Commentaires en ligne
Goo


5 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable et excellent comme toujours, 22 novembre 2005
Par 
Alexis Bidault "Ex-Cowboy" (Tours, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goo (CD)
‘Goo’ est le premier album de Sonic Youth pour une major mais également, et surtout, le premier album faisant suite au génial et séminal ‘Daydream Nation’. Plus qu’une hypothétique compromission commerciale, le véritable problème est de pouvoir rebondir après un tel chef d’œuvre. Les new-yorkais s’en acquittent plus qu’honorablement, délivrant une nouvelle collection de classiques soniques globalement à la hauteur des espérances. La tonalité et les riffs sont sans doute plus ancrés dans le rock que précédemment et les structures sont dans une moindre mesure plus traditionnelles que sur Daydream Nation, ce qui contribue à faire de Goo un disque plus accessible et un peu moins radical. Les guitares sont bien évidemment toujours l’essentiel ici, et sont au fidèles au poste, pervertissant le rock avec enthousiasme (‘Dirty Boots’, ‘Kool Thing’, ‘Mary Christ’, ‘Mote’) ou se découvrant des vertus presque atmosphériques et planantes à coups d’accords répétitifs et d’arpèges audacieux sur une bonne moitié du disque (‘Disappearer’, ‘Tunic’, ‘Cinderella’s Big Score’), le dernier morceau synthétisant le tout de manière jouissive (‘Titanium Expose’).
Souvent mal-aimé par les fins connaisseurs du groupe, ‘Goo’ pâtit en effet un peu de sa sonorité, qui rogne un peu sur le tranchant des guitares et tend à étouffer la puissance du groupe, en ne rendant pas totalement justice à la qualité des compositions. Même si c’est probablement involontaire, cela contribue à donner une identité sonore au disque.
Quoi qu’il en soit l’album est une pierre angulaire de la discographie des américains, ouvrant une nouvelle ère féconde dans leur créativité, et ne saurait être ignoré par quiconque s’intéresse au rock indépendant et expérimental. Indispensable évidemment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mélodies noisy, 10 décembre 2009
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goo (CD)
« Goo » est le premier disque de Sonic Youth sur une major, Geffen, après dix ans passés à se construire une crédibilité en béton armé dans le circuit indépendant.
Groupe remarquable qui a su évoluer en partant d'un bouillonnement bruitiste à la limite de l'audible pour arriver vers des sphères beaucoup plus mélodiques, Sonic Youth a réussi à sortir par la grande porte d'une impasse où l'aurait entraîné une attitude figée basée sur la répétition ad lib de sa version de « Sister Ray » du Velvet Underground...
Même si ce « Goo » n'a pas la prétention de conquérir les charts pop de la planète ... Thurstoon Moore continue à passer l'essentiel de son temps à désaccorder sa guitare avant d'en jouer avec tout ce qui lui tombe sous la main, évitant si possible les médiators. Il n'est pas évident que la signature sur une major (Geffen en l'occurrence) y soit pour beaucoup dans cette relative évolution mélodique, « Goo » s'inscrivant dans la suite logique des précédentes productions, notamment l'excellent « Daydream Nation ». Les Sonic Youth ne se sont pas désavoués, n'ont pas « trahi »...
Le groupe continue à rester cette hydre tentaculaire dont les musiciens s'investissent séparément dans de multiples projets parallèles. En retour Sonic Youth reçoit ici le soutien de quelques amis, dont l'habitué Jay Mascis (Dinosaur Jr), ou, plus surprenant Chuck D. de Public Enemy (sur « Kool thing »).
Dominé par le couple Thurston Moore - Kim Gordon (la bassiste la plus cool du monde, titre que commençait à lui disputer Kim Deal des Pixies), avec l'apport de Lee Ranaldo à la seconde guitare et du batteur Pete Shelley, les Sonic Youth vont se poser avec « Goo » comme les leaders incontestables d'une certaine forme de rock noisy et arty.
Le visuel, accompagné d'un texte très « Natural born killers » est signé Raymond Pettibon, auteur de BD underground (Goo est le nom d'un de ses personnages), et premier bassiste des ultra-punks de Black Flag au début des 80's.
Sonic Youth profiteront du succès commercial relatif de « Goo » pour suggérer à David Geffen de signer sur son label un trio de petites teignes de Seattle mené par à chanteur blond pas très bien dans ses Converse ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Killer !, 21 septembre 2013
Par 
Bruce Tringale (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goo (Coffret Deluxe 2 CD) (CD)
Un pochette façon retro comics inspiré d'un couple convoqué à un procès scabreux , un titre prévisionnel impossible à passer même pour Geffen ( "blowjob" , 'chercherez dans le dico...) , des photos dans le livret avec le groupe habillé version glamrock et des feedbacks de 2 minutes en clôture de morceaux. Bienvenue dans le monde la jeunesse sonique.
Alors que le monde s’apprête à découvrir le Nirvana d'un gaucher rachitique à gueule d'ange , le groupe de la sexy Kim Gordon balançait cette petite bombe arty , bruitiste mais pas snob.
Les mélodies sont là et plairont instantanément aux adorateurs du Doolittle des Pixies : une pop garage maltraitée , une bassiste qui allume son auditoire , vocaux partagés avec la voix de Kim comme une Nico hystérique tantôt séductrice , mélancolique ou orgasmique.
Le disque n'a pas vieilli et cette édition Deluxe n'apporte pas grand chose à ce truc parfait. Comme In Utero, il est conseillé de virer tous les aigus , mettre les basse à fond pour en apprécier le mixage vaguement claustro . Les démos et inédits ne servent à rien au contraire des notes de pochette très détaillées où l'on apprend que les vêtements délirants portés par le groupe étaient ceux de la belle Kim .
Ce qui saute aux oreilles dès les premières mesures , c'est l'influence du Alice Cooper Band: guitare stridentes bourdonnant comme un essaim de mouches tout droit sortis de Killer , on jurerait entendre les riffs de Michael Bruce et la folie de "Halo of flies".
Lubrique , dangereux mais pas sans humour , un disque essentiel d'un groupe qui fait plaisir à son auditoire et qui contrairement à REM et au RHCP ne passera jamais sur Europe 2.
Ceux qui ne jurent que par Marquee Moon et Bleach seront au...nirvana...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 road movie sonique, 6 septembre 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goo (CD)
Cet album est une cure de jouvence sonique, il est aussi, pour Sonic Youth, un album charnière de leur carrière, ils arrivent à se différencier de "daydreamnation", leur pièce maitresse, en s'engouffrant dans une production plus léchée mais qui agit comme un "boomer" sur leur son qui reste AUTHENTIQUE... Un merveilleux road movie de série B sonique en noir et blanc à l'image de cette magnifique et énigmatique pochette.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Leur summum, 17 novembre 2011
Par 
Stefy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goo (CD)
Dans ce disque magistral, à la pochette superbe qui illustre parfaitement le contenu, Sonic Youth trouve la bonne formule: expérimentations sonores mais aussi rigueur mélodique, digressions soniques mais aussi clarté des compositions. Rien à jeter sur cet album magistral, avec toujours ce petit plus quand c'est Kim Gordon qui intervient de sa voix sexy (morceau à écouter en priorité: l'immense "Tunic"). Très très bon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Goo
Goo de Sonic Youth (CD - 2014)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit