Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bien qu'il se méfiait qu'on considère sa "London Symphony" comme une musique descriptive.., 8 février 2009
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vaughan williams london symphony (CD)
...Vaughan Williams ne désavoua pas le programme énoncé par Albert Coates quand celui-ci la joua en 1920, y décelant les échos de Big Ben, la harangue d'une marchande de lavande dans le quartier de Bloomsbury, l'agitation citadine de la vie nocturne sur la rive sud de la Tamise...
Ecrite à l'instigation de George Butterworth, la partition avait été initialement entendue le 27 mars 1914 sous la baguette de Geoffrey Toye au Queen's Hall et connut une révision en 1918, avec un finale écourté sur le conseil d'Adrian Boult qui l'exécuta en concert, recevant alors les louanges du compositeur : « ce fut véritablement splendide... puis-je vous dire combien j'ai aimé votre direction ? »

En janvier 1952, le maestro anglais gravait en microsillon cette symphonie pour Decca, inaugurant une intégrale complétée avec la 9° captée par le label Everest.
Tiré de la seconde intégrale, confiée aux micros d'EMI, le présent CD réédite l'enregistrement de mars 1971.
On notera distinctivement le tempo sans alanguissement adopté pour le Lento, au sein d'une interprétation qui exalte vaillamment la chatoyante écriture orchestrale de son auteur qui considérait cette oeuvre comme une de ses favorites.

L'étreignante "Fantasia on a theme by Thomas Tallis" révèle une admiration pour la musique du XVI°-XVII° Siècles et rappelle aussi la dilection des compositeurs britanniques pour les effectifs de cordes.
Les archets du London Philharmonic en livrent une lecture solennelle, sobrement émouvante, parfois un brin épaisse, que l'on peut apprécier en complément de la pénétrante acuité de Constantin Silvestri à Bournemouth ou de la chaleureuse connivence de John Barbirolli avec le New Philharmonia.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit