undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles14
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,49 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 avril 2011
Un disque pour l'éternité. Avec Voodoo Chile (Slight Return), Jimi inventait les riffs du hard rock. Une reprise d'All Along The Watchtower de Dylan qu'on ne pourra égaler, un morceau (Voodoo Chile) qui dure toute une face de vinyle, transpire le blues et préfigure le Band Of Gipsies. Un disque de légende qui a influencé des générations de musiciens.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Stevie Winwood et Chris Wood (Traffic), Jack Casady (Jefferson Airplane), Buddy Miles, Al Kooper... quelle belle brochette que voilà! C'est du lourd cette collaboration d'Hendrix pour mener à bien son Electric Ladyland (nous sommes en 1968), son oeuvre maîtresse, le sommet de sa courte carrière.
Voodoo Chile, Gypsy Eyes, And the Gods made Love, CrosstownTraffic et l'immense reprise de Bob Dylan, All Along The Watchtower... Allez, pas de commentaires, allez directement à la case départ (mais n'empochez pas la prime, lol !). Ah oui, le disque est signé du Jimi Hendrix Experience, autrement dit avec Noel Redding et Mitch Mitchell. Un des meilleurs albums de tous les temps, assurément !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2003
...ca serait celui la!
Le talent d'Hendrix a son apogee! Ce n'est certes pas son album le plus abordable au debut (surtout par rapport a Are You Experienced, plus facile d'acces, avec ses chansons plus destinees a la radio, comme "Hey Joe" ), mais c'est le pus abouti, avec une pleiade de musiciens invites.
N'oublions pas non plus qu'il s'agit d'un double album, initialement sorti en vynile, donc avec 4 faces, differentes des unes des autres. Personnellement, de Burning of the midnight lamp a Voodoo child (slight return), je trouve que tout s'enchaine, et l'excitation atteint son apogee a la fin.
Surestime, cet album? Certainement pas!
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Surestimé cet album ? tu as du faire une faute de frappe je suppose. Tu voulais dire sous-estimé ! Cet album est tout simplement magnifique !

Beaucoup de gens ne connaissent d'Hendrix que les chansons "radio" tel que "Hey Joe" "Purple haze" etc; C'est pas mal mais franchement l'Hendrix blues-psychédélique est encore bien meilleur.

Déjà rien qu'au niveau de la production, cet album à 50 ans d'avance. Je n'ai jamais écouté un album de cette époque aussi bien réalisé (non non pas meme sgt pepper qui lui est completement surestimé !)

Bon c'est plutot un album assez planant. Voodoo Chile est un long morceau blues absoluement magnifique. Le plus marquand pour moi, ca été surtout "1983...". En dehors du coté très psychébluesy du morceau, la construction du morceau ainsi que la facon de nous distiller ces petits sons avec précisions, légèreté, rraaaaaaaaaah l'extase ! (euh je m'emporte lol)

Pour fini, Voodoo Child (Slight Return) très connu, fini l'album sur un rythme endiablé à la Hendrix.

Seul bémol : le prix du CD n'est pas assez cher ! une vrai insulte au talent !lol !

pfff et dire que maintenant on doit ce taper la star académie ou oasis !
33 commentaires|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2008
Nous sommes en train de faire de notre musique une religion. Cela devient spirituel et nous voulons que ce soit considéré comme tel. Nous appelons notre musique "Electric Church Music". Certaines filles sont comme des églises pour nous. Il y a des groupies qui y connaissent plus en musique que beaucoup de types. Les gens les appellent des groupies, mais je préfère le terme "Electric Ladies". Mon album "Electric Ladyland" parle d'elles"

Soit disant inspirée par la scène du Bain Turc, aeuvre orientaliste du peintre Dominique Ingres, si la première version de la pochette de cet album ne fit pas trembler Trafalgar Square, il n'en fut pas vraiment de même outre atlantique : trop indécente, trop obscène aux yeux de la pudibonderie américaine. Aussi, si c'est par un portrait plus classique de son créateur que celle-ci fut remplacée, on remarquera également avec quelle légèreté et en fonction des diverses rééditions, combien d'autres illustrations lui furent imposées, sans jamais que soit pris en compte le vrai désir de son auteur... Néanmoins, sans aucun doute imperméable à tous ces aléas, unique tant par ses multiples visages que par l'âme qui en véhicule le propos, reste qu'Electric Ladyland est avant tout le jardin d'Eden électrique que tout amateur de rock se doit de posséder.

Sorti en octobre 68 sous la forme d'un double album, Electric Ladyland est le reflet exact de tout ce que le gaucher de Seattle fut, de ce qu'il a légué ou inscrit dans la mémoire collective. Car plus qu'un phénomène de société, Hendrix est un monde à lui seul. A la fois guitariste de blues rock, grand réconciliateur de courants jusque-là opposés, improvisateur hors pair et visionnaire par excellence, si l'homme vécu comme une étoile filante, son aeuvre si courte soit-elle, ainsi que ce disque, sont pour l'éternité l'écharpe d'Iris qui relie la terre et le ciel. N'oublions pas que nous sommes à la fin des années soixante ; que tout reste à écrire. Alors, Jimi écrit, brasse, devine, invente, jusqu'à dessiner les contours de toutes les émanations rock connues à ce jour. Le confirmant lui-même, le produit de cet album est ce qu'il a fait de plus personnel. Acid, blues, rock, hard, psychédélique, voire progressif, en fait, Electric Ladyland est une sorte d'espace de liberté dans lequel chaque tentative s'apparente à une sorte de premier pas en direction d'un nouveau continent. Le credo de Jimi : déconstruire pour mieux réinventer et ce, jusque dans la manière d'enregistrer. Par conséquent, si le lieu, comme le temps, commandent à l'exploration. On soulignera que ce qui agite, voire sublime la majorité des titres de cette aventure, va au-delà de l'inspiration, au-delà de la chose voulue, pour se magnifier en attitude romantique. A l'image de ...and The Gods Made Love, morceau en introduction qualifié « d'arc en ciel » par l'artiste, cette expédition au pays de la dame électrique dépasse de très loin la simple cause artistique, pour nous entraîner dans le sillage d'un stupéfiant signe d'espoir.

En s'appuyant sur l'alternance, compositions personnelles et reprises, tout au long de cet enregistrement, Jimi Hendrix se joue de l'équilibre des forces. Et s'il s'avère délicat de distinguer tel ou tel titre de la masse fusionnelle, comme de pointer du doigt quelques faiblesses anecdotiques, c'est néanmoins avec pertinence que l'on s'arrêtera quelques instants sur plusieurs plages représentatives de la partition proposée. Avec tout d'abord, deux créations : Voodoo Chile, véritable sculpture blues colorée par l'orgue de Stevie Winwood, dont les fulgurances s'élèvent vers un ailleurs improbable. Puis, 1983 (A Merman I Should Turn To Be) pièce sensible à tendance progressive qui, tout en poussant à l'extrême la transformation sociale d'un homme, surprend par sa guitare libérée de toute pesanteur, une rythmique au pas martial et un subtil échantillonnage de sons en arrière plan. Comme cela vient d'être évoqué, dans ce voyage à conséquences multiples, plusieurs morceaux sont également revisités. Tandis que chez d'autres, cette compagnie aurait pu gâcher l'ensemble, avec Jimi chaque emprunt se solde par une mise en relief inespérée. A ce titre, les reprises d'Earl King et surtout celle de Bob Dylan, All Along The Watchtower, surprennent tellement par leur modernité, sont tellement éloignées de l'aeuvre originale, qu'aujourd'hui encore, on en vient à douter de leurs réels actes de naissance. En effet, plus qu'un guitariste doué, un technicien hors pair, Jimi est à lui seul toute une somme de talents. Le hérault par lequel la musique se dressa vers une nouvelle éloquence. Moderne bien avant l'heure, celui que l'on surnommera bientôt le Voodoo Child nous livre avec cet enregistrement le testament du futur.

Au fait, le cliché qu'Hendrix désirait vraiment pour illustrer son album - choix personnel qu'il tenta vainement d'expliquer dans un courrier adressé à sa maison de disques - le représentait avec ses musiciens et des enfants posant au pied d'une statue... à visage de femme.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rarement album de rock n' a présenté autant de facettes de l' inspiration d' un artiste.
Et Jimi possédait un talent immense ! Orchestrateur visionnaire, guitariste hors du commun, grand mélodiste, chanteur émouvant, le génie multiforme d' Hendrix n'a pas fini de nous fasciner.
Tout cela est dans cet album miraculeux.
Le sommet de ce disque reste pour moi la Jam de plus de quinze minutes de "Voodoo Chile", pour moi un des plus grands moments de l' histoire de la musique afro-américaine au côté de "A Love Supreme" de Coltrane.
Vivez l' extase !
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2003
Chef d'oeuvre absolu ,l'album le plus aboutie que j'ai jamais entendu .tout y est ,le son futuriste,une orchestration parfaite, une creation inegalée .cet album a 50 ans d'avance sur son temps et jimi montre qu'il est bien l'un des plus grand genie de l'humanite a l'egal de einstein,leonard de vinci ou encore scheakspeare.JIMI montre qu'il est bien un artiste extremement complet cet a dire un guitariste extraordinaire,un compositeur de genie et un createur de sons extremement futuriste toujours inegalé a se jour.l'album est une veritable furie musical qui est composer par la ballade soul psycedelique 'HAVE YOU EVER BEEN(TO ELECTRIC LADYLAND)',le hit soul street funky 'CROSSTOWN TRAFFIC' ,le blues delta extraterrestre 'VOODOO CHILE' ,le gospel soul rock 'LONG HOT SUMMER NIGHT',le funk 'GYPSY EYES',l'etrange wha wha de 'BURNING OF THE MIGNIGHT LAMP',le superbe jazz-soulfunkygroovy ' RAINY DAY DREAM AWAY',la superbe ballade psycedelique interminable '1983...(A MERMAN I SHOULD TURN TO BE)' ,le jazz-funk-rock au superbe solo de guitare wha wha 'STILL RAINING STILL DREAMING',le hard funk militant au son enorme 'HOUSE BURNING DOWN',la superbe interpretation de Dylan competement transforme qu'est 'ALL ALONG THE WATCHOWER' et pour terminer en toute beaute un etrange hybride de soul,de funk,de blues et de hard-rock accompagne d'une wha-wha percutive et revolutionnaire et de solo de guitare surnaturel 'VOODOO CHILD(SLIGHT RETURN)' apres cette album la musique ne seras plus jamais la meme
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'était bien un enfant vaudou, Jimi, quand il met au monde, avec Noel Redding et Mitch Mitchell, "Electric Ladyland" le dernier album du trio magique. Cet album relève de la Magie Noire, de la Magie Blues, du Sortilège, d'un Autre Monde.

Chaque morceau est un univers en soi et aurait pu donne naissance à un concept album. Repassez-vous en boucle "Crosstown traffic", les deux "Voodoo chile", "All along the watchtower", "House burning down"...c'est comme si c'était la première fois.

Ce guitariste était non seulement super doué, comme seul un Clapton inspiré l'était, mais il portait en lui un monde infini de possibilités artistiques.

Il n'était pas de notre galaxie et ses oeuvres n'appartiennent qu'à lui. Il nous a donné la chance de pouvoir les entendre puis a bêtement trouvé le moyen de mourir sans que le plus étonnant ait été accompli.

Il nous reste "Electric Ladyland" en guise d'aboutissement. Un des 5 de l'ile déserte.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2000
Ce disque est une référence historique : apogée de la carrière d'Hendrix, arrangements instrumentaux fabuleux, complexes et novateurs, le premier album de fusion, exploration de toutes les tendances, de tous les sons. Chaque écoute est une découverte, une phrase musicale innattendue, des rythmes et des harmonies si diverses, entre Greenwich Village, Deep South et Londres des late 60ies, les meilleurs musiciens du moment, les meilleurs boeufs de la scène de l'époque et le meilleur de tous : Jimi Hendrix comme chef d'orchestre.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2005
Une piece musicale rare, d'une qualité hallucinantes, a ranger a coté des meilleurs albums des Beatles dans n'importe quel discographie qui porte son nom ...
Les meilleurs : Crosstown Traffic, Burning Of The Midnight Lamp, la reprise de Bob Dylan All Along The Watchtower, et l'enorme Voodoo Child Slight Return qui est selon moi a l'origine du hard rock et tout ses derivé hardcore actuel .
Un album INDISPENSABLE, que ce soit pour le fan que pour n'importe quel amateur de musique, pas seulement de rock puisqu'il y a de tout dans cet album, egalement du blues et du jazz .
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)