Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grandiose, 5 mars 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear Of Music (CD)
Pour moi le sommet des Heads, devant "Remain In Light" et "77". Avec la participation, sur "I Zimbra", du grandiose Robert Fripp et, comme pour "Remain in light" et "More songs about buildings and food", la production de Eno (qui, musicalement parlant, participe aussi). De grandes chansons, comme "Drugs", "I Zimbra", "Animals", "Life during wartime". Une atmosphère ombre et expérimentale, avec aussi et surtout des mélopées africaines, world, pour contrebalancer la virulence parfois punk des mélodies. Un vrai sommet glacial et arty !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tout simplement exceptionnel!, 21 février 2008
Par 
p.b (Castellane, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear Of Music (CD)
"Heaven", "Animals", "Drug" ou "Air" sont quelques-uns des titres sublimes et marquants de cet album d'exception de la bande à Byrne. Pour les amateurs du son Heads si précurseur des premiers temps : presque trente ans après, toujours autant de régal pour les oreilles. Disque nécessaire qui permettra la sortie de l'excellentissime "Remain in light" quelques temps plus tard.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'Oeuvre inoubliable !, 1 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear of music (CD)
La pochette était, à l'époque (noël 1979) on ne peut plus sombre : une plaque d'égout, comme pour ne rien promettre. Pas de photos, juste la structure. Et des la première note, cette world music qui n'avait pas encore été inventée qui vous saute à la gorge : "I Zimbra". C'est du Swahili, avais-je décreté du haut de mes 16 ans à mon voisinage impressionné. Non, gamin, c'est juste une langue inventée pour porter cette musique définitive, comme un tropical et tiermondiste Kobaïen... Une fois l'alien dans votre estomac, il ne cessera de grandir jusqu'à vous etouffer de plaisir. La phase de plaisir maximal se situe au milieu avec un Life during Wartime... athlétique et Memories can't wait transcendant et stellaire. Et "Air", la terrible mélopée sans fin vous fera voler. Et vous finirez sur l'apocalyptique Drugs. Rideau. Ce CD est un plaisir integral, on l'étudiera dans deux cents ans dans les écoles de musique en Chine...
Une rafale de diamants inoubliables... et qui sera surpassé par Remain in Light, l'album suivant, mais c'est une autre histoire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La vie en temps de guerre, 18 juillet 2012
Par 
Alexis Bidault "Ex-Cowboy" (Tours, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear Of Music (CD)
Comparé à ses deux prédécesseurs que sont 77 et More Songs About Buildings And Food, Fear Of Music est un album sensiblement plus sombre et par conséquent un peu plus difficile d'accès. L'apprécier pleinement nécessite de s'y plonger avec assiduité pour l'apprivoiser. Ensuite, c'est vous qui ne voudrez plus le quitter.

Les morceaux sont dans l'ensemble moins pop et sautillants qu'auparavant, le son est plus resserré et dense. Les synthétiseurs de Brian Eno que je trouvais un peu artificiels sur More Songs sont ici complètement intégrés dans la structure et les arrangements des chansons, ils participent à la tonalité plus expérimentale ainsi qu'à la cohérence du disque.

La musique du groupe est dès lors assez inclassable. Les influences africaines ne sont pas encore tellement apparentes, sinon peut-être sur I Zimbra, en introduction, où des congas et un idiome inventé donnent une coloration différente et plus exotique.

Le diptyque Cities/Life During Wartime est exceptionnel, ce punk/funk effréné où tous les talents du groupe sont représentées et se complètent parfaitement. C'est là que l'on retrouve le plus les Talking Heads que l'on connaissait. Rythmique sobre et diablement efficace qui donne une irrépressible envie de bouger, arrangements inspirés de claviers, guitares rythmiques maniaques et un David Byrne au sommet de son art d'interprète et de parolier, habité par ses rôles. C'est parfait, dansant , accrocheur, personnel, sans équivalent et ça laisse pantois, à bout de souffle, épuisé.

Si ces deux morceaux sont les hits incontournables, l'album contient encore de nombreux autres sommets. Mind peut paraitre au départ un peu mollassonne en regard de ce qui suit mais révèle son intrigante subtilité sur la durée avec des interventions tranchantes de guitare électriques. Il en va de même pour Air et ses surprenants chœurs féminins, Animals qui incite à se méfier des conseils de nos amis animaux, ou Electric Guitar, chansons assez peu connues du répertoire du groupe, plus ardues car moins mélodiques et souvent structurées bizarrement, en tout cas trop bizarrement pour être des succès commerciaux, mais qui tirent leur force des paroles, de l'atmosphère qu'elles dégagent, de leur originalité.

Avec son texte ambigu et son air de banale chanson country-rock, Heaven est un peu l'homologue de The Big Country. Elle s'insinue dans les synapses et nous fait imaginer ce lieu, où la même chanson est jouée sans relâche, où tous les baisers se reproduisent exactement à l'identique, où rien du tout peut être si excitant, si amusant. Est-ce de la désillusion, une révélation, le paradis, l'enfer ? Beaucoup de questions pour une chanson obsédante que vous sifflotez à votre insu en lavant la vaisselle'

Paper est la seule chanson que je trouve faible. Heureusement très courte, elle ne gâche pas l'expérience.

Ce disque n'est certainement pas le plus connu ni le mieux aimé du groupe en général. C'est pourtant à mon sens un immense album.

J'aime la manière dont Byrne et consorts s'approprient le vecteur de la pop pour s'amuser avec des idées neuves et se remettre en question.

J'aime son ambiance, la production, la façon dont sur Heaven le chant est mixé en retrait, des détails de ce genre pour vous qui pour moi veulent dire beaucoup.

J'aime l'ambiguïté qui se dégage de la voix et des textes, le subtil mélange de sincérité et d'ironie.

J'aime la sobriété générale, celle de la section rythmique en particulier, la façon dont les idées souvent excellentes ne sont pas martelées jusqu'à écœurement mais utilisées à bon escient, par petites touches.

J'aime les guitares, les rythmiques, leur son, leurs ornements.

J'aime la cohérence qui se dégage de ce disque, l'ambiance mitigée, à la fois sombre et revitalisante. L'impression d'écouter un album, et pas une simple collection de chansons, est très marquée.

J'aime la voix de Byrne, si caractéristique, ses dérapages contrôlés dans les aigus.

J'aime la manière dont sont mêlés la fougue et la spontanéité avec un aspect plus intellectuel qui ne plombe jamais les chansons.

Fear of music ? On peut avoir peur de cette musique comme on peut avoir peur du changement de la nouveauté, peur d'explorer des territoires vierges, peur de la nouveauté, peur du talent.

PS : Cette version améliorée de l'album propose en plus d'une demo sans grand intérêt une version alternative des chansons Cities, Life During Wartime et Mind, soit trois des meilleures du disque. Une fois n'est pas coutume, ces mixages sont extrêmement intéressants et proposent d'autres couplets, des passages instrumentaux étendus, des arrangements complètement différents. Si un adjectif devait résumer la différence avec les versions officielles, ce serait : sauvage. Personnellement j'aime beaucoup ces versions un peu radicales et agressives qui sont une addition bienvenue au disque original.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un classique peu connu., 25 septembre 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear of music (CD)
Je l'ai attendu longtemps celui-là. Dans le choix difficile qu'est "son disque préféré", j'en était resté à des classiques (Led Zeppelin 4, Songs in the Key of Life de Stevie Wonder, Ziggy Stardust de Bowie...).
Allez, je vais faire le plein de cds. Après de multiples allers-retours dans les rayons, je tombe sur "ça". Un disque à pochette noire, des titres succints (paper, mind...), et le nom d'un groupe qui ne m'est pas totalement inconnu : "the Talking Heads". J'avais déjà flashé il y a longtemps sur un de leurs singles ("once in a lifetime"), mais sans aller plus loin. Des magazines connus le présentent quelquefois dans leurs 300, 400, 500 (au choix) incontournables.
Hop, j'achète la chose, et j'écoute. Et ma foi, le choc. LE choc. Celui qu'on a 3, 4 fois maxi dans la vie de tout vrai fan de musique (vous savez, le frisson, là, dans le dos). Hé oui, c'est sublime.
Ce disque souffle le chaud et le froid en permanence. Une musique très pure, des rythmes pop, mais une ambiance complètement à part, clinique (le chanteur n'est pas loin de la dépression), 20 idées par titre, des ruptures de rythme, simple et complexe à la fois. Sublime.
Ecouter Air en priorité.
Ce disque est mon préféré, définitivement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Talking Heads., 24 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear of music (CD)
J'ai découvert le groupe deux décénnies après sa séparation et j'ai, bien-sûr commencé avec le "77".
Celui-ci m'a d'abord dérouté puis captivé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Les Talking Heads au sommet, 27 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear of music (CD)
L'album des Talking Heads que je préfère, avec 77. Tout est bon, le son est de grande qualité, de nombreux genres musicaux se mélangent.
Si vous aimez ce groupe, achat indispensable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Fear of music
Fear of music de Talking Heads (CD - 1998)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit