveau ton du groupe. Abandonnant pour un temps les gros riffs ténébreux, Tony Iommi s’adonne au power chords (le morceau-titre, leur plus gros hit depuis un moment), frise les codes du blues pour la première fois (magnifique JUNIOR'S EYES, le plus grand morceau de l’album) et fait s’aventurer Black Sabbath dans des contrées réservées jusque là à l’intelligentsia du rock (AIR DANCE, du Jazz-rock !). Quant à la face pop du groupe, elle s’épanouit sur l'enjoué deuxième single (HARD ROAD) et son sens aventureux explose sur OVER TO YOU (et ses cuivres façon Mahavishnu Orchestra), collé au final SWINGING THE CHAINS, chanté par Bill Ward ! En bref, voilà un album plein de (bonnes) surprises, à faire découvrir à tous ceux, réducteurs, qui ne voient en Black Sabbath que le géniteur de Metallica...
Tops : NEVER SAY DIE, JUNIOR'S EYES, HARD ROAD, AIR DANCE, JOHNNY BLADE
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 18 janvier 2014
album le plus atipique de la disco du sab sans la voix d ozzy on dirait un album du BOC quand méme bien superieur a spectres ou mirrors contemporain de cette epoque pour les non habitués au roi du metal ne pas commencer par celui là c est pas une critique du BOC groupe trop sous estimé et un sab moyen est largement superieur a la moyenne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 août 2013
NEVER SAY DIE! (180g LP)

Face 1 :

1. Never Say Die
2. Johnny Blade
3. Junior's Eyes
4. A Hard Road

Face 2 :

1. Shock Wave
2. Air Dance
3. Over to You
4. Breakout
5. Swinging The Chain
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 juillet 2014
Voilà un très bon disque de hard, avec ce son si propre au Black Sabbath. Disque varie d'une chanson à l'autre, avec un très joli gros son. Ne dépareille pas comparé aucun premiers albums, comme une sorte de continuité. J'adore!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 décembre 2013
Très bien, bon album, mais les autres sont tellement excellents qu'il souffre de la comparaison.
Il faut l'avoir lui aussi!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Sabotage
Sabotage de Black Sabbath (CD - 2014)

Black Sabbath
Black Sabbath de Black Sabbath (CD - 2011)

Master of Reality
Master of Reality de Black Sabbath (CD - 2004)