undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles17
4,3 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Iron Butterfly n'a jamais cassé trois pattes à un canard. Les fumeurs de tarpés, gobeurs de LSD ou consommateurs d'amphés (même les autres), qui ont vécu le passage entre le flower-power et le heavy metal vous le diront. Sans leur titre planétaire In-A-Gadda-Da-Vida (N° 30 aux States), l'histoire du rock n'aura certainement pas retenu leur nom. Seulement voilà... il y a ce titre sur l'album du même nom (juillet 1968), écoulé à plus de 30 millions de copies (plus de 100.000 en France, alors que chez nous, nous en étions encore aux yéyés et aux variétoches). Ses 17 minutes psychotropes sont entrées dans la légende et personne ne peut en discuter. Ce disque, leur deuxième mais le premier de platine de tous les temps, se résume essentiellement à ce trip sonore fait d'un riff de guitare assassin, appuyé par un orgue (et un Doug Ingle sous acid) shooté, voluptueux, et porté par une voix forte et envoûtante laquelle éructe un borborygme naïf, autour duquel viennent se greffer, un solo de batterie hypnotisant, un peu longuet, puis d'orgue, une guitare mise au supplice (Erik Brann sort des notes plaintives effrayantes), avant que le riff original ne réapparaisse accompagné d'un gargouillis de paroles illuminées similaire à celui du début. C'est très basique, pas forcément original, mais c'est gagnant, et ça occupe plus de la moitié d'un disque que l'on s'arrache uniquement pour ce passage. Car le reste (autrement dit la face 1 du vinyle) est complètement mis sous l'éteignoir. Des 5 titres présents, je mets quiconque au défi d'en citer un seul. Personne n'a acheté ce disque pour la quinte de remplissage accompagnant le titre culte. Personne. Même en s'y penchant d'un peu plus près, plus de quarante années plus tard, sa face initiale demeure toujours aussi stérile. De là à les montrer du doigt comme étant le groupe d'un seul disque, voire d'un seul titre, je ne rentrerais pas dans ce débat, ayant trouvé matière à satisfaction dès le précédent LP. Sans ce genre de déblayeurs, le heavy metal aurait-il suscité les vocations de Metallica ou autres Iron Maiden ?
0Commentaire4 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2013
Il y a 30 ans que j'écoutais In-a-Gadda-Da-Vida sur vinyle bien entendu enfin, j'ai retrouvé en CD et je l'écoute.... je l'écoute !..
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Iron Butterfly s'est formé en 1968 pour jouer une musique pop-rock psychédélique. Ce groupe connu un succès phénoménal avec un titre de plus de 17mn " in-a-gadda-da-vida" où le solo de batterie, tout en échos, reste dans toutes les mémoires. Cette réédition sortie en 1995 est intéressante, nous retrouvons "in-a-gadda..." en live que je trouve meilleur qu'en studio.
0Commentaire3 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2013
CAR C EST UN GRAND CLASSIQUE DE CETTE ANNEE LA ET ON NE S EN LASSE PAS ,POUR CEUX QUI AIME LES SOLOS DE BATTERIE C EST UN TOP
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2013
C'est un album CD de collection est très complet.
J'avai la K7 audio de cet album, il était temp que je l'achète en CD.
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Daube. Sauf le thème : 4 minutes, à peine. N'est pas Pink Floyd, ou Yes, ou King Crimson, qui veut. Aucune réelle mélodie, aucune inventivité, aucune création : le thème est répété à l'envi pendant 17 minutes. Ravel est bien loin... Finalement le 45 tours, 3 minutes, inclus ici, est largement suffisant ! L'ex face 1 du vinyl est du pur, nul, remplissage. La version live est nulle. Évitez ça et écoutez plutôt "Atom heart mother" ou surtout "Meddle" voire, à l'extrême rigueur "Close to the edge" de Yes (que je n'aime pas trop, mais on sent la différence dans le talent).
Bon il y a pire, et ça s'écoute... en fond sonore...
22 commentaires3 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 3 septembre 2009
Le groupe d'un seul morceau . Un solo de batterie emblématique. Une couverture de LP puis de CD typique du rock west-coast de la fin des années 60 (1967, Summer of Love et ses light-shows) .

D'emblée, dès la première écoute, j'ai su que c'était de la daube, du nul, du surfait. Le batteur est misérable (voir ce que Baker et Moon étaient capables de faire). Le guitariste et l'organiste sont dignes de figurer dans un orchestre de tournée de Dario Moreno ou de Johnny Hallyday années psychédéliques (arf, arf, arf.). Quant au bassiste (je n'ose même pas évoquer les mânes d'Entwhistle ou les doigts de Bruce), j'espère qu'il s'est retiré dans un couvent de frères trappistes situés dans le Désert de la Mort.

R.I.P. In A Gadda La Vida.
66 commentaires3 sur 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
20,92 €