Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ahmad deus..., 25 octobre 2014
Par 
oiseau de nuit (Quelque part dans le Sud Ouest...) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Awakening (CD)
Les amateurs de jazz le savent très bien : ce disque paru sous le label Impulse (!) en 1970 est l'illustration parfaite de la session réussie en terme de trio. « The Awakening » en vient même à procurer une ivresse indécente... Une ivresse émotionnelle, une ivresse artistique qui ne dira jamais son nom. Et si cette galette trouve encore Grâce aujourd'hui auprès de nous autres mélomanes et musiciens, c'est bien parce qu'elle y paraît plus musicale que jamais, c'est à dire extrêmement mélodique et en même temps si profonde, si complexe, si essentielle, et surtout si évidente. Car, oui, "The Awakening", c'est l'évidence même du jazz, au delà des poncifs et des clichés que celui-ci a pu véhiculer. Les doigts du pianiste Ahmad Jamal montent et descendent librement sur l'échelle de Jacob. Agé de quatrevingt-quatre ans cette année et toujours en activité, comme en témoigne la parution de son tout dernier album Featuring Yusef Lateef Yusef - Live 2012 paru sous le label Village records, le pianiste apparaît ici, lors de cette session studio historique beaucoup plus aventureux, beaucoup plus volubile en tout cas qu'avec son trio historique quand le pianiste jouait aux côtés de Vernell Fournier et Israel Crosby (on réécoutera par exemple avec beaucoup d'enthousiasme et de passion At The Pershing et surtout The Complete Live at the Spotlite Club, tous deux enregistrés en 1958).

L'identité musicale d'Ahmad Jamal est toujours la même bien entendu, mais lors de cette session studio, le pianiste atteint des sommets insoupçonnés. Même les sessions live de la même époque que l'on trouve dans ce double album édité tout récemment sous le label Impulse!, Poinciana Revisited & Freeflight n'atteignent pas le niveau d'excellence de The Awakening. C'est donc bien un disque que l'on peut se procurer les yeux fermés, que l'on soit amateur ou néophyte en jazz, peu importe. La musique parlera toujours d'elle-même. Le répertoire choisi par le pianiste favorise les complications polyphoniques les plus hallucinatoires qui soient (comment ne pas tomber à la renverse lors de cette introduction monumentale dans "I Love Music" ?). Composée de sept pièces aussi réussies les unes que les autres dont trois compositions personnelles parmi lesquelles "The Awakening", "I Love Music" et "Patterns", l'oeuvre se compose aussi de standards : "Dolphin Dance" avait été composé et joué une première fois par le quintette tout acoustique du pianiste Herbie Hancock dans la fameuse galette Maiden Voyage (on sera d'ailleurs avisé d'écouter les deux versions ainsi que celle interprétée par Bill Evans dans l'un de ses tout derniers disques, le magnifique I Will Say Goodbye). "You're My Everything" est une composition de toute beauté signée Mort Dixon et Harry Warren, dont quelques versions inoubliables subsistent ici et là (personnellement, j'aime particulièrement la version de Miles dans Relaxin' With The Miles Davis Quintet).

Enfin "Stolen Moments" composition magnifique que l'on pensait immortalisée à jamais par Oliver Nelson dans ce chef-d'oeuvre absolu qu'est The Blues And The Abstract Truth (paru lui aussi sous le label Impulse!) reste sous les doigts du pianiste une merveille des merveilles (sens de l'espace, ostinatos puissants, main gauche très appuyée). Last but not least, un dernier thème, une balade d'une douceur exquise, intitulée "Wave", composée par le guitariste Antonio Carlos Jobim et qu'un certain Frank Sinatra reprendra d'ailleurs avec le guitariste-compositeur dans Sinatra/Jobim - The Complete Reprise recordings. "Wave" se trouve ainsi travesti sous la férule d'un trio en état de grâce. Entouré de Jamil Nasser à la contrebasse et de Frank Gant à la batterie, Ahmad Jamal livre là un disque d'une intensité peu commune (en quarante minutes, l'essentiel est dit). The Awakening est bien entendu devenu une borne dans l'histoire du jazz et sa réputation n'est plus à faire. L'on pourrait passer des heures à disserter sur le goût de la variété rythmique et des couleurs harmoniques, des traits véloces du piano de Jamal, cet art de la rhétorique en jazz sans jamais flatter l'égo des musiciens et des auditeurs. Sans mélo, sans pathos et pourtant une certaine dramaturgie est belle et bien là ("Stolen Moments" morceau au cours duquel le trio confirme l'extraordinaire sensibilité à la recherche harmonique. Le trio atteint de toute évidence un épanouissement harmonique qui confine à la beauté atemporelle. Chef-d'oeuvre, forcément.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Prise de son exceptionnelle !, 18 février 2014
Par 
Darko "From Hell !" (Bretagne - France depuis 1492) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Awakening-Remast. [Digi] (CD)
Sans doute techniquement pas le meilleur album d'Ahmad Jamal, mais ce "the awakening", enregistré les 2 et 3 février 1970 au Plaza Sound Studio de New York pour le label Impulse, bénéficie d'une prise de son assez exceptionnelle ! La dynamique, la résonance, les harmoniques, tout y est somptueux, tout y sonne merveilleusement juste ! Les compositions ne sont pas en reste non plus : "The awakening", "I love music", "Patterns", "Dolphin Dance" "y'ou my everything", Stolen moments", "wave" , autant de titres qui mettent en valeur le jeu très rythmique du pianiste pour un peu plus de 40:00 mn de jazz trio intimiste ...

Ahmad Jamal n'est plus accompagné sur ce disque de ses compères de la grande époque, Israel Crosby (b) et Vernel Fournier (d), il s'est toutefois dégotté une nouvelle section rythmique talentueuse composée de Jamil Nasser (b) et Frank Gant, (d) des musiciens qui servent son jeu à la perfection, formant ainsi un trio homogène d'un grande sensibilité, mais au groove implacable...

Un album qui sonnait pour ce grand pianiste comme une magnifique renaissance après un passage à vide une peu difficile au milieu de sixties....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand pianiste, 27 septembre 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Awakening (CD)
Et par la même occasion un grand disque de plus pour le label Impulse!
Il suffit d'écouter le merveilleux "I love music", qui tient à la fois du miracle et de la leçon de piano. Le "reste" de l'album est tout aussi maîtrisé, quand bien même certains thèmes sont plus classiques. Les rappeurs américains ne s'y sont d'ailleurs pas trompé en y allant puiser de très bons samples (voir "The World is Yours" sur le 1er album de Nas).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit