undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles21
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
21
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 novembre 2011
Je reste toujours admiratif en lisant les explications musicologiques des commentateurs qui m'ont précédé. J'avoue que je suis bien incapable d'expliquer pourquoi telle interprétation l'emporte sur d'autres. Pour cela, je fais confiance aux spécialistes.
Par contre, ce qui me frappe à l'écoute de ce CD (je n'ai malheureusement pas la possibilité d'exploiter la piste SACD avec un matériel à la hauteur), c'est l'extraordinaire qualité de l'enregistrement et sans doute du mixage et de la remasterisation. Indiscutablement, il s'agit d'un CD de référence pour tester une installation audiophile. Certes, la qualité de l'enregistrement est telle que ce disque fera chanter les systèmes les plus ternes, mais il poussera à l'extrême les systèmes HDG.
J'ai rarement entendu un étagement et une spatialisation aussi réalistes, des instruments aussi détourés, des basses aussi présentes physiquement (contrebasses, timbales, cuivres). La dynamique est tout simplement extraordinaire. Un autre commentateur a parlé de faire vibrer les murs avec le coeur. On ne peut mieux dire, si vos enceintes tiennent le choc, c'est sûr, les murs vont vibrer et vos voisins avec. Et sur un morceau comme La Nuit sur le Mont chauve on imagine ce que cela peut donner !
Et il semblerait que tous les enregistrements de living stereo soient du même tonneau... Cela donne l'eau à la bouche.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2010
... n'a rien à envier à la Hi Fi de la fin des années 50 ! Un programme de musique russe superbe, un Chicago Symphony Orchestra rutilant, un vrai chef à la baguette en la personne de Fritz Reiner, tels sont les ingrédients de CD ! Le son "Living Stéréo" est proprement stupéfiant ! "Les Tableaux d'une Exposition", écrits pour piano par Moussorgsky, ont fait l'objet d'orchestrations par divers musiciens, mais la seule orchestration passée à la postérité est celle de Ravel, symphoniste de génie qui met dans une musique russe "l'élégance et le raffinement à la française" ! ... Les autres pièces sont intéressantes, surtout, "La Nuit sur le Mont Chauve" dans la version de Rimsky Korsakov (on ne connaissait que cette version jusqu'en 1968 ... avant qu'on ne découvre le manuscrit original de Moussorgsky), et l'entraînante ouverture de Glinka : "Russlan et Ludmilla" qui est typiquement une œuvre de début de concert tant elle met en bonne humeur !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2014
1 très bon cd pour ceux qui voudraient découvrir les opéras russes.
A acheter sans crainte et à écouter les yeux ferméq
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Fritz Reiner diffuse de l'Energie...Que ce soit Bartok, Beethoven ou ici Moussorgsky,...La partition est empoignée, secouée, pressée et il en sort un "jus" musical férocement endiablé?. Fritz Reiner est ici à la hauteur de ce qu'il sait faire le mieux...Impulser une sorte de force Vitale...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
...écrit le Guide Fayard des Indispensables du CD
Pour accomplir cet exploit, il fallait une phalange d'élite : l'orchestre de Chicago, « fort d'une section cuivres légendaire et d'une discipline à toute épreuve, demeure l'outil taillé sur mesure » nous rassurait François Dru dans son dossier consacré aux "Tableaux d'une exposition" dans le magazine Diapason n°574 (novembre 2009, page 71).
Cette interprétation du 7 décembre 1957 se distingue par son implacable rigueur d'exécution, qui n'exclut pas la sensibilité.
Certains enregistrements qu'on dit mythiques déçoivent parfois à la longue. Pour moi, ce ne fut jamais le cas de celui-ci : cette version ne trahit pas sa réputation.
La perfection n'est pas de ce monde, et l'on pourrait s'ingénier à traquer quelques failles d'exécutions ou impuretés stylistiques. Après moult écoutes, je n'ai rien trouvé qui encourage pareille mesquinerie.
Retenue, grandeur et dignité peuvent caractériser le ton de l'approche.
Dès la première Promenade, on peut admirer le galbe des cuivres américains. Les équilibres entre pupitres : dans "Gnomus", le dosage bois / trompettes du Meno mosso (1'41). La crécelle ne précipite pas une conclusion sur les chapeaux de roue, comme on l'entend souvent ailleurs.
Le "Vieux Château" distille d'hypnotiques mélanges instrumentaux, d'une délicatesse aussi exquise que suave.
On remarquera que "Bydlo figure parmi les plus lents de la discographie : en 3'26 (noire à 38), le char à boeufs se traîne péniblement. En des mains moins expertes, on guetterait l'emphase. Ici c'est l'émotion qui domine, à mesure que l'attelage laboure son sillon.

Le "Ballet des Poussins" fournit un autre modèle de tact, tant les piaillements de flûte, hautbois et clarinette n'agressent pas l'oreille mais charment délicieusement. Dans le Trio (0'32), on notera la méticulosité du percussionniste quand les baguettes frappent alternativement la peau ou la caisse métallique.
Dans "Samuel Goldenberg et Schmuyle", on trouve un gage de fidélité à la partition : mesure 8, tous les cordes et bois doivent se taire un demi-soupir avant que la trompette ne gémisse sa complainte, sauf les violoncelles qui doivent maintenir leur ré bémol pendant une croche. Tendez ici l'oreille à 0'38, vous entendrez avec quelle précision le chef hongrois respecte cette indication de Ravel.
Au demeurant, le caractère de ces deux portraits hassidiques trouve ici une convaincante incarnation : l'arrogance moralisatrice contre l'infortune plaintive.
Encore besoin de preuves ? Écoutez la fulgurante escalade des trompettes lors des quatre dernières secondes du "Marché de Limoges" !!!
Les cuivres des "Catacombes" qui soignent le coloris plutôt que l'éclat.
Pourtant, la férocité de "Baba Yaga" ne se trouve en rien édulcorée. La "Grande Porte" de Kiev éblouit par sa majesté, sa pureté, sa transparence, sa lisibilité, sa parure en pourpre et or : mesure 81 (2'31), la noblesse du cortège qui s'agrège autour des tintements de cloches et tam-tam. Mesure 97 (3'01) : est-ce outrer la louange si l'on dit que le stylo tombe des mains en admirant l'apparition en gloire du thème chanté aux trois trompettes et glockenspiel ?

A ce niveau, et auréolé par une prise de son qui éclipse la plupart des concurrents, comment prétendre ombrager un tel sommet de l'art interprétatif ?

Quant aux compléments de programme, ils trônent à la même altitude : voilà un CD qui perpétue la légende.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2011
RCA VICTOR avec ces LIVING STEREO est le pendant de MERCURY LIVING PRESENCE. Ces deux labels américains, pendant plus de dix ans ont produit le plus grand nombre de références discographiques.Lorsque vous verrez les noms du tandem Richard Mohr, Producteur et Lewis Layton, recording Engineer, n'hésitez surtout pas, car vous être en présence d'un joyau sonore insurpassé.
Ce grand chef Hongrois émigra aux USA en 1922. Après Cincinnati, Philadelphie et Pittsburgh, il est nommé chef permanent à Chicago de 1953 à 1963 ou sa réputation lui vaut un contrat avec la RCA qui lui consacre une collection pour lui tout seul. Le présent disque s'ouvre en fanfare sur le thème de Promenade des très fameux et célèbres TABLEAUX D'UNE EXPOSITION de MOUSSORGSKY, partition de piano orchestré par le génie de Maurice RAVEL. Au velouté de la trompette suit la rondeur des cuivres et les oeuvres suivantes défilent dans une splendeur sonore inégalée dans leurs irisations luxuriantes de timbres par un très grand orchestre de virtuoses. A découvrir d'urgence.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2011
Electrique Reiner. Tétanisant, sauvage, brutal et raffiné. Le Gengis Khan des chefs d'orchestre frappe très fort, et sur une enclume de bronze. C'est sidérant. On peut tiquer sur le caractère commercial, volontiers grand public de son répertoire - mais l'interprétation est d'une telle splendeur, on ne peut que s'incliner. Toute la série Mercury "Living Stereo" est d'ailleurs de la même eau - précipitez-vous sur les enregistrements d'Antal Dorati, notamment.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mars 2012
Tout d'abord il faut souligner la qualité de la prise de son et la restitution sur SACD qui rend cette enregistrement vraiment passionnant, et très réaliste. Ensuite la qualité légendaire des cuivres du BSO n'est pas forfuite. Ecoutez le pupitre de trompettes dans l'ouverture, "la grande porte de Kiev" ou bien encore dans "Samuel Goldenburg et Schmuyle", tout simplement exceptionnel. De même que le tuba dans "Bydlo"...Enfin ajoutez à cela les tempi toujours justes du terrible Fritz Reiner et vous avez une version de référence. Le complément de ce SACD mérite également d'être connu.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2010
L'orchestre très bien remasterisé nous fait redécouvrir des tableaux qui dans d'autres versions sont souvent assez "pompier". La "noirceur" de la nuit sur le mont chauve est assez impressionante
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2016
Un enregistrement d'il y a presque 60 ans... INCROYABLE ! Une qualité technique meilleure que bien des enregistrements actuels, avec une prise de son frôlant la perfection. Et que dire de l'interprétation ? Décoiffante !!
Tout cela parfaitement restitué par ce SACD que chaque amateur se doit de posséder.
Une merveille
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)