undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Easter
  • Commentaires client

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles14
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
11
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Easter » est le troisième disque de Patti Smith qui revient déjà de loin … et déjà du funeste « Radio Ethiopia », successeur indigne du fantastique « Horses ». « Easter » est un disque accessible, bien que le terme soit à manier avec précaution dès lors qu’il s’agit de la Smith. Entendez par là qu’il vaut mieux laisser de côté l’aspect prêchi-prêcha mystique suggéré par le titre du disque, le morceau du même nom, ou « Privilege » dont le texte est adapté d’un psaume. Je zappe aussi le côté poétesse pour adulescents toujours mis en avant (une photo de Rimbaud le jour sa communion dans le livret) parce que Rimbaud me gave et que j’ai toujours préféré Baudelaire, et surtout parce que moi ce qui me plaît, c’est le rock, et que quand tu commences à le fourrer avec des références trop savantes, tu fais des daubes …
Musicalement, « Easter », ça déménage, c’est rock, urbain, sale et velu. Comme les aisselles de la Patti sur la photo de pochette, (et comme certaines photos des débuts de PJ Harvey, son évidente fille naturelle) qui montre clairement la différence entre une femme et un objet en quadrichromie sur un magazine de mode. Patti Smith n’est pas belle, elle est juste vivante, et avec son historique Group, elle envoie le bois. Faut dire qu’elle a pas mal d’amis sur qui compter. Ses ex, Robert Mapplethorpe pour les photos du livret (celle de la cover est d’une autre pointure new-yorkaise, Lynn Goldsmith) ou Allen Lanier (du Blue Oyster Cult, dont Patti Smith a très bien connu plusieurs membres, et pour lequel elle a écrit des textes) ; mais aussi des amis, comme Tom Verlaine (Televison) crédité aux arrangements sur un titre, ou un certain Bruce Frederick Springsteen, co-auteur du légendaire « Because the night ».
« Because the night », un des meilleurs titres de leurs deux répertoires (pièce essentielle des concerts du Boss), immense classique des seventies américaines et qui pratiquement à lui seul justifierait la possession de ce « Easter ». Coup de bol, c’est pas toujours le cas dans la disco de la Smith, le reste est à l’avenant. Avec d’autres titres forts de la grand-mère de tous les punks new-yorkais. « Rock’n’roll Nigga », est un titre enragé contre l’exclusion et peut aussi passer pour un manifeste féministe, « Till Victory » débute le disque façon hymne pour stades (« Easter » est un disque « signifiant » voire intello, mais qui fonctionne superbement au premier degré musical, assez rare pour être souligné), « Privilege » sonne musicalement méchant comme du BOC, « We three » est une ballade déglinguée qui devrait ravir tous les fans de Stones en général et de Keith Richards en particulier, « 25th floor » c’est juste du classic-rock américain, ce qui est déjà pas mal, « Space monkey » est un rhythm’n’blues lourd et moite, … Patti Smith plonge dans le passé pour réhabiliter la culture indienne (« Ghost dance », prière musicale basée sur une danse traditionnelle), rajoute juste un de ces titres déclamatoires pas toujours très heureux dont elle se délecte (ici « High on rebellion », c’est supportable), et conclut le disque par « Easter », ballade-berceuse et poésie rimbaldienne mise en musique, ouais, bof …
« Easter » tout comme « Horses » est un disque charnière, pas tant pour le rock en général (même s’il est très bon), mais plus encore pour l’image et le rôle de la femme dans cette musique extrêmement machiste et misogyne. L’influence de Patti Smith, ici débarrassée d’à peu près tous ses oripeaux arty qui peuvent rebuter, se cantonnant à du rock en prise avec son temps, sera déterminant pour l’émergence et la reconnaissance de tous les talents féminins apparus durant la vague punk
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En 1978, Patti Smith est pour moi l'image même de la rockeuse sexy et la pochette d'Easter m'a toujours procuré un trouble discret. Elle aisselle que je croyais.

Plus de 30 ans après, le 24 avril 2013, j'assiste au concert qu'elle donne dans la Cathédrale de Bourges.
Seulement accompagnée de son guitariste/chanteur Tony Shanahan, elle est certes, moins sexy, avec son bonnet vissé sur la tête, mais elle va durant une heure et demie, habiter ce lieu impressionnant et froid.

Toujours décontractée, passionnée et drôle, parlant souvent entre des chansons qu'elle a visiblement choisies avec soin, riant des problèmes techniques (les guitares n'arrêtent pas de se désaccorder -le froid dit-elle, elle oublie des paroles -le froid dit-elle, elle rate des accords, le froid aux doigts...elle a livré un concert formidable, tirant partie de l'acoustique sensationnelle du lieu.

Toutes ses chansons ont mis en avant la spiritualité sous toutes ses formes. Quand elle annonce "Dancing Barefoot", elle évoque Jesus et le passage de l'Ancien Testament "Jonas et la Baleine"...et Pinocchio (avant de dire un peu plus tard, qu'au fond elle a dit ça au hasard -tu parles).
Elle chante aussi, magnifiquement accompagnée au piano, "It's A Dream" de Neil Young, un grand moment de tendresse nostalgique et d'émotion.
Suit un hommage à Richie Havens, en nous faisant chanter avec elle..."Here comes the sun" !

Ce sont des rubriques nécrologiques plus anciennes qui servent de présentation au toujours sublime "Because The night" (en mémoire de son mari Fred "Sonic" Smith) et la belle "Maria" (en hommage à son amie Maria Schneider).
Il faut aussi citer "Constantine's Dream" (en hommage à St François d'Assise), "Pissing in a river" et "People have the power", denière chanson qu'elle livre en rappel. Seul bémol : j'attendais avec impatience le "Jesus died for somebody's sins but not mine" de Gloria. Elle n'a pas osé. Il faut croire que le public non plus, puisque dès la fin du 1er rappel, il quitte la cathédrale (le froid...).

Un lieu incroyable, un concert à taille humaine, pour celle qui reste, plus de 30 après, la grande prêtresse du Rock.
1414 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2009
Patti Smith la grande à ses plus beaux moments. Voix troublante, musique envoutante. Tout est à la hauteur de sa légende qui ne peut que la placer au meilleur endroit des critiques rocK. A écouter absolument. A posséder dans sa collection de disque comme un jalon incontournable.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2002
Patti Smith fait partie des quelques artistes du rock américain qui n'ont jamais déçu. Chacun de ses albums est un classique et Easter ne fait pas défaut à cette règle.
Il s'agit d'un album étonnament varié et pourtant toujours cohérent. Les références bibliques et poètiques sont omniprésentes. Outre le fameux "Because the night" (co-écrit avec Springsteen), on retrouve de véritables joyaux comme "Rock'n'roll nigger", "We shall rise again" et surtout la magnifique chanson titre "Easter". De tout façon, il n'y a pas une seule fausse note sur ce disque : chaque titre est indispensable.
Ceux qui aiment le rock à l'état brut et la poèsie ne seront pas déçus.
We love Patti !!!
0Commentaire|35 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2002
La sortie d'Easter fut ressentie, dans un premier temps, comme une trahison pour les fans de l'androgyne Patti : quoi ! la diva postpunk osait s'aventurer sur les terres du pop-rock commercial ? Vingt-quatre ans plus tard, cet album demeure le plus gros succès commercial de Patti Smith. Et aussi son album le mieux arrangé (tout comme le très sous-estimé "Dream of Life"), grâce au magicien Jimmy Iovine. Les mélodies y coulent de source (superbe "We Three" !), le rock y est limpide ("Space Monkey", "25th Floor"), et puis il y a LE tube springsteenien ("Because the Night"). Ce digipack contient aussi "Godspeed", qui fut la face B du 45 T : selon moi, il s'agit de LA meilleure chanson de Patti ; une chanson où elle n'hésite pas à casser sa voix, sur un crescendo musical syncopé.
Bref, cet opus est indispensable dans toute discothèque pop-rock qui se respecte, au même titre que les albums "Born to Run" (Springsteen), "Breakfast in America" (Supertramp) et "Hotel California" (Eagles), tous parus eux aussi dans les années soixante-dix. Même si les purs et durs préféreront toujours l'inoubliable "Horses" de la grande Patti...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2012
J'avais revendu mon vinyl il y a longtemps, et finalement, cet album me manquait !
Il faut dire qu'avec "Horses" cet album restera incontournable !
Enregistrement remastorisé; Super ! Et plusieurs tubes mytique sur cet album...
Là aussi, un must .
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2011
Un des meilleurs album de Patty Smith !
J'ai découvert le vynil par ma mère et j'ai décidé de me le racheter en cd , un de ces disques cultes qu'il faut avoir !!! ;-)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2012
Parfait.un album original.......que je possédais avant en vinyle.Enfin rien a redire,pour moi c'est le meilleur........que des bons souvenirs. Je recommande.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2014
Attention, une fois goûter à ces ambiances musicales c'est prendre le risque de ne pouvoir plus s'en passer ; même, voire surtout, dans le contexte musical actuel ; une question de génération ? ... pas sûr ; peut-être une question d'oreilles ... i.e. de l'état de ses oreilles ! Bonne découverte (éventuelle) et bonne écoute.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2012
Une énergie constante dans des chansons brutales et langoureuses à la fois sans que les aspects contradictoires se fassent obstacles. La recherche du bonheur qui se cogne à la réalité du monde. Pas une ride, la grand-mère !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €
13,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)